Raccourci vers le contenu principal de la page

Élève indiscipliné et rêveur

Dans :  Techniques pédagogiques › 
Janvier 1976

 

«ÉLÈVE INDISCIPLINÉ ET RÊVEUR»
OU LA PREUVE PAR 99
 
Jean-Luc est de ces élèves qui font votre désespoir. Il passe facilement sous son bureau ou se vautre dessus, attitudes hautement répréhensibles. Demandez-lui son cahier, il l'a oublié ou égaré.
C'est un mordu du dictionnaire.
Un jour nous avons parlé d'Euclide. Nous avions quitté ce brave homme depuis fort longtemps, voilà que Jean-Luc s'exclame :
"II est dans le dictionnaire ! "
"Qui ?"
"Euclide ... Il y en a même deux ... "
Nous continuons notre route, mais Jean-Luc va maintenant rencontrer Euler (un peu déçu qu'il ne soit pas grec), Eumée et les Euménides (un peu déçu qu'ils ne soient pas mathématiciens). Cette étonnante facilité pour quitter le troupeau et prendre les sentiers (du dictionnaire) lui vaudra bien des déboires (pas avec moi, je le précise, car j'ai un faible pour le vagabondage). Aussi Jean-Luc redoublera sa sixième.
Il nous revient, un peu plus docile, un peu anonyme. Je reviens aussi, mais avec le FTC dans mes valises. Le 27 septembre un groupe d'élèves expose la multiplication par 99, 999, 9999 etc. qui est "automatique" (Je ne vous dirai pas pourquoi, il vaut mieux que vos élèves le découvrent).
Début mars, nous travaillons sur les bases de numération. Certains essaient de compter en diverses bases. Jean-Luc s'attaque à la base deux. De temps en temps il vient me demander de vérifier. S'il y a une erreur, il repart à zéro, revient. Je lui ai dit plusieurs fois qu'il pouvait s'arrêter, qu'il avait bien compris le principe de cette numération. Il ne veut pas, il veut vérifier s'il peut aller très loin sans se tromper. Son travail occupera quatre grandes feuilles de classeur mises bout à bout dans le sens vertical, à raison de quatre colonnes de chiffres par feuille. Il consentira tout de même à me dire qu'il a compris. Le travail sera affiché et provoquera l'incrédulité des autres professeurs.
Il y a de quoi.
Peu de temps après, Jean-Luc me dit qu'il voudrait refaire la recherche sur la multiplication par 99, 999 .. . Je lui indique le numéro de la fiche. Et le voilà reparti dans le même scénario. Il ne trouve pas tout de suite, il lui arrive même, d'un jour à l'autre, de ne plus se rappeler "comment ça marche". Mais il ira le plus loin possible.
Petite histoire sans doute. Mais ce n'est pas la première fois que je constate ce besoin de s'assurer que l'on a bien compris, en répétant inlassablement les mêmes calculs. Ce n'est pas la première fois que je constate ce besoin de faire grand : nous avons eu encore cette année des arbres dont les branches s'étalent sur plusieurs mètres. Et ce n'est pas le premier cas non plus qui me permette d'affirmer que les paresseux n'existent pas. Ceux qui semblent tels ne sont que ceux qui refusent l'ennui.
Ces deux épreuves réussies l'ont-elles stimulé ? Toujours est-il que Jean-Luc s'est "mis au travail" et a fait des progrès sensibles, même en mathématique. Il sera admis en 5e.
On peut se réjouir : un vagabond a rejoint le troupeau scolaire, mais son odyssée interrompue laisse quand même quelques regrets : ils sont si beaux les chemins qui ne mènent pas à Rome !
Roger CASTETBON