Revue CréAtions en ligne n°241" Le Millefeuilles se tire le portrait" - SOMMAIRE

Février 2019

 


 

CréAtions "Le Millefeuilles se tire le portrait" 

Revue en ligne annoncée dans le Nouvel Educateur n°241

Publication :  février 2019

 

 

Ont participé à l'élaboration du dossier « Le Millefeuilles se tire le portrait » :  Jacqueline Benais, Simone Cixous, Marie-Pierre Houviez,  Agnès Joyeux, Maud Léchopier, Christiane Nicolas, Hervé Nunez, Anne Renaud, Anne Roy, Sylvie Pralong.

Crédits photographiques :  Pascale Henquinez, Marie-Pierre Houviez, Agnès Joyeux, Isabelle Van de Walle, Laurent Lançon. 


  titre de l'article niveau de classe thème techniques utilisées artiste
  Art postal
élémentaire Une classe participe à la sortie du timbre Freinet au Carré d'encre à Paris toutes techniques  
  La galerie de portraits des mains
élémentaire Lors des ateliers "Projets libres" un enfant  me demande de photographier sa main. peinture  
Portraits volumes  élémentaire A l'occasion d'un projet de la bibliothèque, je propose aux enfants de travailler en volumes

assemblage, peinture
 

 
  Une coopération sans projet préalable 

maternelle La réalisation présentée est l'aboutissement d'un travail d'une année mené par des PS au sein de deux classes de PS-GS.  dessin,
peinture,
théâtre
 
  Tous capables IME Lors d'ateliers de langage "dessin", les élèves expérimentent différentes techniques crayon à papier, stylo bille, aquarelle,
craies gras
 
Le pantin
maternelle:
2è et 3è année
Une surprise pour l'artiste intervenante.

dessin,
couture

Laure Myers

  Cagettes adultes Un atelier lors d'un mini-stage
 
 assemblage  
Photographions !
maternelle Les enseignantes de cycle 2 décident de mettre en valeur le travail des élèves de cycle 3 engagés dans un projet danse par la biais de la photographie. prise de vue, travail de l'image  
  Trousse ton portrait !
tout niveau
"Réalise un portrait en utilisant seulement le contenu de ta trousse"    

 

  

 

Art postal

 

Revue en ligne CréAtions n° 241 "Le Millefeuilles se tire le portrait"
annoncée dans le Nouvel Éducateur n°241 - Publication : février 2019

Classe de CM2, École élémentaire Goubet, Paris XIX - Enseignante : Nastasia Tarento

 


ART POSTAL


 

L'enseignante raconte :
Lorsque j’ai annoncé à ma classe que nous allions participer à la sortie du timbre Freinet au Carré d’encre à Paris, ils ont été touchés. Participer à cet événement était important pour eux. J’ai alors expliqué aux élèves que nous allions faire du « mail art ». Mais comment décorer ces enveloppes ? Ma consigne était simple : ils pouvaient décorer leurs enveloppes avec les outils de leurs choix et le timbre devait être mis en valeur par leurs choix artistiques. Cela a donné lieu à beaucoup d’interrogations sur Célestin et Élise Freinet de la part de mes élèves. Étaient-ils pour la paix ? Quels mots s’associaient le mieux aux époux Freinet ? A quoi ressemblait Freinet ?

Avec leurs enveloppes blanches, les élèves se sont mis à créer, tout en échangeant sur Freinet et en me questionnant sur Freinet.

Leurs enveloppes finies, les élèves ont émis le souhait de les conserver. Nous avons donc décidé que nous les garderions après cet événement, pour y conserver nos correspondances reçues : correspondance avec une classe de CM1/CM2 à Monthiers sur Saux, correspondance avec un EHPAD parisien mais aussi correspondance avec nos « envoyés spéciaux » en divers lieux de la France.

