Raccourci vers le contenu principal de la page

Un lycée cogéré (St Nazaire) : partage des pouvoirs, partage des savoirs

Dans :  Région Ouest › Congrès › Principes pédagogiques › Principes pédagogiques › Techniques pédagogiques › organisation de la classe › Principes pédagogiques › Principes pédagogiques › coopération › 

CONGRES 2011 / COMPTE-RENDU D'ATELIER

Plage 4 mercredi 24.08 17h-18h30 (B2 442)

Hugo Breheret, Mikael Schleret, Pierre Seigneur, Jean-Noël Even, Julien Rougelot

 

  • Environ 20 participants / 2 groupes de discussion

  • Tour de présentation

 

PREAMBULE :

Depuis 30 ans. 2 communautés de 19 jusqu'à 180 personnes. Pas de CPE, proviseur, surveillant, cuisinier

Que faire et comment vivre ensemble (exécutif, législatif, pédagogique) ?

Les élèves arrivent dans une institution existante pour faire vivre le projet d'établissement et le leur propre.


Partage pouvoir et savoir + institutions du lycée + espace de liberté et de temps hors de l’équipe

Vers émancipation élève ?


A travers les pratiques, projets, idées, des uns et des autres, est-on dans l'émancipation élève, dans le lâcher prise ?

Les personnes présentes illustreront ces questions par les pratiques au lycée.

 

Généralement la présentation du lycée se fait avec des élèves.


Mise en commun des expériences autour du partage des pouvoirs.

NOTES DU 1ier GROUPE :

  • Confrontation avec le bruit dans la classe : recherche d'autorégulation dans une classe de 30 élèves de 5e en TP de bio. Elève responsable d'activer une échelle du bruit (aimant au tableau). L'autorégulation fonctionne.

  • Difficultés liées à la circulation générée par l'utilisation du matériel : numérotation des tables, orchestration des déplacements en fonction des numéros

  • Classe soumise au règlement de l'établissement, mais des règles particulières peuvent se discuter en conseil de classe. Exemple : chuchotements impératifs pendant le TI.

  • Faire un inventaire du modifiable et des contraintes fixes.

  • Créer un climat de confiance

  • Dans un groupe d'adultes : construction collective d'une charte. Que faire si elle n'est pas respectée ? L'autoévaluation ne reflète pas du tout la réalité (chacun estime très bien respecter la charte). Une 2e évaluation du respect de la charte par le groupe est faite collectivement, qui fait prendre conscience des problèmes.

  • Il est important que chaque membre du groupe prenne conscience de sa responsabilité propre dans le respect de la charte, donc de sa légitimité à interroger le groupe sur les problèmes éventuels.

  • Conseil : rituel hebdomadaire. Présidence tournante, nécessairement par différents membres du groupe

  • Le questionnement sur les valeurs qui sous-tendent chaque action, a amené à supprimer des emplois du temps construits d'avance. Prendre en compte les besoins des membres du groupe. Discerner le point de convergence des besoins. Rechercher une réciprocité des réponses, possible dans la confiance (exemple : filmer sa pratique pour étudier au plus près les besoins = convergence entre formateurs et formés).

  • A St Nazaire, il est essentiel que les groupes soient hétérogènes (âges, centres d'intérêt..), et que chacun puisse porter une attention aux projets des autres.

  • Généralement, pas de vote, mais des décisions prises par consensus. Recours au vote en cas de blocage.

  • Système de cooptation : l'équipe choisit un nouveau collègue.

  • Collèges de décision, réunissait au départ professeurs et élèves, mais sont devenus à la demande des élèves des assemblées de délégués de professeurs autant que d'élèves.

  • Question de la hiérarchie des tâches (ex : ménage...)

  • Importance de la fréquence des moments de régulation. Procure de la sérénité.

  • Importance du ton donné au départ : ce qui est recherché, c'est un bien-vivre ensemble autour d'un projet.

    NOTES DU 2e GROUPE :

question permanente : comment être dans éducation émancipatrice ?

