Raccourci vers le contenu principal de la page

François Le Ménahèze s'explique...

En Loire-Atlantique, de nombreux enseignants ayant refusé, soit de remonter les évaluations nationales, soit de remplir le fichier base-élève, sont menacés de sanctions disciplinaires, en plus des sanctions financières qu'ils ont déjà subies.

François Le Ménahèze est l'un d'eux. De plus, son poste de formateur à l'IUFM lui a été retiré car il n'a pas "la bonne manière de servir"!!!

Dans cet interview, réalisée le 5 mai 2011, il explique la situation et la replace dans le contexte actuel.

Comité de soutien à François LE MENAHEZE dans le cadre de la résistance pédagogique

commentaire

Voilà bien une interview qui replace les choses à leur valeur et à leur place. Sommes-nous toujours considérés comme des enseignants par nos institutions ? Notre place et notre rôle est mis en question et même en jeu. C'est bien triste.
Bon courage à toi et aux autres résistants "éclairés". Je fais partie des autres dont parle François qui résistent dans l'ombre. Une place pas toujours très aisée.
À bientôt
Françoise Laboux

remarque sur l'interview de François Lemenahez

Les inspecteurs et inspectrices - dont j'étais - qui ont vraiment voulu mettre en application la loi d'orientation de 89 étaient des personnes qui croyaient en la dynamique collective et c'est ce que nous avons essayé de faire, avec tout de même sur certains secteurs des réussites partielles( sur les classes de cycle par exemple), jamais pour ma part, je n'aurais sanctionné les individus, ce qui explique qu'il n'y ait pas eu de sanctions individuelles.Cette loi nous disait qu'il ne peut y avoir de transformation de l'école sans approche collective des problèmes. C'est l'esprit des cycles.
Aujourd'hui, nous sommes dans une situation tout à fait différente dans cette réforme.
Je suis à la fois heureuse d'être en retraite pour ne plus avoir à gérer des contradictions idéologiques insupportables, triste aussi de ne plus être là pour me jeter dans la bagarre!
Louisette Guibert
Inspectrice d'Académie honoraire

interview de François Le Ménahèze

Merci pour cet interview. Je suis très émue après écoute. Emue parce que j'ai ressenti ta fatigue François et ta gravité. Pour être aussi dans la résistance péda. (dans le 90) je sais ce qu'est qu'être "convoqué" chez l'IEN ou l'IA pour "insubordination" et même si on est sûr de faire le bon choix, au quotidien, ça plombe. Pour ma part, j'oscille entre l'envie de pleurer et de gueuler.. Mais au final leurs discours, leurs arguments de "bons fonctionnaires", ça me relance dans l'action avec les copains et avec les enfants et leurs parents, au quotidien. Plus leur volonté de pas voir s'exprime et se repète, PLUS on veut dire les choses au grand jour.
Avec tous les copains du 90, on est avec toi François et avec tous les "résistants" du 44. ON NE LACHE PAS.
Valérie (Icem 90)

Encouragement et remarque technique

La remarque technique :
Bien que les propos tenus par François me paraissent du plus grand intérêt, il m'a fallu m'accrocher pour l'ouïr jusqu'au bout tant l'enregistrement de sa voix est de médiocre qualité, c'est quand même dommage !

Bon, j'ai quand même compris l'ensemble du discours et vous fait part de mon soutien affectif nonobstant le fait que je "n'ai pas d'enfant".

En fait, comme François le souligne à plusieurs reprises, c'est bel et bien TOUS les services publics qui sont dans le collimateur de nos chers technocrates de l'oligarchie.

Pour ces gens, le monde entier doit devenir une marchandise...

Frères et sœurs, RESISTANCE !!!

Ten Shao.

remarque technique

L'enregistrement a été fait par une petite caméra de 300 euros. Quand l'ICEM aura plus d'argent, elle pourra investir dans du meilleur matériel... Or nos subventions baissent drastiquement...
Ceci dit, ça me semble audible.