Raccourci vers le contenu principal de la page

Nolwenn apprentie sorcière

Dans :  Français › 

Une magnifique journée commença pour Nolwenn. C'était le premier jour de vacances. Elle s'était levée très tôt ce matin, car sa meilleure amie Alice venait passer quatre jours chez elle. Il était presque midi quand Alice arriva enfin. Elles décidèrent d'aller chez Ema pour manger.

Après avoir bien mangé et remercié Ema, elles allèrent se promener en ville. Après une heure de shopping, alors qu'elles s'apprêtaient à entrer dans une autre boutique, un étrange petit garçon fit son apparition. Il était entièrement vêtu de noir et portait une longue cape noire qui traînait par terre et tenait dans sa main droite un petit bout de bois sculpté de manière étrange. Il les entraîna à l'écart dans une ruelle sombre.
Nolwenn bégaya :
- Comment, comment tu as fait ça ?
- Oh ça, c'est très facile, tu imagines l'endroit où tu veux aller, tu agites ta baguette en faisant un moulinet avec le poignet et tu dis «Moulainàparolée » et hop c'est fait.
- Tu es un sorcier, dit Alice en reculant de quelques pas !
- Non, je suis seulement un apprenti.
Il toussa avant d'ajouter :
- Très doué il faut l'avouer.
Nolwenn, peu rassurée, commença à poser des questions :
- Comment tu t'appelles ?
Il répondit clairement :
- Je m'appelle Pierre, j'ai 10 ans et cela fait un an que je pratique la magie. Le maître sorcier qui me l'enseigne s'appelle Léonard, il a 23 ans et il fait de la magie depuis l'âge de7 ans. Question suivante !
Alice coupa la parole à Nolwenn et s'informa :
- Pourquoi es-tu venu ici ?
Pierre prit un air sérieux :
- Je suis en mission pour le maître suprême ! Il veut retrouver les deux descendantes de Nofrenge, le plus grand sorcier, de tous les temps pour leur enseigner la magie blanche car il pense qu'elles ont des dons particuliers.
Un lourd silence s'installa entre les enfants...

- Tu, tu veux dire que c'est nous les deux descendantes de Nofrenge !
- Je pense, mais il faut que je vérifie.
Il ferma les yeux dessina en l'air quelque chose puis dit « Paradisrikiki». Un éclair blanc jaillit du ciel et enveloppa les deux filles pendant quelques secondes, puis il disparut. Pierre rouvrit les yeux et les regarda :
- C'est bien vous, je ne me suis pas trompé.
Il leur expliqua que maintenant il allait les emmener à l'école des sorciers.
Alice questionna :
- Et comment ça se passe là-bas ?
Pierre expliqua :
- Pour commencer, vous irez chez le maître suprême. Il vous informera des bizarreries de vos origines. Ensuite, on vous montrera votre chambre et la cantine. La classe ne commencera que demain.
Nolwenn dit :
- Mais nos parents...
- Oh eux ! Ils sont au courant de votre entrée à l'école des sorciers. Ils savaient tout sur Nofrenge dit Pierre.
Alice ajouta :
- Mais comment fait-on pour la vraie école ?
- Les cours des sorciers n’ont lieu que pendant les vacances les rassura Pierre.
Puis il fit un moulinet avec le poignet et dit « Moulainàparolée». Alors dans un éclair de lumière ils disparurent...

