Raccourci vers le contenu principal de la page
Dans :  Principes pédagogiques › 

CréAtions N°203 HISTOIRES DE L'ART
Annoncé dans le Nouvel Educateur 203 - Publication en juin 2011

Edito: Histoires de l'art

 

 Edito: Histoires de l'art

 

Dans ce numéro de CréAtions, nous tenons à souligner qu’en Pédagogie Freinet, l’ancrage culturel en éducation artistique (réaffirmé par les Programmes officiels de 2008) peut suivre des chemins variés. L’art n’est pas à saisir comme un bloc monolithe mais plutôt comme une sorte de labyrinthe aux entrées et aux itinéraires possibles multiples. C’est pourquoi nous avons choisi le terme d’ « histoires » de l’art.
La rencontre avec les œuvres nourrit la sensibilité de l’enfant auteur de ses productions et par conséquent sa propre pratique. Il ne s’agit pas de créer des modèles à reproduire servilement mais de développer sa vision personnelle, d’éduquer son regard sur les œuvres et sur le monde.
Il faut permettre à l’enfant d’interroger le monde et de s’ouvrir à d’autres univers, d’autres formes artistiques et de pouvoir résister à l'uniformisation et à la standardisation culturelle, tant au niveau de sa production qu’au niveau de sa compréhension des œuvres. Une approche historique permet de créer des ponts entre les disciplines, pour comprendre les œuvres en résistant aux classifications parfois trompeuses, en saisissant les liens entre les œuvres elles-mêmes, celles de l’époque, et celles d’un même artiste.
Nous devons permettre à l’enfant la rencontre avec une diversité d’œuvres, si possible originales, de modes d’expression et de lieux, afin qu’il se confronte à des langages et à des univers singuliers, ceux des artistes reconnus mais aussi ceux des élèves. Les lieux de présentation de ces œuvres se sont diversifiés avec le temps : musées, galeries classiques, ateliers d’artistes installés ponctuellement dans les établissements dans le cadre d’une résidence d’artistes), galeries implantées dans les couloirs, cours de récréation, artothèques, parcs, sentiers de découverte, vitrines de magasin, gares, routes, monuments patrimoniaux, théâtre, et même les chapelles !
Rien ne remplace le contact direct avec une œuvre : les rapports à la matière, au format, au volume, aux traces du geste mais aussi l’attention portée au lieu et aux modes de présentation de cette œuvre. Les enfants comprennent que l’œuvre trouve son aboutissement dans la mise en forme, la mise en espace et la communication aux autres au travers de l’exposition. Prendre le temps d’observer les œuvres et de les sentir : « Dans l'acte de réception esthétique, nous ne devons rien verrouiller en nous, au contraire, il faut être là, riche de notre mémoire tant corporelle qu'intellectuelle c'est-à-dire culturelle. La tête identifie, associe, cherche à déchiffrer l'énigme, à créer du lien. Le corps ressent, vibre, s'émeut, se noue, se crispe, s'exprime lui aussi. »*
Il s’agit d’être actif devant l’œuvre, et, par le questionnement, d’éduquer son regard en construisant du sens autour d’elle, sans s'arrêter au jugement immédiat, en dépassant les stéréotypes. Le regard se construit en même temps que se construisent les significations possibles de l'œuvre, ainsi se nourrit la réflexion des enfants sur l’essence de l’art.
La rencontre avec l’œuvre peut entrer en résonance avec leurs propres activités artistiques et faire évoluer leur créativité artistique en impulsant la mise en projet, en initiant à des procédés techniques inhabituels. En s’appuyant sur la pratique, les enfants sont conduits à objectiver leur propre démarche et à construire leurs savoirs :
- en développant leur vocabulaire plastique,
- en partageant et en échangeant sur leur travail, comme sur les œuvres d’artistes.

* Nicole Morin et Michèle Guitton, in La pratique de l'exposition, Ed. CRDP, 2006.
CréAtions


Sommaire CREATIONS N 203
HISTOIRES DE L'ART

 

-->