Raccourci vers le contenu principal de la page

On prépare la démocratie de demain...

Janvier 1994

« On prépare la démocratie de demain par la démocratie à l'école. »
C.Freinet
 

Une nouvelle année commence, avec la tradition des voeux.

Si l'on croyait que cela puisse être utile, nous souhaiterions, entre autres choses, que 1994 apporte à tous et à chacun :

Un monde où être enfant ne se décline plus à tous les temps de l'horreur et de l'atrocité, dans la plupart des langues de la planète : enfants orphelins, affamés, réfugiés, terrés, emprisonnés, violés, torturés, assassinés...

Un monde où être enfant signifie utiliser d'autres jouets que les armes ou les pierres des aînés.

Un monde où être enfant permet, en s'endormant, d'être assuré de manger le lendemain.

Si l'on croyait que cela puisse être utile, nous souhaiterions, entre autres choses, que 1994 apporte à tous et à chacun :

Un pays où les enfants savent que là où ils vivent, ils sont chez eux, sans craindre l'ombre d'un racisme quel qu'il soit.

Un pays où les enfants peuvent croire que leur avenir ne sera fait ni d'exclusion, ni de mépris, ni de chômage.

Un pays où les enfants bénéficient des mêmes chances, de la même école, quelles que soient la couleur, la
religion, les opinions, la classe sociale de leurs parents.

Hélas, former des voeux ne change rien s'il s'agit simplement de se donner bonne conscience.

En ces temps d'individualisme et de repli sur soi, il semble utile de rappeler que c'est à chacun de nous qu'appartient l'avenir. En tant que citoyen et quelles que soient nos préférences idéologiques, philosophiques ou politiques, nous avons le pouvoir d'oeuvrer collectivement, et d'abord dans l'exercice de notre métier, pour combattre la guerre, le racisme, l'exclusion, la discrimination, l'exploitation...

N'est ce pas le premier pas à franchir pour que ces voeux ouvrent la porte à la réalité ?

Nous devons avoir l'ambition de rendre les enfants acteurs de leur vie, en leur offrant la responsabilité de leur classe, de leur école, de leur cursus scolaire, par une éducation dans les principes de la laïcité.

C'est en vivant les droits de l'enfant qu'on apprend les droits de l'homme.

Nicole BIZIEAU

J. M. FOUQUER