Raccourci vers le contenu principal de la page

Lire, Écrire. Savoir, vouloir, pouvoir

Février 2011
RENCONTRES NATIONALES
DE LA LECTURE ET DE L'ÉCRITURE. 29. 30. 31 janvier 1993. La Villette.
 
Voici une des variantes du texte que nous avons produit (Jean Marie Fouquer et Jany Gibert) pour les rencontres Lecture - Écriture de La Villette.
 
 
 

Quel militant de l'ICEM eût pu imaginer, il y a seulement une quinzaine d'années, que les orientations officielles puissent un jour reprendre des pans entiers d'une pratique pédagogique centrée sur l'enfant ?

Qui eût pu espérer que l'on admettrait que lire et écrire, comprendre et produire du sens sont des activités complémentaires qui vont permettre aux enfants de découvrir les règles de fonctionnement de l'écrit ?

  Nous constatons aussi que la lutte entre les modèles d'apprentissages de bas en haut et de haut en bas laisse la place à un modèle interactif et expérimental dans lequel la découverte progressive et personnelle des règles grapho-phonétiques vient accompagner et non précéder la recherche prioritaire du sens.
  Encore quelques années et on parlera de processus psycho-cognitif naturel d'apprentissage de l'écrit.
 Petite réparation pour une méthode naturelle si souvent calomniée.
 Mais le problème de l'Écrit ne se réduit pas à une question de méthode.
  L'écrit est un phénomène social.
La représentation psychosociale et l'usage de l'écrit dans le milieu dans lequel les enfants vont aborder cet apprentissage sont des facteurs déterminants pour déclencher et accompagner celui-ci.
 
Les méthodes ne sont pas neutres.
 

Les acquisitions, les compétences et les attitudes mises en place à cette occasion vont marquer durablement la scolarité des enfants et leur rapport à l'Écrit.

 Une éducation populaire ne peut se contenter d'organiser des tâches qui n'ont du sens que pour les enfants capables d'apprendre sans comprendre, motivés le plus souvent par le désir familial, et performants par docilité.
  Tout doit être fait pour donner du sens et du temps à l'apprentissage de l'Écrit et surtout pour les enfants issus de milieux populaires ou socio-culturellement défavorisés. (1)
  Enfin, à quoi servirait une compétence qui ne s'autoriserait pas le droit de s'exercer librement ?
 Le savoir peut-il être fonctionnel et libérateur s'il s'est constitué dans et par !a soumission ?
 Le problème de l'apprentissage de l'Écrit est bien celui de l'articulation entre :
le savoir faire technique (je sais, je suis capable) de comprendre et formuler la pensée par l'Écrit,
  - le désir, le plaisir, le besoin de mettre en oeuvre ce savoir (je veux) et
 - le pouvoir (j'ai le droit, j'ai la possibilité, j'ai la liberté) d'exercer cette compétence.
 
Institut Coopératif
 de l'École Moderne.
Pédagogie Freinet
 
 (1) En fait, il ne sont défavorisés que parce que d'autres sont sur-favorisés dans la culture de l'Écrit.
 

 

Auteur :