Raccourci vers le contenu principal de la page

Le carnet de bord de Pascale n° 2

Dans :  Arts › Principes pédagogiques › 

 

 

La visite de l'exposition de Gisèle Bonin


Avant l’exposition en octobre, après avoir cité et situé toutes les parties du corps, je demande aux enfants de réaliser un bonhomme en pâte à modeler.

Le 4 décembre, tous les enfants* vont à la galerie Tal Coat voir l'exposition de Gisèle Bonin "EntreOuvert II".  Dans un premier temps, les enfants découvrent l'exposition en petits groupes de quatre ou cinq.

*cf carnet de bord n° 1 : contrairement à la sortie à l'exposition "Les nouvelles acquisitions de l'artothèque", où seuls se sont rendus les enfants de moyenne section.
 

Je demande à chaque adulte de noter tout ce que disent les enfants en essayant d'intervenir le moins possible. 

Si certains éléments dessinés sont identifiés, tels que cheveux, nombrils, seins "gougouttes", d'autres dessins donnent lieu à différentes interprétations :

 La gorge

On dirait de l’herbe qui s’envole. Iwann.
Des poils. Mila.
Des petits points, on dirait de la pluie, des grêlons. Lucie
L’orage qui passe sur l’herbe. Joshua
De l’herbe qui s’envole. Noah
Du noir, du gris, de la pluie. Noah

 

pour découvrir la photo sur le site de l'artiste :

 Les cheveux et la base du front

De l’herbe. Lenzo.
Il pleut. Le ciel est noir. Une tempête de nuages. Ayoub
Une tempête de nuit et il pleut. Clémence

pour découvrir les photos sur le site de l'artiste :

Les chaises

Des fantômes, des couvertures. Anna-Carla
Des couettes sur une chaise. Ryan
Des chaises. Axel
Une chaise est tombée. Kéziah

    

pour découvrir la photo sur le site de l'artiste :

Les tissus pliés

Des couettes. Quelqu’un est caché. Ryan
Des fantômes. Anna-Carla
Le fantôme est bien plié. Un escargot. Lise
De la pâte à modeler. Louann
Un voleur s’est caché sous la couverture. Jade
Des rochers. Izoenn

A la question "D'après vous, comment a-t-elle travaillé, quels outils a-t-elle utilisés ?, les enfants répondent:  avec une main, un pinceau, un peu des traits, des petits pois : La gorge ;  un pinceau, un rouleau  : Les chaises.

Fanny, la médiatrice de la galerie, regroupe ensuite tous les enfants pour un échange sur les interprétations de chacun puis leur explique comment travaille l'artiste.
Gisèle Bonin prend des photos de différentes parties du corps qu’elle agrandit à l'ordinateur. A partir de ces photos agrandies, elle fait des grands dessins à la mine de plomb ou au crayon de couleur. Ainsi, la plupart des tableaux représentent des parties du corps !
Je scinde la classe en deux groupes, pour les ateliers suivants:

- identifier sur de petites étiquettes des parties du corps dessinées et les placer sur une silhouette.

- utiliser des draps pour faire des pliages comme Gisèle Bonin, seul ou à plusieurs.

 

 

 
 

J'arrive le jeudi 6 décembre pendant l’entretien du matin au moment où ceux qui ont vu l'exposition en rendent compte à ceux qui étaient absents. Je prends les notes suivantes : 

Du rouge, du noir et du blanc et une autre couleur ? Ils ne citent pas le gris.
Aviez-vous deviné ce qu’elle avait dessiné ?
le coude, la tête, les cheveux, le nombril, des jambes, des doigts, des oreilles, non pas les jambes et les oreilles, le ventre (un torse), les seins, le cou, la gorge et aussi les poils, un monsieur, un papa, un homme.
Aviez-vous reconnu le coude ?  On a dit :  la peau d’éléphant, des trous, des bosses, des petits poils, le gris.
Les gougouttes
On n’a pas reconnu tout de suite,
Gisèle Bonin prend des photos de corps, elle les agrandit beaucoup et après elle les dessine avec des crayons.
Et aussi du grillage, un panier de basket,
quelle couleur ? bleu
Après on a plié, on a donné au copain, on a plié -
Jade aide sa maman à plier les draps.
 
Jacqueline Benais, personne ressource de la revue Créations.

Après l'exposition

Dans la cour, les enfants dessinent leurs silhouettes, par deux : l’un s’allonge et l’autre le dessine en «contournant» le corps avec une grosse craie. Il ne reste pour témoignage que les photos.
 
Pour les plus petits, cela se fait à l’intérieur et sur papier ; c’est l’Atsem qui contourne. Les petits peignent leur silhouette et ils colleront sur la silhouette des ronds de toutes les tailles à la rentrée.
 

Puis je leur propose de travailler comme Gisèle Bonin. Je photographie donc de près la partie du corps que chacun a choisie ;
par "pudeur", parfois, au dernier moment, ils ne veulent pas enlever la chaussette ou soulever le pull, je photographie alors une autre partie du corps à leur demande. Ils viennent avec moi voir l’impression format A4 en noir et blanc de la photographie couleur vue sur l'écran. Puis chacun dessine d’après cette impression. Certains épurent, d’autres s’attachent aux détails.

 

 

 Impression et dessin sont collés dans le cahier d’art.

 

début de l'article
la visite de l'exposition de Gisèle Bonin

une demande de l'association de parents