Raccourci vers le contenu principal de la page

Le manifeste de l´enfant créateur - Clem et Maurice Bertelot

 


« Manifeste pour l’enfant créateur »  Clémentine et Maurice Bertelot - Mai 1994

(repris du Créations n° 60, juin-août 1992, qui présentait l'exposition "L'enfant créateur")

 

 

Cette exposition se voudrait une réaffirmation.
Par nature l’enfant porte en lui des pouvoirs créateurs, dans tous les domaines. Leur concrétisation demeure le moyen le plus efficient d’intégrer, sous une forme opérationnelle, les connaissances que cette concrétisation nécessite.
Par les chemins du savoir-faire, on parvient au savoir, un savoir qui donne le moyen d’opérer (loi des coulées). Ces processus d’intégration s’appliquent dans des domaines qui apparaissent aux antipodes les uns des autres: arts plastiques et mathématiques par exemple. « Les connaissances, témoigne une ancienne élève de la pédagogie Freinet, venaient de nos créations. Il ne serait venu à personne l’idée de nous donner la LEÇON. Je me souviens de nos recherches mathématiques. Si fractions il y avait, c’est nous qui les créions. C’est ainsi que j’ai fait des mathématiques, sans le savoir, matière que pourtant je détestais. Sortant de nous, redécouvertes par nous, il n’y avait pas besoin de les approvisionner à grand coups de patience. C’était tout un TRAVAIL
». Malgré notre époque de technologie galopante qui épuise et lamine les individus, malgré les problèmes d’exclusion, de chômage, de violence, l’enfant d’aujourd’hui n’est pas, dans son essence, différent de tous ceux qui l’ont précédé.
Les aspects extérieurs des créations diffèrent selon les conjonctures sociales et technologiques. Ils traduisent toujours l’invariance des démarches intérieures. Ce qui étonne, surprend quelquefois chez le jeune enfant, c’est la soif d’entreprendre et de réussir. Les incessants tâtonnement sur l’environnement, sur les êtres vivants qui l’entourent, sur lui-même aussi, se structurent en « techniques de vie ». En fait, il essaie d’établir des « circuits » qui régiront son existence. Sans ces circuits, il n’existe pas. Rétablir ces circuits détruits devrait être le souci essentiel de toute éducation. Au sommet de ces conquêtes, l’enfant se crée la possibilité, pour entreprendre, de se passer d’actions concrètes et vécues. Il peut simuler, à l’aide de formes vagues, de forces supposées, d’interactions suggérées, ce que Monod appelle, faute de mieux, l’expérience, l’impulsion créatrice. Le dynamisme, l’originalité surprenante de cet élan profond de la personnalité tendent à la concrétisation, c’est à dire à l’action vécu, source potentielle de futures impulsions créatrices.
C’est à l’éducateur de :
- s’organiser techniquement pour cultiver cette plante vulnérable
- multiplier ses manifestations
- créer les moyens de le faire éclore et fructifier
Tels sont les principes qui sous-tendent l’action éducative : « tout geste d’éducation est d’abord un geste d’accueil » (Elise Freinet.). Contrarier ces démarches fondamentales ou croire que le temps accordé aux activités créatrices est du temps volé aux leçons et aux devoirs, seules bases de l’évaluation, c’est enfermer l’enfant dans le conformisme passif et stérilisant. C’est l’amener à une « spontanéité tapageuse et incohérente, à des révoltes incontrôlées, voir incontrôlables  ». C’est le contraindre à la négation par lui-même de ses possibilités. C’est tarir la source.
Cependant, s’il retrouve un climat favorable à l’épanouissement de son être, favorable à l’évaluation de ses propres richesses, alors les activités créatrices renaîtront. Et par là, continuant à se construire par rapport au monde, il y occupera toute sa place.
Nous aurions pu écrire les mêmes réflexions en exposant des créations nés dans toutes les autres disciplines. Nous avons choisi le domaine des arts plastiques parce qu’il se prêtait le mieux techniquement, à illustrer ce
Manifeste pour l’enfant créateur.

Expression du Chantier CréAtions

autres textes sur l'art

sommaire Créations 120