Mes élèves furent très fiers d’arriver au Carré d’encre avec leurs œuvres. L’accueil chaleureux du Carré d’encre, la présence des Amis de Freinet ainsi que d’autres représentants de la pédagogie Freinet les a conquis. Ils ont pu questionner des membres des Amis de Freinet ainsi que la maquettiste du timbre. Ils ont collé le timbre des Freinet sur leur enveloppe, l’ont fait oblitérée avec le tampon « premier jour », l’ont glissée dans la boite à lettres afin de la recevoir prochainement à l’adresse de l’école.
Sur le chemin du retour, un sourire large aux lèvres, nombre d'entre eux souhaitaient démarrer une collection de timbres.
En classe, le bilan de la sortie fut très positif. Il en ressortait que les élèves avaient eu le sentiment de participer à une sortie allant au-delà des autres sorties. Mes élèves se sentent privilégiés d’être dans une classe Freinet, cette sortie était donc pour eux un privilège. D’ailleurs un de mes élèves m’a dit : « Ils n’ont pas de chance dans les autres classes, ils ne feront pas la meilleure sortie. ».
La semaine suivante, à la réception de leur enveloppe à l'école, ils étaient heureux comme s'ils recevaient un cadeau ! Cet objet est devenu pour eux leur objet, un objet précieux. 

D'autres photos prochainement

 

   Le Millefeuilles se tire le portrait  

 

 

La galerie de portraits des mains

 


Revue en ligne CréAtions n° 241 "Le millefeuilles se tire le portrait"
annoncée dans le Nouvel Éducateur n°241 - Publication : février 2019

Classe de CE2 CM1, École La Beaucaire, Toulon (Var) - Enseignante : Pascale Henquinez

 


La galerie de portraits des mains

 

Lors des ateliers Projets libres, pratiqués deux après-midis par semaine, certains enfants choisissent la pratique des arts plastiques. Ils explorent, utilisent des techniques découvertes et approfondies par eux-mêmes ou par d'autres. Ils s'extasient sur des résultats hasardeux qu'ils essaient de reproduire et me demandent de photographier par exemple un fond de palette de peinture avec des mélanges particuliers ou d'autres installations.


       
 

L'un d'eux me demande un jour de photographier sa main car elle lui parait vraiment intéressante.

L'idée plait à d'autres qui interrompent un temps leur travail et me demandent de faire de même.

Petit à petit, nous constituons une galerie de portraits !

Ils ont du plaisir à reconnaitre les camarades à qui appartiennent ces créations souvent hasardeuses !

Ils découvrent alors que chacun a une main différente : taille, morphologie, potelée ou fine, etc. ! Ils observent les nez, les oreilles et autres parties visibles de leurs corps. Nous lisons l'album éternel et extraordinaire 7 milliards de visages de Peter Spier.

Certains enfants ne sont pas du tout intéressés par cette pratique !

Pour ceux qui le souhaitent, je plastifie les photos pour identifier les porte-manteaux du couloir.

  

 
   
   

 

 

   "Le Millefeuilles se tire le portrait"  
 

 

 

Portraits en volume

 

Revue en ligne CréAtions n° 241 "Le Millefeuilles se tire le portrait"
annoncée dans le Nouvel Éducateur n°241- Publication : février 2019

Classe de CP-CE1, École élementaire, Listrac-Médoc (Gironde) - Enseignante : Florence Albin

 


Portraits en volume

 

Jack écoute de la musique 

Dans notre commune de milieu rural, la petite bibliothèque organise de nombreux projets.
Pour l'un d'eux, axé sur les portraits, je profite de l'occasion pour proposer à mes élèves de créer des volumes car nous travaillons habituellement en deux dimensions.


Je fais tout d’abord appel aux parents pour récupérer toutes sortes de matériaux.
Ils apportent fils, cartons, bouchons, boutons, tuyaux plastique, capsules à café, etc.

Lors de la première séance, je demande aux enfants, par petits groupes de cinq ou six, de regarder et manipuler le matériel afin de choisir tout ce qui servira à la création de leur portrait en volume.
Je travaille en coopération avec l'AVS qui s’occupe de deux enfants de la classe.
Quand ceux-ci sont en autonomie, elle accompagne le projet, le reste de la classe étant avec moi en travail individualisé.

