Halte aux alibis

Octobre 1978

 

HALTE AUX ALIBIS .!. ..
 
Bien des réunions du congrès l'ont encore prouvé : beaucoup de camarades du second degré n'ont pas apporté de solution aux handicaps dus à nos conditions de travail, et ils mesurent avec nostalgie l'écart entre ce qu'ils font et ce qu'ils voudraient faire. Cette attitude risque de devenir dangereuse si elle conduit à baisser les bras en attendant des jours meilleurs ... Le but du travail lancé ici et qui se veut collectif - car nous sommes tous concernés par les conditions de travail - est de mettre en commun les réponses ponctuelles qui ont pu être apportées par des camarades aux divers aspects contraignants de nos conditions de travail. Ceci permettrait d 'indiquer à tous l'existence de failles dans le système, par lesquelles on peut se faufiler et de lutter ainsi contre le défaitisme stérile qui menace particulièrement le second degré.
 
Que ce soit bien clair : il ne s'agit en aucun cas de nier nos difficultés, de prouver que la pédagogie Freinet est possible à 100 % et facile au second degré ; chacun sait qu'il n'en est rien. II ne s'agit pas non plus de prouver que, dans des structures bourgeoises, répressives, on peut, tout seul, dans sa classe, renverser la vapeur et vivre une idyllique autogestion du bonheur. Le but est seulement de repousser un peu les limites de l'impossible et de justifier notre appartenance au mouvement, celui-ci étant le lieu où se rencontrent ceux qui travaillent à creuser des brèches et non ceux qui constatent qu'on ne peut rien faire.
 
MÉTHODE DE TRAVAIL PROPOSÉE :
 
1. Lancement d'un double recensement :
A- Nos difficultés
B- Les solutions qui ont pu y être apportées ponctuellement.
2. Regroupement des réponses en vue de l'élaboration soit d'un dossier, soit d'un fichier.
Une rubrique pourrait être ouverte, dans La Brèche, sur quelques numéros pour faire avancer ce travail.
Je propose de classer les difficultés sous divers chapitres : conditions matérielles - structure (morcellement des heures, séparation des disciplines ...) - législation - vie de l'établissement - équipe -quoi d'autre ? Ça donnerait un tableau à compléter comme celui-ci :
 
JE VOUDRAIS BIEN FAIRE DE LA PÉAGOGIE FREINET, MAIS ..

Y'EN A QU'ONT TROUVE UN TRUC POUR FAIRE. .

l. Conditions Matérielles
Je n'ai pas de salle :
• pour afficher
• pour le matériel
- Je n'ai pas de peinture, ni de sous pour n acheter.
- Je n'ai pas de sous pour acheter du papier pour tirer le journal, etc
 

l. J’affiche :
• dans trois salles
• en documentation
- Une équipe responsable transporte le matériel
- Au bout de trois ans, j'ai eu enfin, à force de réclamer, mon pré fabriqué : il faut le temps de faire son trou !
- Je travaille avec la M.J.C., le Conseil Culturel, etc.
- J'ai créé un club-journal dans le cadre du F.S.E. (il y a des crédits spéciaux).
- Les gosses vendent le journal et on fait
même un petit bénéfice.

Il. Structure
1. Morcellement des heures
2. J'ai trente-cinq élèves par classe
etc.
 

II.
- On peut demander un regroupement deux heures par deux heures.
- Travailler en décloisonnement avec une autre discipline.
- J'en ai souvent dix qui travaillent hors de la classe : enquête, documentation, débat, en investissant une autre salle.
 

Ill. Législation
1. Je ne peux pas les envoyer en enquête.
 

Ill.
- D'après la circulaire du 31-1 2-68, on peut envoyer cinq élèves en enquête à l'extérieur sous la responsabilité de l'un d'eux.
 

IV. Vie de l'établissement
- En dehors de ma classe, mes élèves ne savent plus prendre de responsabilités.
- Je me sens marginalisé.
- Ça va mal avec :
• l'administration
• les parents ...
(il manque à ce tableau tout ce qui concerne la vie scolaire rapports surveillants/élèves, conseiller d’éducation/élèves, réfectoire, C.D.I, F.S.E    )
 

IV.
- J'ai créé un club (F.S .E.) pour les délégués de classe : réflexion sur leur rôle dans l’établissement.
- J'essaie de travailler ponctuellement avec d'autres, pour une sortie, des outils, un échange de polycopiés etc. J'essaie de saisir toutes les occasions pour sortir de l'isolement.
- Je crée le rapport de force avec les parents
(cf. dossier paru dans La Brèche et disponible en tiré à part, s'adresser à : Mauricette Raymond,
Les Cardeines, Le rocher du Vent -
84800 Saumane + 8 F

V. Équipe
- L'administration s'y oppose.
- Je suis seul.
etc.
 

 V.
- On peut toujours faire un travail interdisciplinaire à deux ou plusieurs, pour souder l'équipe, aller plus loin ; ensuite seulement, après un, deux ou trois ans de travail interdisciplinaire, on peut se faire reconnaître – avec l'appui des parents - face à l'administration et travailler vraiment en équipe, avec contrat, et obtenir une heure de concertation par semaine.
Mais bien des étapes sont dignes d'intérêt avant cet état idyllique.
- Sur soixante-dix profs, au bout de trois ans, j'ai compris que nous pouvions être quatre, dont deux avec certaines divergences : il faut du temps. (une équipe commence quand on est deux).

VI ? ...
 

 
 
 
Ce premier tableau est né directement de notes prises au Congrès de Nantes, lors de plusieurs séances sur des thèmes divers, aussi bien pour la première que pour la seconde colonne. L'intérêt, c'est de les rallonger toutes les deux. Si vous rencontrez des difficultés qui vous semblent insurmontables, si vous en avez surmonté, écrivez-nous afin d'alimenter une rubrique ouverte de La Brèche.
Mauricette RAYMOND