Raccourci vers le contenu principal de la page
Dans :  Mouvements › mouvement Freinet › 
Décembre 1966

XXIIIe Congrès International de l'Ecole Moderne

Thème du Congrès de Tours :

PRÉSENCE DE LA PÉDAGOGIE FREINET

Dans son leader (Educateur Magazine du 1er octobre 1965, n°1 ) sous le titre : Les techniques Freinet ferment de la pédagogie contemporaine, Freinet exposait l’essentiel du sujet qui va orienter les travaux de nos camarades au Congrès de Tours, En préambule il écrivait :

«Après un long mûrissement, fruit de quarante armées d'expériences, nos techniques sont aujourd'hui invoquées partout où l’on considère objectivement la situation, difficile de la pédagogie contemporaine, et la nécessité urgente de rattraper un retard qui risque de compromettre à jamais l’éducation démocratique...

Notre obstination à défendre l'esprit libérateur de nos techniques et à condamner du même coup l'abêtissement de la scolastique a aujourd'hui ouvert une brèche. Le problème est posé — officieusement hors de l'Ecole, et même officiellement dans les diverses instances pédagogiques — de la prédominance des éléments culturels sur les acquisitions techniques. Au verbalisme séculaire, on tend à substituer l'expérience individuelle ou en équipe et le travail ».

En quelques lignes, Freinet situait ainsi la valeur et le dynamisme d’une pédagogie unitaire centrée par le travail et délibérément orientée vers la culture démocratique et individuelle, c’est-à-dire vers l’avenir.

Sans entrer dans l’analyse des divers aspects de la pédagogie Freinet qui se présente aujourd’hui comme une unité organique (techniques) et comme une synthèse de pensée constructive (théorie pédagogique) nous en préciserons simplement l’évolution chronologique et historique mise eu relief par les événements :

I. D'abord la pratique pédagogique

C'est en achoppant aux difficultés scolaires suscitées par un matérialisme scolaire d’indigence, par les insuffisances du maître non éduqué, par les contradictions des milieux scolaire, social, humain, c'est en vivant quotidiennement la misère aux cents visages de l’école publique que Freinet et ses disciples ont été amenés à créer les outils et les techniques qui progressivement devaient changer le climat de l’école en apportant confiance, efficience, sécurité là où étaient l'indigence, l’incohérence, l’insécurité.

Ainsi a été amorcée, amplifiée, promue par des milliers d'éducateurs, dans des milliers d'école la rénovation scolaire.

II. Une théorie conséquente naissait de la pratique pédagogique

Et avec quelle simplicité ! — par la simple mise à l'épreuve des apprentissages naturels, orientés par le travail, qui dans le vaste champ de la vie bénéficient des forces constructrices incluses dans la vie même qui tend à se défendre et à s’affirmer par tous les moyens. Ainsi naissaient les méthodes naturelles, fondamentalement structurées par le tâtonnement expérimental.

On sait ce que Freinet, praticien et penseur, a pu tirer d’enseignements pédagogiques, psychologiques et culturels, enseignements analysés avec génial bon sens et esprit créateur dans ses ouvrages : L'Education du travail ; Essai de psychologie sensible ; Le tâtonnement expérimental.

Dans l’esprit de Freinet d’ailleurs, ces fondements théoriques n’étaient présentés que dans leur vérité globale. Il entendait — si la vie le lui avait permis — mettre à l’épreuve de la critique intellectuelle moderne orientée vers les mêmes perspectives d’avenir, toute son œuvre théorique. Les contacts qu'il avait pris tout dernièrement avec des mathématiciens, des savants, des psychologues d’esprit nouveau, auraient dû lui permettre de situer toute son œuvre dans le climat scientifique de l’actualité culturelle.

III. car cette pédagogie de l'action et de la pensée est immanquablement culturelle

Elle suscite sans arrêt le dépassement en s'attaquant à ce qui est, pour faire naître ce qui doit être et qui sera. Dans nos innombrables laboratoires que sont les classes Freinet dans l’espace et dans le temps, s'affirment sans fin des valeurs de culture dont l'école traditionnelle n’a pas encore pris conscience mais qui donnent à nos classes leurs visages les plus émouvants ; art et poésie, mathématique, étude de la nature et par-dessus tout, formation et culture du maître. Il est assez réconfortant de constater que c'est par notre culture ouverte et sans cesse déconditionnée de la tradition que nous pouvons entrer en contact avec les mathématiciens des universités et des grands centres d'équipement moderne, qui eux redécouvrent à leur tour et avec l'ampleur de leur niveau, le tâtonnement expérimental.

Les points de discussion du Congrès mettront inévitablement l'accent sur les aspects dynamiques d'une pédagogie d’avant-garde où des meilleurs d'entre vous s’adonnent à la recherche avec passion et profit. Les colonnes des divers Educateur sont ouvertes à toutes propositions, toutes discussions, toutes démonstrations qu’il vous appartient de susciter, d'orienter, de dominer.

Pour aller de l'avant, être communicatifs et probants, vous avez à votre portée la pensée active et critique de Freinet. C'est un précieux héritage que vous saurez faire fructifier.

ELISE FREINET