Congrès d'Angers : Atelier plan de travail et méthode naturelle

Journal du congrès d'Angers 2019

================

 

Atelier plan de travail et méthode naturelle (secteur second degré- groupe Ile de France)

Introduction :
Le groupe 2nd degré Ile de France a été monté en 2015 ; il se retrouve une journée par période. Il a démarré sur une grosse demande autour de la coopération puis a évolué vers les techniques Freinet. Lors de chaque journée, il y a un temps de travail disciplinaire puis des thèmes interdisciplinaires, avec des présentations de travaux.
Ce qui est présenté aujourd’hui est l’état des réflexions du groupe mais ne constitue pas des recettes clés en main.

Méthode naturelle :
-    Une démarche d’apprentissage basée sur le tâtonnement expérimental, les productions, la création, l’expression et l’enfant auteur
-    Pas de chemin donné : trouver son chemin pour atteindre un objectif donné, avec à disposition des outils
-    Posture d’enseignant.e différente : être à côté de l’élève et l’accompagner dans son propre chemin : cela demande d’accorder une place aux possibles et à l’imprévu
-    Valeurs de tolérance et d’émancipation

Plan de travail :

Pourquoi Freinet a-t-il eu recours au plan de travail ?
Quand la vie vient dans la classe, comment y mettre de l’ordre pour pouvoir travailler collectivement ?
Outil pour que les élèves organisent leur travail, s’évaluent et arrivent au bout.
Il existe le plan de travail collectif (qui peut être affiché) et le plan de travail individuel.

Que met-on dans le plan de travail ?
Travail de consolidation
Recherches personnelles
Comment je nourris la classe ?
Bilan (graphique) du prof, de l’élève, des parents

Quand :
Chez Freinet : lundi matin, élaboration du PdT- fin de semaine, bilan.

Questionnements
Comment ne pas figer le PdT ? part du programme/part de la vie et de l’imprévu
Quelle place à l’expression libre ? Comment lui donner une part de plus en plus importante ?
Prendre du temps pour discuter de la contractualisation du PdT et du bilan individuel

Comment faire en sorte qu’il y ait du collectif dans le PdT ?
Comment cet outil peut-il favoriser l’entraide ?
Comment restituer à la classe ce qui a été fait individuellement ?
Comment organiser l’espace ? quel accès aux outils (mise à disposition, quels outils, déplacements) ?

Lecture documents
Par petit groupe, discussion autour d’un texte de Freinet sur les PdT et des exemples de PdT
Synthèse : une idée, un mot, une question sur quelque chose qui nous importe ou nous interpelle.

Retours des groupes :
Organisation
Coopération/tutorat
Unique
Comment favoriser la concrétisation des projets personnels ?
De l’autonomie à l’autogestion
Illusion de liberté
Evaluation
Comment ne pas creuser les écarts entre les élèves ?
Comment créer un plan de travail de manière transversale ?

Discussion :
Quelle place à l’autoévaluation ? dans les plans de travail présentés, il y a peu de place à ça. L’évaluation vient surtout de regard du prof.
On peut faire de l’évaluation par les pairs selon des critères (ceintures)
Le plan de travail a tendance à devenir une manière d’organiser le travail de commande sur un chapitre : comment faire pour que ça ne soit pas une illusion de liberté ?
Est-ce que je fais des séquences et là-dedans j’organise le travail ou bien est-ce que je m’appuie sur le travail autonome des enfants et la matière produite (par exemple, les textes libres)?

C’est pas vraiment la question de la liberté qui est problématique mais celui du travail authentique.
Travail authentique : travail orienté par l’élève (par forcément liberté spontanéiste), motivé intrinsèquement par lui-même, ; il permet aussi l’accès à l’intimité
Un entre-deux à trouver : entre outil de management et liberté spontanée
Chercher une situation qui nous convient.

Quelle articulation entre séquence et plan de travail ? On peut déconnecter les deux (un plan de travail peut durer plus ou moins qu’une séquence.
Comment programmer en post-grammation ? On manque d’outils.
C’est une prise de risque à mesurer.

Place du travail libre : on peut compter sur l’émulation dans la classe, il suffit qu’un seul élève se lance.

En anglais (Marie) : on peut partir des textes libres et des faits de langue observés. Marie propose un plan de travail simplifié : des exercices autocorrectifs, un texte libre pour trois semaines.

Comment les élèves ont-ils avoir la certitude d’avoir progressé ?
Diversifier les niveaux d’activité ?
On peut s’inspirer du cahier de progrès de maternelle :
Exemple en anglais : : se présenter en septembre, en milieu d’année et en fin d’année. Garder les trois écrits et comparer en fin d’année.

Le PdT reste chronophage en conception, en correction, en suivi, en accompagnement.

Sur les inégalités, le plan de travail permet de passer du temps avec des élèves en difficulté, permet une meilleure attention aux besoins des élèves que l’enseignement standardisé.
Ce qui est sûr, c’est que le plan de travail nous donne à voir ce que font les élèves pour de vrai.
Faut-il même rechercher l’égalité ou s’appuyer sur les diverses capacités et richesses de chacun.e ?

 

 

 

G
M
T
Y
 
 
 
 
 
 
 

     Discussion :

 
 
Options : Historique : Commentaires : Donate Fermer