Vos expériences, idées, pratiques, échecs, rêves

 

-Difficulté de changer regard/positionnement

-Mais + nécessaire qu’il y a 20 ans, + exprimé de part élèves : liberté parole

Ns poussent alors à changer nos pratiques

-Je ne contrôle pas tout. Mais j’aime bien tout contrôler. Nous fait croire efficacité dans transmission savoir pour émancipation. Savoirs ne suffisent plus à rendre libre. Lycée xp : rendre gens libres, il faut qu’ils soient libres ! cad chacun même pouvoir agir/pas agir. Aide quand c’est en place, quand Institution existe.

-si Invention structure nouvelle ? la même toujours que lycée xp

-lycée Limerlé en Belgique récent mais venus souvent voir lycée xp. Volonté copier-coller mais rattraper par réalité concrète (construction en dur…). Chemin faisant, obligé de faire autrement. Principes pour émancipation au lycée mais pas recette/idée/axes

-le mieux devrait fonctionner tous comme lycée xp ?

-mais aussi collège, famille, institut éducatif en général

-notion central est pouvoir. Partage pouvoir et de son exercice = enjeu mais modalités différentes.

-changement mentalité, soi même, son regard, remise en cause perso, déconstruction, désapprendre pour apprendre autre chose, travail sur soi avant tout

-on pose ce travail dans collectif. Travail avec contrainte mais pas sous contrainte

-reconstruction lycée sur mêmes bases politiques : partage pouvoir, comment ? comment faire que chacun trouve son chemin ? évolution/changement institutions mais toujours présentes. Rôle de triangulation de institution pour s’empoigner

-institutions lycée ?

-liberté de ne pas agir ! très difficile pour l’adulte de l’accepter. Difficulté jugement action/non-action. Rôle de institution ?

-tous lycées comme lycée xp. A priori non ! qui, quelle politique en décide ? importance de existence de ce genre lycée, reconnue par Institution de l’Etat.

-école nouvelle. Anniversaire 40ans. Base du projet, école à retravailler : charte avec points (accueil enfants et non pas élèves : liberté faire/pas faire ; on pense qu’il ne fait pas des choses alors que pas forcément). Pas forcément toutes structures idem. Libre choix/reconnaissance. Enfant : pouvoir être, grandir dans différence. Choix doit exister et différent, ne pas uniformiser !

-place conflit : pouvoir le dire, conflit pouvoir. Pas toutes écoles pareille mais pb coût dans choix et ouverture à tous.

-institutions au lycée xp : public, ouvert à toute France (pb logement. Non résolu lieu accueil autogérée=contraintes financières). Majorité élèves arrivants ne connaissant pas autogestion mais à recherche respect, par parents, système politique autre. Choix à rentrée ateliers=structure péda 15jours, sujets décidés avec élèves=programmation atelier. Choix de ne rien faire mais questionner. Groupe 10 élèves+1 prof=interrogation sur chemin/projet de départ (=déconstruction réellement fait/pas fait)+discussion vie/conneries hebdo. Législatif=collèges élèves/profs pour discuter-faire loi. Prise parole dans temps. Groupe 25 personnes=prise en main exécutif et tâches pour fonctionnement lycée et respect lois

-part d’obligatoire ? être à école, dans établissement

-inscription au lycée=accord avec tous principes. Dans réalité, conflit

-chemin appartient processus construction/déconstruction.  Pouvoir parler de ce qu’on dit/fait

-liberté pas faire. Lycée xp=choix être là ou pas. Ecole=présence obligatoire. Rien faire ok mais pas déranger autres et jamais sans rien faire. Pb pour enfant ou adulte dans temps ?

-quand, comment enfant conscientise qu’il ne fait rien ? rôle institution ? bilan, élève dit rien fait.

