Présentation du Laboratoire de Recherche Coopérative (LRC-ICEM)

 

 

LRC-ICEM

Pédagogie Freinet

 
Le Laboratoire de Recherche Coopérative a une double vocation :
 
 
L’enjeu est donc un enjeu de connaissance, aussi bien pratique (pédagogique) que théorique (scientifique). Il est également politique : la politique est une action de transformation de la réalité sociale qui nécessite les moyens théoriques de cette action. Le militantisme et les convictions intimes, s’ils ne donnent lieu qu’à des prises de position ou à des discours idéologiques, ne sauraient suffire pour une activité politique efficace et réaliste. Le travail critique et de recherche entend contribuer à proposer à l’École Moderne une partie des moyens requis pour satisfaire à son engagement, qui pour l’essentiel se déploie sur le terrain, dans les classes et les écoles.
 
L’état actuel du laboratoire est le suivant : il a, depuis sa création lors du congrès d’août 2005, constitué une équipe coopérative de recherche soudée, déterminée et pérenne. Il a engagé un travail de co-formation aux techniques et aux exigences de la recherche scientifique, à partir de matériaux empiriques issus de classes Freinet (recueil de données), soumis à l’étude et à l’analyse (dans une approche multiréférentielle) lors de rencontres régulières à Paris. Il a constitué un corpus de données, un cadre méthodologique cohérent, de nombreuses notes de travail et les premières analyses. L’équipe a dores et déjà atteint un niveau de compétences satisfaisant pour commencer à produire des connaissances significatives. Ce processus doit se poursuivre, sans céder sur la qualité des exigences. La visée de formation accompagne le travail théorique : le laboratoire est en mesure également de faire des propositions utiles pour la formation au sein des stages, des rencontres des Groupes Départementaux, des congrès, ainsi que pour des interventions pertinentes dans le cadre des institutions publiques.
 
Mais le travail à effectuer en ce sens est considérable :
-          poursuivre la formation et les travaux des membres du laboratoire
-          permettre l’élargissement de son activité au sein de l’Icem
-          disséminer au sein de l’Icem, notamment sur le terrain (GD, etc.), les bénéfices de la recherche (pratique et théorique)
-          développer les collaborations dans le champ des sciences de l’éducation, avec des laboratoires universitaires, en participant à des colloques, en publiant des articles, etc.
Sur le plan théorique, outre les recherches elles-mêmes, il reste à concevoir :
-          une méthodologie coopérative de recherche (multiréférentielle)
-          une épistémologie de la complexité
-          une théorie générale cohérente pour l’analyse (catégories, concepts, techniques, outils…)  
Le laboratoire, informé par ses travaux de recherche, vise enfin à contribuer à poser et/ou clarifier les problèmes fondamentaux qu’un mouvement pédagogique populaire s’efforce de résoudre par son action publique. Il constitue comme tel une ressource parmi d’autres pour soutenir les grandes orientations de l’École Moderne, l’activité du Comité d’Animation, la préparation des congrès, et en général toutes les actions de terrain qui le nécessiteraient.
 

De façon générale, il devra tendre progressivement vers une appropriation collective de tous au sein de l’École Moderne des bénéfices de son activité, pour ne pas devenir une équipe d’élite dérisoire, en contradiction avec les valeurs coopératives qui font le fondement de notre engagement commun. Cette appropriation sera en retour l’occasion d’une critique de l’activité du laboratoire, pour garantir son adéquation aux besoins réels de notre Mouvement.

 

 

Le forgeron

Le forgeron