Raccourci vers le contenu principal de la page

En Chantier n°4 : Correspondance chevaleresque

Correspondance chevaleresque
Une correspondance entre deux classes de 5ème sous forme d'échanges littéraires

Une correspondance a eu lieu entre deux classes de cinquième sous la forme d’un jeu de rôles : les élèves de la classe de 5ème 5 du collège Jules Vallès de Portet sur Garonne (Haute-Garonne) ont écrit la lettre d’une princesse adressée à un chevalier : elle demande de l'aide car elle est prisonnière d'un dragon....
Les élèves d’une classe de 5ème du collège d’Andernos (Gironde) ont répondu par des poèmes.

Voici deux des lettres écrites par la classe du collège de Portet sur Garonne :

 


L’an 1240
Princesse Geneviève

Beau chevalier,


Je m’appelle Geneviève. Je suis enfermée dans une cave, à l’intérieur d’un château. Je suis prisonnière d’un dragon qui a décidé de me brûler vive, demain à l’aube, pour célébrer l’éclosion de ses œufs. Il organise une fête pour leur naissance et il veut me manger au dîner.
Veux-tu venir m’aider ? Si oui, fais vite car ma fin approche. Fais attention, il y a aussi des dragons de combat qui surveillent l’entrée du château.
Mais, il y a un passage secret qui mène à la cave. Il est très dangereux, car il est rempli de cobras, de vipères, de couleuvres, de pythons, de chauve-souris et d’araignées géantes. Autant te dire que le chemin est semé d’embûches.
Pour t’aider à les combattre tu devras aller chercher une bague magique qui illumine et repousse les animaux sauvages du passage. Cette bague tu la trouveras sous le plus gros rocher devant le passage secret.
Bon courage et fais attention aux animaux. Bonne chance.

Geneviève

 


6 juillet 1466
Princesse Leila
Dans la grotte souterraine
du Névéral
Preux chevalier

Oh, preux chevalier, je vous en conjure venez à mon aide, on me nomme princesse Leila.
S’il vous plait, venez me délivrer, je ne peux rester dans l’endroit sombre et lugubre où l’on me tient prisonnière.
Un jour, alors que je me baladais dans ma cour, un gigantesque dragon, envoyé par le Docteur Séveruce, m’a violemment enlevée. Je ne peux survivre sans soins car me voilà blessée à la jambe. Je vous le demande du plus profond de mon être de bien vouloir combattre ce vilain dragon et de réduire à néant le docteur Séveruce. Moi, seule, je ne peux rien faire, j’ai juste réussi à arracher une écaille de ce dragon grâce à quoi je peux vous écrire.
Mais ne vous fiez pas aux apparences, de mon côté, je ferai tout mon possible pour vous combler. Je me trouve dans la grotte souterraine du Névéral où, aucune personne peu courageuse ne pourrait accéder.
J’espère que vous ferez preuve de bonté et de courage, mais par tous les dieux, venez me délivrer.
Ma beauté est grande et mon pouvoir puissant. Je vous implore de venir à mon aide.
Pour vous aider, vous pouvez vous rendre au rocher magique de Bidibouille où vous trouverez mon phoenix qui vous y attend et vous aidera.
Princesse Leila
 

 


Pour rédiger ces lettres, les élèves se sont inspirés du roman lu en classe Yvain le chevalier au lion écrit au XIIème siècle par Chrétien de Troyes. Certains ont aussi pensé au roman policier étudié en début d’année : Double Meurtre à l'Abbaye, écrit par Jacqueline Mirande en 1998. Ce roman se déroule en effet au Moyen Age.
Plus largement, les connaissances personnelles des élèves, leur imagination nourrie par des jeux vidéo qui ont pour cadre le Moyen Age, par des BD comme Thorgal ou Tarzan qui mettent en scène nombre de combats avec des monstres gigantesques, ont joué un grand rôle.
Quant au style, à la façon de raconter un combat de façon expressive ou de demander de l’aide, des expressions typiques, des procédés ont été repérés dans les textes lus, analysés ensemble et réutilisés.


Contacts :
Collège Jules Vallès à Portet sur Garonne : ericbillottet[arobase]yahoo.fr (Eric Billottet)
Collège A. Lahaye à Andernos : emancipation.pg[arobase]wanadoo.fr (Philippe Geneste)
Cette correspondance se déroule dans le cadre du réseau "On s’affiche Pédagogie Freinet".

 


Pour continuer

On peut se poser des questions à partir de ce travail :
- Des romans écrits aujourd’hui, et dont l’action se déroule au Moyen-âge, utilisent-ils des codes identiques à ceux qui ont été écrits au Moyen Age ?
- Quelle image avons-nous aujourd’hui du Moyen-Âge ?
- Comment nous représentons-nous les hommes et femmes de cette époque ? Est-ce qu’ils réagiraient de la même façon que nous, face à une situation donnée?
Et puis, on peut rapprocher ce travail mettant en scène des personnages assez stéréotypés des romans de chevalerie (princesses éperdues prisonnières dans des hautes tours faisant appel au courage de preux chevaliers) de la fiche qui vient de paraître sur les stéréotypes filles garçons (Fiche d’invitation à la recherche documentaire n° 5 – février 2008).
D’autre part, les lettres envoyées par les princesses attendent des réponses : des chevaliers de toutes les classes peuvent leur répondre…de vaillants chevaliers, mais peut-être aussi des chevaliers peu courageux, ou débordés par leur travail… On peut aussi imaginer que des chevaliers en difficulté demandent de l’aide à des princesses.
Il y a d’ailleurs un exemple célèbre, d’un roi prisonnier qui appelle à l’aide : c’est le roi d’Angleterre Richard Cœur de Lion, fait prisonnier à son retour de croisade en 1193, et qui écrit un poème pour demander secours : on peut chercher des renseignements sur ce roi, et sur son poème.
Voir la BT n°1100
 

Ce travail a été réalisé par le groupe Doc2d (Recherche documentaire au second degré)
Pour nous contacter : bt[arobase]icem-freinet.org
Pour en savoir plus sur notre groupe :  cliquez ici!