Ils arrivèrent devant un grand bâtiment. Il était très bizarre, car il flottait en l'air. Sur le mur étaient écrites des choses étranges.
Pierre les entraîna à l'intérieur. Ils passèrent dans des couloirs où, sur le mur rouge, pendaient des portraits (des anciens élèves de l'école leur appris Pierre). Ils marchèrent une dizaine de minutes avant d'arriver devant une grande porte en bois.
Derrière quelqu'un criait :
« C'est encore Nollan qui a fait flotter l'école ! Et maintenant c'est moi qui dois réparer ses bêtises ! »
Pierre frappa à la porte. Aussitôt les cris s'arrêtèrent et un grand homme aux cheveux blancs leur ouvrit :
« Ah c'est toi Pierre ! Dit-il. »
Il fit entrer Nolwenn et Alice et fit signe à Pierre de partir. Le bureau du maître suprême était très grand. Sur les murs une tapisserie rouge ornée de tableau résidait. Le maître suprême les fit s'assoir. Il toussa puis dit :
« Il y a bien longtemps un nommé Nofrenge est né. Il était normal jusqu’au jour où il rencontra un sorcier très puissant assoiffé de vengeance. Ce sorcier donna une grande partie de ses pouvoirs à Nofrenge. Celui-ci devint alors méchant et détruisit l’école des sorciers. Maintenant, elle a été reconstruite. Nofrenge se battit en duel contre mon père qui voulait protéger les élèves et le tua grâce à un sort dont on avait interdit l’utilisation. Alors, le plus jeune des élèves se sacrifia pour tuer Nofrenge. Vous êtes les deux dernières de ses descendantes.

En sortant du bureau du Maître Suprême, elles virent Pierre qui les attendait : il avait mis son chapeau pointu. Il les emmena à l'étage et leur montra leur chambre. Elle était grande et il y avait deux lits. Les murs étaient tapissés de jaune pâle.
Il y avait deux armoires et les étagères étaient pleines de livres. Après avoir rangé leurs affaires, Nolwenn prit un livre intitulé « Les sorts de Mabéla» et Alice prit « Les premières farces des magiciens ». Elles visitèrent l'école en compagnie de Corentin leur nouveau copain.
À midi, après avoir enfilé leurs vêtements de sorcière, elles allèrent manger.
À la cantine, la guerre commença. Des assiettes entières de purée et de pâtes volaient dans tous les sens.
Alice et Nolwenn firent pareil. Certains faisaient apparaître des cordes en saucisse pour attacher le voisin ou bien ils mettaient des liquides bizarres dans les verres.
Alors, le directeur entra...
Il était grand et avait lui aussi son «uniforme»de sorcier.Quand il vit dans quel état était la cantine il dit «Netoimoiça » et fit un geste autoritaire. Aussitôt des balais, des brosses et des éponges se mirent à nettoyer. En moins de 30 secondes tout fut nettoyé. Le directeur dit :
"Que ça ne se reproduise plus ! Après manger, je veux Alice et Nolwenn dans mon bureau !"
Celles-ci se regardèrent en se demandant se qu'elles avaient fait de mal. Comme le directeutrle voulait, elles se rendirent dans son bureau. Après une longue attente qui sembla durer des heures, le directeur les fit entrer. Mais, à leur grande surprise, il ne les emmena pas dans son bureau. Il les entraîna à travers l'école pour arriver devant une porte sombre.
Il l'ouvrit... A l'interieur il y avaitdes petites boites en longueur rangées n'importe comment.
Ils marchèrent longtemps avant de s'arrêter devant une autre porte.
Il prononça des mots incompréhensible et la porte s'ouvrit. Ils entrèrent dans un pièce presque vide, seul un carré de petites boîtes résidait au milieu. Il en prit une et ... En sortie une baguette magique ! Il la tendit à Nolwenn. Il lui dit :
- Fais un Z en l'air et dit « Moijeveuxmangé ».
Nolwenn s'exécuta. Dans un nuage de fumée un dizaine de gâteaux brûlés apparurent.
- Non, cette baguette n'est pas pour toi. D'habitude même les débutants arrivent à faire ce sort. Il lui en tendit une autre.
Cette fois-ci ce sont des hambugers recouverts d'encre qui apparurent.
- Celle là non plus.
Cette fois de magnifiques gâteaux recouverts de crème chantilly tombèrent du ciel...
 

Elise
2008-2009