La pratique de l'exposé en anglais

Octobre 1978

 

LA PRATIQUE DE L'EXPOSÉ
EN CLASSE D'ANGLAIS
 
Le texte qui suit est un projet de fiche destinée aux élèves du second cycle du second degré. J'ai hésité à la rédiger, tant les recommandations me paraissaient banales. Et pourtant... je serais heureux bien sûr de susciter des réactions et de connaître en la matière des "œuvres" de collègues plus expérimentés que moi.

 
PRÉPARATION D'UN EXPOSÉ
Les recommandations qui suivent sont issues d'un bêtisier. C'est-à-dire qu'elles rapportent surtout des erreurs à éviter.
 
 

1) Choisir un sujet.

• Si vous évoquez la civilisation des pays anglophones, songez que ceux-ci comprennent la Grande-Bretagne et les U.S.A., mais aussi la Nouvelle-Zélande, l'Ouganda, les Seychelles, Sri Lanka, Malte, Tristan da Cunha, la Gambie ...
• Etablissez un lien avec vos autres cours : une brève étude du N.H.S. britannique complèterait votre cours sur la Sécurité Sociale ; une documentation sur Wall Street complèterait le cours sur la Bourse.
• Vous pouvez partir d'un objet apporté en classe: bouteille de whisky, paquet de cigarettes avec "health warning" journal, batte de crickett...
• Ou d'illustrations : un "poster", des diapos que vous projetez, des photos personnelles ou des cartes postales que vous faites circuler, des illustrations découpées dans des revues touristiques et collées sur une feuille de papier ou carton, une brochure touristique, des timbres en album.
• Ou de sons: disque, cassette, bande. Exemple: une chanson pop connue - au moins par son air - conduira à une élucidation ou une transcription des paroles, puis à des commentaires sur le contexte, voire à un débat ("We shall overcome" sur la ségrégation, "Lucy in the sky with Diamonds" sur la drogue).
 
• Quelques suggestions pour sortir du classique :
- une démonstration de cuisine anglaise
- une démonstration de danse écossaise
- jouer une scène de Shakespeare ; choisir une scène courte à deux ou trois personnages ; une heure de préparation doit suffire.
- improviser une saynète avec des marionnettes ou des ombres chinoises anglophones pour présenter une chanson, on peut utiliser un disque, certes, mais aussi sa voix, sa guitare ...
- dire un poème (en anglais) de vos œuvres complètes.
 
 

2) Présenter le sujet

• N'oubliez pas le titre de votre exposé. Et situez immédiatement le sujet dans l'espace et le temps. J'ai assisté à un exposé remarquable sur l'apartheid; personne ne l'a suivi car l'auteur avait oublié de préciser dans quel pays il avait cours !
• Vous avez travaillé le sujet deux heures, vous y pensez depuis une semaine ; résistez à la tentation de passer sur ce qui vous paraît évident (que Jersey est dans la Manche, que Dublin est la capitale de l'Eire, que Shakespeare vivait vers 1600).
• Inscrivez à l'avance au tableau le vocabulaire essentiel, en particulier les termes techniques indispensables, et expliquez les mots clés sans lesquels on ne comprendra rien.
• A l'avance ou dans le courant de l'exposé, inscrivez les noms propres importants, les dates, capitales, une esquisse de carte, des chiffres significatifs; plutôt que de donner des chiffres faites comprendre une évolution par un graphique sommaire.
• Assurez-vous, dès le début, que tous comprennent de quoi il est question (si vous parlez de Washington, assurez-vous que tous ont saisi qu'il s'agit du général, de la ville ou de l'Etat).
 
 

3} Clarté et intérêt

• Ne pas rédiger totalement votre exposé. NE PAS LE LIRE ! Notez les idées et le vocabulaire, les articulations, les éléments à inclure dans votre exposé : naturellement vous parlerez lentement ce qui est excellent, et répartirez votre laïus en "groupes de souffle" et "groupes de sens".
• Soyez bref et clair. Ce qui ne veut pas dire qu'il faut parler vite, au contraire. Mieux vaut quelques idées force qui resteront qu'une encyclopédie où l'attention se perd.
• Donnez des exemples. J'ai assisté à un exposé sur le "Frenglish" qui dégageait la philosophie des échanges entre langues anglaise et française.. sans donner d'exemple !
• Soutenez l'intérêt: une anecdote. Une illustration qui circule. Une interpellation à la classe.
• Donnez des points de repères : s'il est exact que l'Australie fait 7 700 000 km2, il est plus parlant de préciser que l'Australie est quatorze fois plus grande que la France.
 
 

4) Savoir conclure

Il faut qu'une porte soit ouverte ou fermée. Il faut éviter d'avoir à terminer par un "Ben oui, c'est fini..." face aux regards interrogateurs qui suivent votre soudain silence. Quelques techniques de conclusion :
- un résumé clair des principales idées, ou une reprise des faits; deux éléments indispensables :clarté et aplomb.
- une "fanfare" une belle formule qui {si elle est comprise, c'est-à-dire probablement pas lue), laissera l'auditoire pantois.
- une conclusion "provocatrice" une idée qui suscitera des réactions, une polémique, un débat.
- un passage insensible de l'exposé au débat. J'ai vu un exposé sur le tabac se transformer sans rupture en un débat à mesure que l'auteur l'interrogeait chacun, en termes différents, sur ses habitudes tabagiques et son opinion vis-à-vis du tabac, de son éventuelle interdiction, etc...
 
 

5) Après l'exposé

• II serait dommage d'en rester là. En fonction des critiques faites, des suppléments d'information apportés à la suite de l'exposé, songez à certaines prolongations de ce travail :
- en rédiger un résumé pour le journal scolaire, ou pour un registre spécial consacré aux rapports d'exposés et de recherches personnelles, ou pour la correspondance...
- faire à l'aide des documents que vous avez utilisés, une exposition commentée sur le tableau d'affichage.
- faire la liaison avec les autres cours, c'est-à-dire proposer aux profs d'économie, d'histoire, etc... des exposés prenant en compte vos recherches en anglais.
- Faire de votre exposé une fiche normalisée; la classe se constitue ainsi un fichier important au long de l'année.
Jean-Pierre Cattelain
 

BESANCON