Le monstre à trois têtes

fermé

Le monstre à trois têtes

ouvert

 

 Virginie le petit Chaperon Rouge

 

Cette première séance consiste donc à manipuler et choisir le matériel en essayant de réfléchir à un portait, les suivantes sont consacrées à sa réalisation.
Tout prend forme au fur et à mesure.

Quand le premier portrait en volume est terminé, le groupe choisit de le présenter à la classe.
Les enfants racontent ce qu’ils ont voulu faire et quelle a été leur démarche, comment ils ont choisi les matériaux, les couleurs et comment ils ont assemblé et collé les différents éléments choisis.
Les autres peuvent les interroger pour obtenir davantage de précisions.
En quelques semaines, tous les portraits sont présentés.

 

Je propose ensuite à la classe de trouver un nom pour chaque portrait.
De cette recherche collective, sont né·e·s :
Virginie le petit Chaperon Rouge, Le monstre à trois têtes, Jack écoute de la musique et Florence la Mariée .
Ils prennent un malin plaisir à utiliser mon prénom et celui de l’AVS. De jolis moments de rigolades !

 

Florence la Mariée 

A la demande de la bibliothèque, nous exposons ensuite nos portraits dans la salle socio-culturelle de la commune. Et leur périple ne s'arrête pas dans ce lieu. Ils continuent à voyager puisque je les apporte au stage sud-ouest de l'ICEM au mois d'août.

 

 

Le Millefeuilles se tire le portrait      

 

 

 

Une coopération sans projet préalable

 


Revue en ligne CréAtions n° 241 "Le Millefeuilles se tire le portrait"
annoncée dans le Nouvel Éducateur n°241 - Publication : février 2019

Classes de PS-GS, École maternelle Paul Lapie, Château-Arnoux Saint-Auban (Alpes de Haute Provence) Enseignants :  Nathalie Di Giovanni, Marc Petazzoni

 


Une coopération sans projet préalable

 

Travailler ensemble


La réalisation, présentée au congrès de l'ICEM de Grenoble, est l’aboutissement d’un travail « sans projet », pendant un an, par des PS au sein de deux classes PS-GS.

 

Au cours de l’année 2016-2017, nous avons travaillé très régulièrement ensemble. Et s’il fallait sacrifier à l’idéologie du projet, on pourrait dire que nous avons navigué de mini-projet en mini-projet :
- « on chante ensemble avant la récréation ?
- tu prends les PS et moi les GS pendant une heure, demain on intervertit…
- on sort faire une promenade avec les deux classes...
- les enfants qui ont envie d’aller dans ta classe y vont librement et réciproquement pour faire des activités qu’ils choisissent... »
Il est possible que, travailler ensemble, cela se sente au moment où on entre dans la classe de l’autre.

 
La construction des silhouettes


D’échanges en échanges, Nathalie commence à faire tracer des silhouettes par les enfants de PS. A tour de rôle, ils s’allongent sur une grande feuille de papier kraft tandis que d’autres tracent les contours de celui qui est allongé. Ils ont la possibilité de se mettre dans la position qu’ils veulent. Cette étape nécessite plusieurs séances.
 

                

 

Plus tard,
je propose
d’utiliser
ces silhouettes
pour les mettre
en mouvement
dans des scènes
de théâtre.

Pour cela,
les enfants
les découpent
et les collent
sur des cartons
que nous découpons
à notre tour au cutter.

 
Un matin, nous sortons toutes les silhouettes dans la cour, des brosses, de la peinture acrylique et chaque enfant peint sa silhouette de façon tout à fait libre. L’acrylique a été choisi, d’une part pour l’éclat des couleurs, d’autre part pour la tenue de la peinture lors de la mise en mouvement des silhouettes.

