Raccourci vers le contenu principal de la page

Quand mathématiques et Arts se rencontrent et se répondent...

Dans :  Arts › Arts plastiques › Techniques pédagogiques › 
Février 2004

 

 

 

 
Alexis


La création d'Alexis, cet enfant qui la veille encore se sous-estimait, me fait l'effet d'une “ révélation ” et je ressens alors (le besoin ?) l'envie subite de la photocopier et de proposer avec six reproductions organisées autour d’un centre une sorte d'étoile à six branches. Puis j'accroche l'étoile au coin regroupement afin de recueillir les réactions des enfants le lendemain.
Ils sont fascinés par ce “ beau ” dessin et Alexis interloqué et ravi tout à la fois. Sa création vient de prendre, tout à coup, une autre dimension… Il change aussitôt de regard vis à vis de lui-même, comme si un épanouissement intérieur venait de se réaliser. Il n'a plus qu'une envie, se remettre au travail, compléter cette structure (il rajoute des losanges et triangles pour relier les branches, des carrés au centre) et la colorier aux feutres pinceaux. En recherche personnelle, il décline sa première production.

 

 

 

La séance se transforme en une activité de “ création artistique ”…

Certains découpent des morceaux d'une création math. précédente pour fabriquer un mandala… Les résultats sont parfois surprenants ! Clara décide de découper sa dernière création math au plus près du tracé et d'en cerner les contours de plusieurs traits de feutre, avant de la coller sur un fond orange. Elle trouve son œuvre si réussie qu'elle en retrace intégralement une nouvelle, quasiment à l'identique, qu'elle colle sur un fond d'une autre couleur. Elle met en forme, en valeur.
Flavie reprend sa toute première création math pour en faire un tableau grand format, aux pastels secs, qu'elle offre aux correspondants le jour de la rencontre.
Léonie crée un tableau sous forme d’accumulation de sa première proposition reproduite à différentes tailles et complétée de graphismes divers.

 

Flavie

Marion

Alexis

 

 

Alexis

Et Alexis n'a de cesse, jusqu'à la fin de l'année, d'essayer de matérialiser les “ lignes ” qu'il a en tête.
Il débouche sur une exploration de formats et de matériaux. Il travaille en grand format puis avec du sable coloré, pas assez fluide à son goût (“ Je n'arrive pas à bien faire mes lignes, ça ne va pas. ”), puis avec du fil métallique déniché dans l'armoire à bricolage “ C'est super ! ” et ce fil devient son dernier chemin d'ex-pression.
Il est alors pris d'une “ frénésie ” de création de sculptures, toutes aussitôt accrochées dans la classe et montrées au plus grand nombre. Il faut le pousser pour sortir en récréation et à tout moment de la journée il me demande s'il peut faire “ ses ” sculptures !

 

Alexis

Remarques

 

En réalisant des “ créations math ”, les enfants ont fait des mathématiques

- travail sur le vocabulaire spécifique (nom des signes, chiffres, nombres, vocabulaire de positionnement, chronologie, comparaison,…),
- explicitation orale d'une vision personnelle ou interprétation d'un dessin, d'une démarche…,
- réinvestissement en inventant une machine (on plie la feuille pour créer l'axe de symétrie),
- découverte de la notion de symétrie et de sa complexité (≠ axes possibles…),
- gestion de l’espace,
Cette appropriation des savoirs s'est faite de manière naturelle, chacun y trouvant toujours son compte et progressant à son rythme, sans être jamais jugé ou critiqué puisque toutes les œuvres sont regardées, explicitées par l'auteur, comparées de la même manière, confrontées et enrichies.

Les enfants sont passés de l’éducation du regard à une lecture mathématique du monde.

 


En faisant des “ créations math ”, les enfants se sont exprimés

Ils ont pris conscience de ce que les maths permettent aussi l'expression personnelle et la recherche.
Chaque enfant peut ainsi laisser sa créativité, découvrir par la pratique ses tendances du moment (envie de lignes comme Alexis, ou de symétries centrales comme Aude), effectuer son cheminement personnel (Alexis a commencé par des lignes agencées en “ vaisseau spatial ” de format A4, puis il est passé au ½ raisin en complexifiant les enchevêtrements, puis il a voulu essayer avec du sable, ce qui ne l'a pas satisfait, puis enfin avec du fil métallique qui l'a comblé de joie…).
Alexis s'est réalisé, s’est construit au cours de cette pratique. Il a pris conscience de ses capacités à être, à créer des choses que les autres enfants trouvaient belles mais irréalisables. Lui seul savait faire ça… Il a pris confiance en lui, il a découvert qu'il avait un certain pouvoir que les autres n'avaient pas (ils en avaient d'autres !) : ses productions pouvaient fasciner (y compris lui-même !) et même susciter l'admiration. Il a pu avancer dans son cheminement et a abouti à la sculpture avec frénésie.
Il s’est affirmé au sein du groupe. Pourquoi avait-il tant besoin, envie, de créer ?
La création ne lui a-t-elle pas permis de libérer quelque chose en lui ?

Alexis

Kévin

  

sommaire CréAtions 110 
début de l'article   page suivante