Raccourci vers le contenu principal de la page

De Rivas en rivages, de paysages en poésies

Dans :  Arts › Français › Principes pédagogiques › Techniques pédagogiques › organisation de la classe › Techniques pédagogiques › 
Février 2003

 


CréAtions 105-  Résonances - publié en janvier-février 2003

Ecole publique de Rivas (Loire) - Equipe enseignante : Georges Bonnier (CM2), Marie-Pierre Médard (CM1), Georges Gandon (CE2)
Avec la participation de Jean-Pascal Dubost, poète et Nicole Bizieau, conseillère pédagogique Arts Plastiques

 

 

 

Un village, c’est comme une habitude, c’est à priori banal.

 
Mon village est dans ma tête
Il est là dans mes yeux
Vous ne le voyez pas.

 
Collectif CE2
 
C’est une histoire commune, une population, une multitude de maisons, un réseau de rues, routes, chemins…
Et puis aussi beaucoup plus avec si l’on sait découvrir tout ce qui est invisible, ce que chacun en pense, comment il s’en imprime à travers une perception sensible.
 
Mon village est un endroit
Où il y a beaucoup de pommes
Et de pommiers
C’est un village
Pommé !
Sarah CM1
 
Ici, les enfants du pays – comme on dit - offrent leur perception de Rivas, leur lieu de vie, par la poésie.
 

Comment en sont-ils arrivés là ?
Passer du matériel au sensible, communiquer par le mot, les mots et leur image autant que leur sens, leur imaginaire, leur juxtaposition, leurs souvenirs de mot, tel fut le projet de toute l’école pour participer à sa façon au jour prévu pour donner un nom aux rues qui n’avaient jamais eu de nom.

Nous essayons de comprendre ce qui fait qu’un écrit est poétique sans les rimes, sans les vers dont on a l’habitude. Difficile de verbaliser la notion de sensible mais nous y arrivons.

De nombreuses remarques sur les procédés utilisés par les poètes nous conduisent sur leurs routes en jouant avec les structures, les métaphores, en déclinant les thèmes… On comprend la notion de liberté dans les idées, dans les mots qu’on peut même inventer, un mot qui en appelle un autre, les structures qui n’obéissent plus à la grammaire.

 

Quelques mots
Arbre, vent
Champs, épouvantail
Matin, soleil
Ferme, lait
Eglise, mariage
Ecole, poème
Loire, pèche
Cimetière, paradis…

Delphine. CE2

 

 

Nous nous essayons aux jeux poétiques, aux démarches des surréalistes, ce qui permet d’oser le premier pas.

Alors on se met à jouer avec les mots, les structures, à lire des haïkus, des poésies de toutes sortes et beaucoup. La rencontre avec un vrai poète, Jean-Pascal Dubost, est un temps fort. Un poète, c’est aussi vivant, et la poésie peut être un travail !
 
Après avoir apprivoisé les mots chacun produit, produit, produit. On écrit, recherche des mots, propose, puis on réécrit grâce à la coopération du groupe classe qui questionne, fait des remarques, suggère, enrichit, ou reste tout à coup "baba" sans mot à rajouter à l’écoute de l’un ou de l’autre.
 
 

 

Ils ont tous entendu la petite musique qui traversait la classe. 

Derrière les volets tirés
Un livre ouvert sur le bureau
Je me réveille

Fenêtre ouverte
Le village s’est ouvert
Sur un petit champ tout vert. 

Clément. CM1

 

 


  sommaire n° 105 Résonances  

 

page suivante