Raccourci vers le contenu principal de la page

Atelier de poterie avec les Robinsons 3

Dans :  Principes pédagogiques › 

 

 

 

 


Atelier de poterie avec les Robinsons
A l'association "Les enfants potiers" de Saint Amand-en-Puisaye

par Francine Tétu, membre de l'Icem et du chantier Pédagogie Sociale

 

Je me rends chez "Les enfants potiers" le samedi 22 octobre 2011, sur l’invitation d’Anne-Marie Bourbonnais qui souhaite que son travail en poterie avec un groupe d’enfants et d’adultes soit filmé. Cela lui permettra de faire valoir son travail à la fois original et engagé, mais également de développer pour elle-même, un regard sur le travail de transformation qui s’opère au sein d’un collectif au cours d’une séance, aussi bien sur le plan individuel que collectif.
Pour moi, l’intérêt est multiple: tout d’abord le plaisir de me rendre dans un endroit où la terre est présente sous des formes diverses (grès, ocre, kaolin, hématite) dans lequel son travail mobilise un village entier, et celui de filmer des enfants et des adultes en situation de création à des fins pédagogiques et de recherche de la méthode naturelle.
Cinq enfants et trois adultes accompagnateurs de l’Association Intermèdes Robinson, viennent de Longjumeau (91) pour participer à cette séance. La caractéristique essentielle de l’Association Intermèdes Robinson est de créer des animations pour les enfants dans les rues de Longjumeau, dans une logique de pédagogie sociale.
La séance se déroule sur un peu plus de trois heures, ce qui permet à Anne-Marie de mettre enfants et adultes en situation de création au niveau de différents ateliers  : dessin sur tissus et cartons avec des pigments naturels (grès, ocre, kaolin, hématite), dessin sur planche à barbotine avec le kaolin et travail de préparation et de modelage du grès.
Nous pouvons observer le plaisir de l’ensemble du groupe dans les diverses activités proposées, avec cependant des différences d’engagement et de rythmes qu’il s’agisse des enfants ou des adultes.

Par exemple, la non intervention bienveillante des encadrants, a pour effet de permettre aux enfants de libérer leur pouvoir de création. Je pense par exemple à l’un d’entre eux qui, ayant commencé le dessin d’une maison au pinceau, se met tout à coup à recouvrir son dessin d’une couleur grise uniforme, ne laissant pas présager d’une suite positive. Ce n’est vraiment que ma crainte. Quelle n'est pas ma surprise en effet de le voir donner des coups secs sur son pinceau chargé de pigments, projetant ainsi de la couleur par tâches diffuses sur le placard gris brunâtre, donnant une superbe allure à sa réalisation. Est-ce un geste qu’il a inventé ? L’a-t-il appris dans les ateliers de rue des Robinsons?

Ce qui est certain, c’est que le groupe travaille, transforme pendant trois longues heures, et réalise entre autres, une magnifique fresque collective, fruit d’un travail coopératif, que ses auteurs peuvent remporter avec eux. Cette fresque fera partie d’une prochaine exposition dans les rues de Longjumeau.
"La terre ne se laisse pas faire" dit souvent Anne-Marie, il faut l’approcher avec respect et envie de la connaître. C’est exactement ce qui s’est passé dans cet après-midi du 22 octobre à la gare de St Amand en Puisaye. Un vrai moment de bonheur. Merci à tous ceux qui l’ont permis.

 

 

Témoignage de Laurent Ott

Témoignage de Francine Tétu

Témoignage d'Anne-Marie Bourbonnais

Début de l'article