(Essai de) Danse naturelle en maternelle

Revue en ligne Créations n°198 "Pratiques sonores et musicales"
annoncée dans le Nouvel Educateur N° 198 - Publication : juin 2010

sur une proposition du Secteur Pratiques sonores et musicales
Classe de MS/GS, École maternelle Aimé Legall, Mouans Sartoux (Alpes-Maritimes) - Enseignante: Nadine Huver-Furling

 Essai de danse naturelle en maternelle

J’ai l’habitude, dans mes classes de moyens/grands (mais aussi avec des enfants plus âgés) de consacrer à la «danse libre» un jour par semaine tout au long de l’année scolaire. «Libre» dans le sens où je ne dirige pas les enfants, je les laisse évoluer selon leurs envies et «pulsions», me contentant quelquefois d’attraper au vol une idée pour inciter d’autres enfants à se l’approprier… évidemment ce serait encore plus libre si j’avais la place nécessaire, dans un lieu en libre accès où des enfants pourraient aller danser lorsqu’ ils en ressentent le besoin.

L’écoute musicale chez les jeunes enfants passant d’abord par le corps et le ressenti corporel, toute découverte d’une nouvelle musique a lieu lors de ce temps de danse. Et ce temps de danse est pour moi le premier temps de chaque écoute musicale nouvelle.

Déroulement


Danse

Chaque séance se déroule à peu près de la même manière.
Chaque lundi, je propose aux enfants une musique différente qu’ils vont accueillir, s’approprier ou pas, et sur laquelle ils vont évoluer, ou pas.
Dès le début de l’année, certains enfants en effet ne se sentent pas assez en confiance pour oser laisser parler leur corps devant les autres. Je leur laisse le temps nécessaire pour apprivoiser le groupe, plus tard ils se joindront aux autres timidement puis avec de plus en plus de présence.
La seule contrainte que j’ai imposée, afin d’avoir des enfants disponibles et calmes, c’est que chacun s’assied à un endroit de la pièce et s’enferme comme dans une « bulle », afin de se concentrer en attendant le début de la musique.

Je varie le plus possible les musiques : musique de films, musique du Monde, musique traditionnelle, musique classique, musique contemporaine, musique concrète, musique vocale, jazz, rock, etc.
Le but est de surprendre toujours plus les enfants et de leur faire découvrir un panel musical qu’ils n’ont peut-être pas souvent l’occasion de découvrir chez eux.

Après une première découverte collective, je forme deux groupes : un groupe de danseurs et un groupe de spectateurs. Le premier groupe évolue devant le second, et vice versa.
Après chaque «performance», je pose seulement deux questions aux observateurs :
- ont-ils utilisé toutes les parties du corps ?
- ont-ils suivi la musique ?
Ce sont les deux uniques points d’évaluation de ce qui vient de se passer, ceci pour éviter les jugements uniquement portés sur l’esthétique : «beau, moche, etc.».

Au fur et à mesure que l’année se déroule, je vois les enfants progresser dans la manière dont-ils s’approprient l’espace, la sécurité dans le groupe aussi, la façon d’utiliser leur corps, la relation entre ce corps et la musique …

Les enfants évoluent seuls, parfois par deux : parfois une danse de groupe prend naissance et il m’arrive alors de proposer une relance, parfois les ressources d’une musique sont utilisées sur deux ou trois séances.

Je filme de temps en temps les enfants. C’est à travers ces moments filmés que je vois les progrès.

Cependant, je ne m’interdis pas de choisir, selon les enfants et les années, une série de musiques qui va permettre d’appréhender une particularité, comme par exemple cette année où un petit groupe de garçons bien vivants prend la salle de danse pour un champ de courses, quelle que soit la musique proposée et sur laquelle ils devaient évoluer lentement.

Il m’est aussi arrivé d’arrêter une musique parce que deux enfants pleuraient de peur.

Je propose également à d’autres moments des séances de jeux d’expressions corporelles diverses, mais que je ne confonds pas avec ce moment de danse naturelle, que je veux respectueux du rythme, de l’investissement de chacun et de son évolution propre.

 

Écoute musicale

La musique utilisée en danse est réécoutée le lendemain, au retour en classe de 13h30, cette fois-ci en position assise. Les enfants sont invités à discuter et à exprimer ce qu’ils ressentent à cette écoute.

 

 

Conclusion

Je suis très attachée à ce moment où certains enfants trouvent un vrai langage pour s’exprimer alors que d’autres se sont plutôt approprié la peinture, les constructions mathématiques ou les créations sonores …
J’y retrouve les principes qui nous sont chers d’expression, de création, de tâtonnement, quelquefois de coopération, en tout cas le bonheur de faire sans forcément avoir à rendre des comptes …

 

Vers le secteur
"Pratiques sonores et musicales"
de L'ICEM
Vers les autres articles relatifs à la musique
publiés en juin 2010
dans l'Espace du
Secteur Arts et Créations de l'ICEM

Tous les témoignages

Expression corporelle, Ecoute, danse