Enfants et adultes, construisons ensemble la démocratie participative dès la maternelle

ATELIER DU JEUDI 25 AOUT 2011

Animation par Sylvie Hospitel / Secteur maternelle 

Au début de l'atelier, Sylvie Hospitel récolte les « représentations initiales » qu'évoque ce terme de « démocratie participative » auprès des personnes présentes. Une liste de mots est établie :

Conseil, responsabilités, votes, remise en question de ce qui existe, tutorat, organisation d'une classe, propositions d'activités, présentation du quoi de neuf, boite à questions, suivi de projets, règles de vie de la classe, travail individualisé.
Les animatrices de l'atelier proposent de s'appuyer sur le DVD Pratiques Freinet en maternelle, pour retrouver dans quels « moments » et dans quels dispositifs on essaie de mettre en place ces principes démocratiques.

Le Conseil :
Des extraits de la classe de Muriel Quoniam MS/GS :
Le conseil hebdomadaire commence par la question « qu'est-ce qui se passe bien ou qui ne se passe pas bien dans la classe? » Un élève est gardien du temps. Au début c'est l'enseignant qui donne la parole, mais en cours d'année, ce pouvoir est transféré aux élèves. L'enseignante est présente dans le groupe. Il y a un ordre du jour, les élèves s'inscrivent préalablement. Ils sont disposés de manière à tous se voir et la prise de parole fait l'objet de règles précises. En début d'année la gestion des conflits prend beaucoup de temps mais elle s'efface au fil du temps au profit des projets. L'organisation d'un atelier est un exemple de sujet abordé au Conseil.
L'ajustement de l'emploi du temps aussi (ex: classe de Sylvie Pralong)

Des extraits dans la classe d'Agnès Muzellec en TPS/PS :
L'enseignante joue une situation de conflit observée, à l'aide de marionnettes, personnages bien connus de la classe. Elle met en mots la situation de conflit puis sa résolution sous forme de phrases rituelles. Cette « mise en scène » a lieu au coup par coup, au moment du regroupement.
Les règles de la classe sont affichées à l'aide de photos de situations jouées par les enfants. Ce sont les « oui, oui, oui » et les « non, non, non »

Le Travail Individualisé :
C'est un temps où l'enfant a le libre choix de l'activité. Il a le choix d'organiser son travail et de l'amener au bout. C'est la réussite qui est validée.
C'est un moment où l'enfant se prend en charge par rapport à la vie de la classe.
Ce TI peut être associé à un « plan de travail ». C'est un contrat de travail .
Se pose alors la question de « sur quoi l'autorité ne négocie pas? » Il est donc important de lister les droits à l'intérieur de cette organisation et de prévoir ce qui se passera en cas de transgression.
La mise en place du TI dépend de l'effectif de la classe et du moment dans l'année. La validation par l'adulte n'est pas forcément nécessaire.

Les Services/Responsabilités/Métiers :
L'attribution des services et responsabilités varie selon les classes.
Jean Le Gal, spécialiste des droits de l'enfant, demande de préciser les termes. Il semble que tous les participants ne mettent pas le même sens derrière ces mots.
On s'aperçoit qu'on peut avoir à la fois des services et des responsabilités dans la classe. Le terme « métier » vient de F. Oury. D'ailleurs, pour les PS c'est un véritable apprentissage. Quoiqu'il en soit, c'est un pouvoir qu'on donne aux enfants, une reconnaissance des autres. C'est parfois un privilège, quelque chose d'agréable, porté par la classe, demandé par la classe.

J. Le Gal rappelle qu'il est important de prendre en compte le droit de l'enfant d'exercer une responsabilité, le droit de participation de l'enfant.

Comte-rendu :Nathalie Lozinguez