Raccourci vers le contenu principal de la page

Une Pratique, un Outil : Le carbone hectographique

Dans :  Arts › Principes pédagogiques › 

 

Revue en ligne CréAtions n°192 "Eau"
annoncée dans le Nouvel Educateur n° 192 - Publication : avril 2009

Classes de GS/CP/CE1, Ecole élémentaire, Crissey (Jura) – Enseignant : Olivier Lamaud

 

 

Le carbone hectographique

Carbone hectographique :

carbone pour duplicateur à alcool qui peut avoir comme couleur : le violet, le rouge, le jaune, le vert, le noir ou le bleu.

 

Principe de cette technique

 

La trace d’encre, abandonnée par la feuille de carbone sur une feuille de papier, migre dans cette dernière sous l’action de l’eau.


Soit une feuille de papier de 80 grammes posée sur une feuille de carbone violet, faire un trait au recto, une trace de carbone se dépose au verso.
Faire couler de l’eau sur ce trait de carbone : la couleur se disperse de part et d’autre de cette trace qui peut même finir par disparaître.
La couleur est stoppée à l’orée du papier sec. L’encre violette qui a migré dans la feuille est stable après séchage, même si on remouille cette tache ; elle n’évoluera pas.


Si on dépose une trace d’une autre couleur ou s’il reste de l’encre violette sur le trait initial, on peut retravailler comme au début en jouant avec l’écoulement de l’eau sur la feuille.

 

 

Trois constats

- L’encre qui s’est imprégnée dans le papier est stable dès le premier séchage.

- On peut retravailler sur la feuille initiale après chaque séchage.

- Les encres ne se mélangent pas, elles se chassent l’une l’autre.

Grâce à ces propriétés, un dessin peut être travaillé avec un temps pour chaque couleur. Les enfants ont réussi «le croisement» pour les oiseaux sur les branches d’un arbre, c’est-à-dire représenter un oiseau devant ou derrière une branche suivant le trait qui est interrompu.

Conseils pratiques

Capter le carbone au verso de la feuille en dessinant avec un stylo à bille au recto.

Les dessins étaient demandés au stylo afin que le mouvement soit plus facile et le geste plus ample. On peut repasser sur un trait déjà tracé sur la feuille (décalquer) pour capter le carbone mais le geste est moins spontané et le dessin moins tendu.

Pour un dessin plus fouillé, on peut le faire au préalable au crayon, avec la possibilité de gommer. Ensuite, il s’agit de repasser sur les lignes au stylo à bille pour capter la couleur choisie.

Penser que le dessin obtenu sera inversé. On peut tremper toute la feuille sous un filet d’eau, au robinet; un coton imbibé d’eau donne de moins bons résultats.

 

Histoire de cette technique

 

Au départ, nous avons voulu répondre à une demande pressante d’illustration pour une histoire dans J Magazine. Cette technique a permis un travail rapide, riche de la magie de la répartition des couleurs. Les enfants, au fur et à mesure des découvertes, ont établi des protocoles pour réaliser un projet: le «croisement» par exemple, avec toujours la part d’aléatoire qui étonne et ravit.

 

Article imprimable au format PDF

 

"Une pratique-Un outil"

sommaire "EAU" 

papier carbone

 

Plus de précisions

Bonjour,

Je compte utiliser cette technique pour réaliser un fanzine avec les enfants. Serait t'il possible de nous expliquer un peu plus cette technique en nous indiquant précisément les références des fournitures utilisées. Il n'y a donc pas de transfert à l'alcool si j'ai bien compris....

Merci de vos précisions.

Fanny

précision

Bonjour Fanny
La technique à suivre est bien explicitée sur cette page. Pas besoin d'alcool pour la mettre en place.
La seule difficulté est peut-être de trouver ces carbones hectographiques qui permettaient la duplication de documents avec les ronéos à alcool avant l'arrivée des photocopieurs dans les écoles.
Je ne sais pas s'ils sont encore en vente dans les commerces, mais il y en a peut-être encore dans le fin fond des armoires de certaines écoles.
Si vous avez des questions plus précises, n'hésitez pas à me recontacter.
Jacqueline Benais