Raccourci vers le contenu principal de la page

Créer un jardin du Moyen Age

Dans :  Arts › Français › Sciences et Techno › Principes pédagogiques › Techniques pédagogiques › 
Octobre 2003

 

Que planter ?  

Le terrain nettoyé, de nouvelles questions se posent :
- Qu’est-ce qu’on va faire pousser ?
- Comment ça pousse ?

C’est alors l’occasion d’un travail de nouvelles recherches, d’expérimentations diverses sur la germination. On observe, essaie de comprendre, toute connaissance sera réinvestie.

Mais comment se procurer des plantes du Moyen âge ?

Recherche et étude documentaire vont apporter les premières réponses.
Au cours des prospections, les enfants découvrent des conservatoires de plantes, spécialisés dans les espèces introuvables. Des « sponsors » leur offrent les moyens d’acheter les espèces rares (donc chères) aujourd’hui : le houblon, les crambles (espèce de choux), la presle…
On va enfin pouvoir planter !
Les enfants sont amenés à s’interroger aussi sur l’histoire de la présence dans notre pays des diverses plantes. Ils découvrent par exemple que les tomates, les pommes de terre étaient inconnues en France au Moyen âge.
D’où sont-elles venues ? Quand ? comment ? Quelle utilité de planter certaines espèces ?
Autres questions, autres découvertes, autres pages d’histoire. Cette recherche des plantes est vécue comme une activité passionnante.
En ce qui concerne les pommes de terre, les tomates, les fraises, … on crée un espace plus contemporain, avec les plantations cultivées à la mode d’aujourd’hui, c’est à dire en lignes et sans mélanger les espèces. La comparaison est ainsi visuellement immédiate pour les visiteurs, même et surtout pour les plus petits.

 

 

La bourrache

L’infusion de fleurs
et de feuilles est un tonique
contre le stress, la dépression.
Elle soulage fièvre,
toux sèche et éruption
des peaux sèches,
stimule la lactation.

 

Le pavot

Le pavot est employé
comme un somnifère
et contre la toux.

 

 

  

Partager son savoir

Les enfants décident alors de réaliser des affichettes pour partager leurs connaissances avec tous ceux qui viennent voir leur jardin.
A nouveau on passe à l’écrit pour la réalisation. Et bien souvent il faut entrer en réécriture pour les premières réalisations de petits panneaux qu’on disposera en bordure des plates-bandes. Petit à petit, chacun s’essaie à la reformulation et aux autres exercices langagiers propres au type d’écrit prévu.

Une phase culturelle

L’année 2002/2003, une visite au Musée de Cluny à Paris constitue un temps fort d’enrichissement.
En effet, les enfants sont demandeurs et très réceptifs à tout ce qu’ils rencontrent concernant les jardins du Moyen âge.

Ils découvrent un jardin d’amour ou quête du paradis sur terre, le jardin d’Eden, paradis perdu, la symbolique de tels jardins, l’aspect culturel de l’héritage présenté en ces lieux.

Des représentations laissées par les artistes de l’époque médiévale leur offrent quelques images. Ils peuvent observer des outils découverts dans des fouilles et en particulier l’ancêtre de l’arrosoir, un pot percé, le chantepleure.

Jardin d’Eden, jardin Courtois, jardin d’herbes, préau, verger et herbiers dévoilent les secrets de l’époque.

Et, c’est dans un vrai jardin du Moyen âge, qu’ils confrontent leur expérience personnelle avec celle des spécialistes, pour mieux aménager le leur au retour.  

 sommaire Créations n° 108 

début de l'article 

page suivante