 "Le Millefeuilles se tire le portrait"
 page suivante

 

 

Tous capables

 

Revue en ligne CréAtions n° 241 "Le Millefeuilles se tire le portrait"
annoncée dans le Nouvel Éducateur n°241 - Publication : février 2019

IME la Savoie, Hauteville-LompnesVille (Ain) - Enseignant : Laurent Lançon

 


Tous capables

 

20 septembre 2016
Jeudi dernier en fin d'après-midi, je propose à la classe un moment de lecture offerte. Intrigué par son titre, un livre retient mon attention parmi ceux de la bibliothèque de la classe : « Ce que les mots disent ». Je prends le livre. Sur la première de couverture, je lis : «  atelier d’écriture, Hauteville ». Étrange … Je tourne les premières pages et découvre « Impro – La Savoie … 1992 – 1993 ».
Incroyable ! Le livre que je tiens entre les mains a été rédigé lors d’ateliers d’écriture  par des jeunes de l’IME La Savoie voilà plus de vingt ans ! Je m’empresse de présenter le livre à la classe médusée. Les lectures de textes s’enchainent. Les élèves écoutent attentivement.
Que de beaux textes dans ce recueil !
Alors évidemment, si cela a pu se faire par le passé, pourquoi ne pas relancer ce travail aujourd’hui ?
Ce n’est qu’un début….
 

À partir de ce moment, je mets en place des ateliers de langage "dessin".

 

Les élèves expérimentent différentes techniques : crayon à papier, aquarelle avec Posca ®, craies grasses, stylo bille noir, etc.

Les jeunes n’y croient pas beaucoup et l'expriment ainsi :
« je ne sais pas dessiner » comme ils disent
« je ne sais pas écrire »
mais le témoignage du livre écrit par leurs ainés les rassurent et les aident à se lancer.

Les premiers pas demandent accompagnement, soutien,
organisation de la classe, encouragements,
pour les aider à se rendre compte qu'ils en sont capables !

 

 

 "Le Millefeuilles se tire le portrait "
 

 

 

Le Pantin

 

Revue en ligne CréAtions n° 241 "Le Millefeuilles se tire le portrait"
annoncée dans le Nouvel Éducateur n°241- Publication : février 2019

Classe de 2ème, 3ème maternelle, École J.J. Michel Bruxelles, Belgique - Enseignante : Isabelle Van de Walle

 


Le pantin

 

Une surprise pour Laure

Ce pantin en carton recouvert de tissu cousu sur les deux faces, a été réalisé dans le cadre d'un projet

Pierre de Lune

Ma classe bénéficie donc d'une dizaine d'ateliers de danse avec une artiste, Laure Myers, d'octobre à mai.
Avant chaque séance de danse, Laure vient passer un petit moment en classe et voit les réalisations des enfants : peintures collectives, tapisseries, dessins, constructions,etc. Chaque journal de la classe lui est offert.

Elle s'inspire donc du vécu de la classe, des expressions enfantines pour faire des propositions aux enfants :
- faire la ronde tous ensemble ;

- imaginer la présence d'un petit animal sur ou à l'intérieur de notre corps qui nous guide dans notre danse ;
- faire des empreintes
des points, des lignes, invisibles sur le sol ;
- faire des maisons,  etc.

                               

De mon côté, je rebondis sur ses propositions pour articuler les activités de la classe :
- faire des peintures collectives de forme ronde ;
- mimer ;
- dessiner des arcs-en-ciel ;
- prendre conscience des différents "niveaux" (bas-milieu-haut), crescendo, decrescendo...
Suite aux séances avec des tissus de tailles différentes dont un très grand, prend forme l'idée de réaliser un dragon pour le Carnaval : sur un long tissu, une peinture collective. Ce sera le corps du dragon. On ajoute une grosse tête. C'est Léna qui dessine les yeux, la bouche, les yeux, les petites cornes au gros feutre noir puis quelques moyens peignent ces éléments avec de la peinture acrylique.
La tête est fixée à l'aide de deux manches à balais au corps.
Le dragon est prêt à être porté dans les rues du quartier de l'école puisqu'une parade est prévue pour le Carnaval avec tous les enfants. Plaisir de se mettre sous le dragon, de le porter ensemble et de le faire danser au son des percussions de la fête.
Le dragon est bien remarqué lors de cette activité.
Heureusement les enfants de maternelle sont relayés en fin de parcours par des grands de primaire car ils sont tout de même un peu fatigués.