-institution=lieux parole avec buts particuliers. A toute institution, ce qui va nous échapper. Ne pas venir dire qu’on fait pas. Donc des choses qui échappent ! comment on fait avec ça ? possibilité de ne pas venir, revenir … qui décide nombre fois venir

-ne rien faire ! que cela veut dire ? assis dans couloir mort, impression font rien mais discutent. Exemple dame pas venu souvent lycée mais fait plein d’autres choses. Réussite ? position équipe = venir ateliers pour faire ensemble, comprendre monde (texte) mais aussi certains élèves. Idem depuis 30ans. Lycée : contrainte=programme. Tous ne passent pas bac : trouille, autre chose.

-conflit : gros pb dans notre société belge. Connaissance dispositifs dans gestion conflit : école colibri mis en œuvre lors débat philo, 2 élèves en conflit demandant à 1 tiers élève par parole.

-freinet = messages clairs mais radicalement différent de école colibri. Trop dans affectif/déconnecté de affectif.

-Idem avec des plus grands ?

-découpage ateliers / programme bac ? possible ? d’accord avec démarche péda. En apparence, lycée xp = structure fragmentée… ambiguïté nationale avec maintien structure publique / inscription choisie par élève. Programmation périodique / objectif final du projet bac et pas bac cad orientation.

-pas accord global de toute équipe. Faire même si conflit : invention faire ensemble. Organisation confrontation entre désir apprentissage élève / ce que permet lycée en terme formation et ce que équipe affirme ce que c’est apprendre au lycée.

-liberté équipe dans apprentissage ?

-ce qui est important apprendre au lycée : lire/écrire/débattre/argumenter/produire avec pleins niveaux exigence. Et programme en découle. Nécessaire pour bac : lire…et pa stout contenu. Existence atelier EAF programmé en département.

-atelier général mais aussi pour bac termS. Fait/pas fait non corrélé à réussite bac. Apprendre anglais/exigences physique-chimie… dès désir. Tactique=faire choix pour passer bac. Aux expérimentations, nécessité toujours meilleur que ce que autres définissent. Fragmentation temps au lycée xp : pas pb musique pdt 15 jours et pas après. Passion et suite travail autonome. Apprendre : c’est quoi ? non apprentissage linéaire, progressif

-contrôle. Peut affirmer suite /lien ateliers mais pas conscientiser par élève. Bcp discussion / débat

-structure/projet lycée évolue sur 30ans : contraintes extérieures, les profs.

-question prépondérante au lycée. Equipe garante de autogestion/cooptation. Si fin, sabordage ? contrainte Rectorat. Pb statut chaque membre si fin.

-enseignant quittant lycée ? libre adhésion aux principes / projet. Départ si rupture entre 1 individu / équipe ou histoire vie. Mais aussi possibilité partir ! pb abs poste ailleurs : obligation rester.

-pb de le faire pendant 40 ans. Pb partir mais aussi de rester trop longtemps.

-atelier pendant 15jours matin=22h. Discussion sur manière de faire ? difficulté pour prof !

-en doublette. Temps prog=institution. Qu’est-ce qu’on fait et comment ? à partir thème. Nos prtaiques/personnalités. Couleur atelier du fait présents. Contrainte/fait parti du jeu de faire ensemble pour prof. Exemple : faire math, faire aimer math : comment faire changer moquette/abolition math = réinvention math et rôle mee=math est construction humaine avec émotions cad comment les entraîner sur chemin. Atelier poésie…

 

 

POUR POURSUIVRE LA REFLEXION :

  • DVD « Ecrit dans la marge » chez L'Harmattan

  • livres : « Chroniques ordinaires d'un lycée différent (Harmattan) « X.P. » Joël Kerouanton (Ed. Nuits Myrtide)

  • compte-rendus d'expériences au lycée autogéré : dans Créations, BT2, Cahiers Pédagogiques, Nouvel Educateur

 

 

     

 

Atelier lycée co-géré

Quelle expérience fascinante. Je ne sais pas ce qui peut être utilisé des notes de l'atelier de cette semaine à Villeneuve d'Ascq, mais j'ai tant aimé entendre un peu parler de cette expérience. En train de voir le DVD sur le lycée. Super. J'aurais tant aimé que mes fils en soient !
Merci.