Atelier Barbotine au congrès

 

 

Revue en ligne CréAtions n°206 - "Art tout public"
annoncée dans le Nouvel Educateur n° 206 - Parution : février 2012

Atelier "Barbotine" proposé par Anne-Marie Bourbonnais, potière, lors du Congrès de Villeneuve d'Ascq en août 2011

 

L'atelier "Barbotine"

 

Le récit d'Agnès Joyeux

Tout est installé quand les participants arrivent : sur chacune des tables noires, un pichet de kaolin liquide. L'atelier va durer une heure et demie.

Anne-Marie donne des consignes.

 1) Faites ce que vous voulez avec vos mains, prenez connaissance de la planche, de la barbotine.
Silence et concentration, multiplicité des gestes.
« C'est frustrant de seulement regarder » dit une congressiste qui ne peut qu'observer, faute de places.

 2) Faites connaissance avec les bords de la planche, « autorisez-vous » propose-t-elle en faisant référence au thème du congrès et à la conférence d’ouverture de Nicolas Go.

 3) Prenez connaissance de vos mains, des différentes parties de vos mains, repérez le geste qui donne le plus de plaisir en allant tranquillement.

 4) Les gestes viennent du ventre, des pieds, ils se transmettent au bout des doigts par tout le corps, faites bouger votre corps pour une gestuelle plus ample, éventuellement plus rapide.

5) Refaites la page blanche :
- avec une partie de la main, faites un seul geste
- effacez, refaites plus rapidement
- effacez, refaites avec une autre partie de la main, un autre geste
- effacez, refaites avec deux parties d'une seule main, changez de position de main pendant le mouvement
- effacez, recommencez avec deux mains en gestes symétriques
- effacez, recommencez bien à l'aise devant la table, bien stable, faites un grand cercle avec le poing
- effacez, recommencez
- effacez, fermez les yeux, faites un cercle.
Quelle différence entre yeux ouverts ou fermés ?

6) Effacez et faites des lignes d'écriture.

7) Bandez-vous les yeux, écoutez la musique, laissez-vous guider.
Regardez la réalisation finale, effacez.

8) Rapidement d'une seule main, réalisez un oiseau en vol, un arbre, un paysage rêvé etc.
Arrêtez et regardez chaque production.
Chaque auteur commente : « la mer, avec le poing, la mer, le soleil, parce que j'habite en bas, moi ; la mer, les vagues, les dunes, les arbres, etc.»
Refaites la page blanche, racontez une histoire en musique « Je voulais partir d'une plante qui va pousser, pleine de volutes... », « la maison a pris feu et ... »

9) Utilisez l’estèque, outil souple en caoutchouc, pour votre « graphe ».

 

Après le nettoyage et les rangements, un temps de discussion permet de faire l’inventaire de toutes les possibilités :

- ce travail sur l'éphémère débloque certains enfants , d’autres le refusent, d’autres ne veulent pas avoir un bandeau sur les yeux, cette séance peut précéder une séance de peinture;
- il est important de démarrer sans consigne ni outil, ni musique, le geste vient du corps uniquement;
- il faut être vigilant sur la consistance de la barbotine: moitié eau, moitié terre, mettre toujours la terre dans l'eau et non l'inverse;
- il est intéressant de travailler en collectif sur une grande planche, notamment pour les jeunes enfants;
- cette approche de la matière fait partie d'un processus plus complet de découverte du corps et de la terre ; l’étape de la terre collante sur la planche permettra de comprendre ce qu'est la plasticité.

 



autres témoignages

CréAtions N° 206
"Art tout public"

page suivante

terre, éphémère, Barbotine, Anne-Marie Bourbonnais, potière