La page des parents : pour une ├ęcole digne

Octobre 1969

Quand, pour les préparer à la rentrée, vous conduisez vos enfants chez le coiffeur, vous êtes exigeants, et avec raison, sur la propreté de l'atelier, sur la clarté des glaces et le brillant des outils.
Et vous choisissez le soir le cinéma dont les fauteuils sont les plus confortables et l'éclairage satisfaisant.
Mais quand il s'agit de l'école où vos enfants vivront et travailleront pendant six heures par jour pour devenir des hommes, vous auriez tendance à dire passivement: «De notre temps, nous n'avions pas de chaise, les fenêtres étaient hautes et étroites, la Plume et le crayon étaient nos seuls outils, et ma foi cela ne nous a pas empêché d'apprendre à lire ... Denotre temps...
De votre temps, vous partiez en char à bancs et vous attendez aujourd'hui devant la porte le car qui vous paraît le mieux aménagé.
Pourquoi l'Ecole ne serait-elle pas propre, coquette et même luxueuse comme le sont les plus modernes des maisons ouvrières.
On considère comme un scandale qu'il y ait encore des familles de 6 à 7 enfants logeant dans une seule pièce, mais on trouve normal que 30 à 40 élèves s'entassent dans une classe sans air ni soleil.
Ne serait-il pas urgent de donner à l'école de vos enfants les locaux multiples avec ateliers de travail dont elle a besoin comme l'usine moderne a besoin de ses constructions strictement calculées sur les exigences du travail?
On classe certaines églises comme monuments historiques. Ne devrions-nous pas avoir à honneur de faire de nos écoles les centres d'éducation moderne, bien équipés, propres et ensoleillés, et qui plus est, artistement aménagés et décorés; des écoles où on entrerait avec respect, dont la seule atmosphère serait élévation; des écoles que les élèves devenus hommes visiteraient plus tard avec la fierté de ceux qui ont participé à une oeuvre durable qui honore l'humanité.
Cette école digne du peuple, nous pouvons la réaliser si nous en comprenons la nécessité et si nous savons nous unir, parents, enfants et  éducateurs, pour la plus utile des tâches.