Congrès d'Angers : Méthode naturelle en français de l’A.C.E (Bruxelles)

Journal du congrès d'Angers 2019

================

Méthode naturelle en français de l’A.C.E (Bruxelles)

Extrait d’un atelier d’écriture qui a été suivi d’un temps de partage.

Les choses se passèrent ainsi. Avant que ma vie ne démarre à proprement parler, je piaillais et je tétais, comme tout le monde.

Je n’ai aucun souvenir de cela, mais je ne vois pas pourquoi les choses seraient pour moi différentes du reste de l’humanité. Car nous commençons tous par-là : le rein, les bras, le lait, les odeurs, la vue trouble. Mais est-ce une vie, de dépendre toujours des autres pour se nourrir, être propre et en sécurité ? Même les babouins (…) ont certainement un début de vie plus trépidant.

Je ne sais pas à quel moment j’ai eu envie d’entrer véritablement dans la vie, c’est-à-dire à quel moment j’ai pris conscience de ma singularité, de ma potentialité, de ma vitalité. Mais l’image de la maison que j’habitais enfant, calcinée par l’incendie criminel, est mon premier souvenir. Foncièrement parlant, je l’ai su bien plus tard, le terrain ne valait rien. Aussi, fallait-il exclure comme mobile de l’incendie la volonté de la racheter à bas prix à ma famille. Mais, là-bas, à cette époque, je ne suis pas sûr que les titres de propriété soient bien reconnus. (…)

                        Vincent