 

   "Le Millefeuilles se tire le portrait"  page suivante

 

 

Cagettes, atelier sculpture lors du stage de Millau, 2018 -

...

Fichier attachéTaille
atelier_cagettes.pdf463.33 Ko

Photographions !

 


Revue en ligne CréAtions n° 241 "Photographions"
annoncée dans le Nouvel Éducateur n°241 - Publication : Septembre 2018

Classe de PS-MS-GS, École Paul Langevin, PONTIVY (Morbihan) - Enseignante : Anne Renaud

 


 Photographions !

 Un fil rouge tout au long de l'année...

 

L’école Paul Langevin a démarré cette année un partenariat triennal avec le conservatoire de Pontivy. Les élèves de CM1 et CM2 bénéficient d’une heure de musique ou de danse par semaine, encadrée par des professeurs du conservatoire.
En musique, les élèves découvrent la pratique instrumentale : trombone, trompette et tuba. Ils apprennent à jouer ensemble dans une formation de jazzband. En danse, i
ls travaillent sur la création d’un avatar à travers la thématique du jeu vidéo.


Les enseignantes de cycle 1 décident de mettre en valeur le travail des élèves de cycle 3 par le biais de la photographie.

 

En tout début d’année, les enfants de maternelle découvrent différentes photographies à travers des supports variés : albums de littérature de jeunesse, catalogues d'expositions, posters, revue J magazine, sites internet, œuvres photographiques de l’artothèque d’Hennebont.


Dans la classe, l’appareil photo est dans la main des enfants.
Ils
utilisent différents appareils : compacts, hybrides, reflex et  tablettes.


Ils expérimentent
des vues
de près et
de loin, zooment 
sur des détails
et
photographient
un objet de la classe en plongée,
en contre-plongée,

vu du ciel.

 

L’appareil prend une place centrale dans la classe. Ils se photographient les uns les autres ou alors photographient leur création avec leur étiquette prénom.
Ce sont des photos-mémoires de la classe pour notre blog ou le cahier de vie.

 

Des photos « différentes » apparaissent : avec un premier plan net, avec un cadrage insolite, floues, au travers d'objets (aquarium, casserole..), en mouvement dans le car.

Sur la tablette, ils jouent à transformer leurs photos, ils apprennent à isoler un détail des portraits de leurs camarades. Sur des tirages papier, ils complètent et prolongent la photo.

 
     

 

   "Le Millefeuilles se tire le portrait"  suite de l'article

 

 

Trousse ton portrait - Une pratique, un outil

 

Revue en ligne CréAtions n°241 "Le Millefeuilles se tire le portrait"
annoncée dans le Nouvel Educateur n°241 - Publication : décembre 2018

Classe de CP-CE1, École de Saint-Albain (Saône et Loire) - Enseignante : Marie-Pierre Houviez

 


Trousse ton portrait


Prends une feuille

et  

réalise un portrait 

en utilisant seulement,  

 le contenu de ta trousse.

           

 Les productions sont variées.

Certains détails comme les sourcils apparaissent,

alors que d'autres parties comme les oreilles sont absentes.


Les enfants constatent que leurs production sont très personnelles.

Ils prennent ainsi conscience qu'ils peuvent créer

à partir des objets du quotidien

en les détournant de leur fonction

comme le font de nombreux artistes contemporains.

 

  

Un seul enfant donne une texture à son portrait

en pliant le morceau de tissu qui lui sert,

habituellement, à essuyer son ardoise.

 

 

  "Le Millefeuilles se tire le portrait"