Raccourci vers le contenu principal de la page

GD42 - Groupe « Littérature » - Réunion du 24 novembre 2012

Dans :  Français › Écriture-lecture › 

 

Réunion du GD42 – Samedi 24 novembre 2012 – Saint-Étienne

Compte-rendu de Sandrine Olivier.

Où l'on lira que l'on peut traiter l'ordre du jour et plus. PP

 

Au départ...

Envie de se lancer en groupe, dans une ou plusieurs « lectures expertes »[1]; pour rebondir sur ce que Patricia avait présenté au stage d'Apinac (« l'acte lexique ») et le petit bout d'entrée en lecture qui avait suivi (2 groupes face à un texte à trous et au dictionnaire du même texte), pour apprendre à mettre en appétit nos apprentis lecteurs et à les aider à construire des attentes et des outils pour lire mieux, bien, et découvrir l'auteur qui se cache (parfois) derrière un texte...

 

On était plein...

 

Lecture au préalable (les semaines précédentes) de deux albums choisis un peu vite à la fin du stage (un très porteur et l'autre moins); certains avaient les albums, d'autres seulement le texte [2] (et on voit bien que ça change tout, image ou pas image, notre interprétation est bien différente...).

 

La grosse bête de Monsieur Racine, de Tomi Ungerer

Roméo et Juliette, de Mario Ramos

 

On a commencé par Tomi Ungerer en essayant de définir ce qu'on était venu faire ce matin-là. Tout le monde n'avait pas les mêmes attentes... Certains voulaient lire à travers les lignes, décoder le message de l'auteur, d'autres pensaient plutôt être mis en situation de découverte du texte comme nos élèves (ça, c'était pendant le stage).

On a lu, relu, ouvert les albums, beaucoup regardé, lu et commenté les images de Tomi Ungerer; en fait, on a eu du mal à faire autre chose que des retours sur les illustrations. Premier point: une importance énorme donnée aux images dans cet album...

 

Le côté « désuet »: intéressant de partager une lecture, en mélangeant nos expériences; on peut trouver cet album daté, et ne pas s'y intéresser, alors qu'en s'y penchant, en suivant l'enthousiasme des autres, on y trouve finalement son compte et on a bien envie de tester cette lecture dans nos classes.

 

Des discussions multiples autour de la table; chacun peut apporter une remarque et contribue à la réflexion de tout le monde; on parle de ce qui tient en haleine dans l'album, le suspens... Il est aussi possible de donner un contexte historique (cette histoire se passe au début du XXème siècle), d'en chercher des indices.

L'auteur, Tomi Ungerer: antimilitariste; alsacien.

Le message: critique de la société / définition de l'enfance

Les références :

 

Vraisemblance de l'histoire: repérer les indices laissés par l'auteur pour nous amener vers la chute.

 

Patricia a apporté une grille de lecture élaborée par des militants AFL (qu'elle nous donnera plus tard); cela permet d'entraîner sa lecture en suivant un schéma, sans oublier d'éléments.

 

Entrées possibles dans l'album:

-couverture (1ère et 4ème): personnages, trophées

-dictionnaire tout ou partie du texte

-texte sans les images

-texte à trous

 

Travailler sur les illustrations (un album qui s'y prête particulièrement)

-les cadres (de plus en plus rafistolés)

-les petits animaux présents sur les pages

-le foisonnement

-les détails trash (sang, argent, attitudes des personnages)

 

Chercher les différentes façons de nommer le personnage principal

 

Rechercher une biographie de l'auteur

 

Contexte de la publication (1971) / Auteur publié en anglais!

 

Les clins d'œil à Maurice Sendak dans les illustrations (est-ce M. Racine?)

 

 

 

 

 

 

 

M. Racine est-il hippie? (détails de sa tenue vestimentaire)

 

Garder en tête que ce travail de lecture n'est pas un travail pour travailler, mais pour aider au déplacement du lecteur; prendre conscience que l'auteur écrit « pour » et qu'il a une intention. Le lecteur n'est plus le même quand il a cette conscience-là. Mais il faut lui fournir des textes qui sont de vrais textes (le choix est important, s'appuyer sur les travaux de l'AFL, travailler à plusieurs – c'est ce qu'on essaie de faire là).

 

Pour aller plus loin, on pourrait imaginer des ateliers d'écriture qui permettent de réinvestir ce qu'on a appris d'un auteur, pour écrire à son tour...

 

 

Roméo et Juliette, de Mario Ramos

Reste 20 minutes pour parler de Ramos; un album tout en douceur, qui parle de la différence et qu'on peut utiliser pour lancer un débat, par exemple. Il est beaucoup plus facilement lisible au premier abord, pas de message caché (mais pour des élèves de cycle 2, on peut déjà se pencher sur ce qui est évident pour des adultes et pas forcément pour eux, et arriver à le formuler).

 

Utilisé en classe de CE1, avec une mise en réseau double:

-d'autres textes sur Roméo et Juliette

*chez Didier Jeunesse, Roméo et Juliette (livre disque)

*chez Milan, – celui-là permet de travailler aussi sur le point de vue, il est drôlement bien fait, car il se lit dans un sens (point de vue de Julie) puis on retourne le livre et on découvre le point de vue de Roméo...

Couverture de Roméo et Julie

 

 

 

 

 

 

-d'autres textes de Ramos (Le petit soldat qui cherchait la guerre, C'est moi le plus fort)

 

C'est une des suites possibles d'un travail en leçon de lecture dans nos classes; mettre en réseau le texte lu, soit en travaillant sur d'autres textes du même auteur, soit en travaillant sur d'autres textes du même thème et en comparant les stratégies des auteurs pour traiter la question...

 

C'est comme ça qu'on se retrouve avec des élèves qui courent chercher d'autres albums de Rascal après la leçon de lecture sur Ami-Ami, pour savoir s'il fait pareil dans tous ses albums... Et qui en concluent, que, oui, il fait pareil et on adore! Jubilation enseignante.

D'autres albums de Rascal:

-Poussin noir (encore une histoire de loup, hélas, pour le poussin)

-Le voyage d'Oregon (merveilleux)

-Jaune d'œuf (plus soft, mais avec une pirouette finale tout de même) etc...

 

La suite: explorer de nouveaux textes / propositions à faire sur la liste / choisir des auteurs qui ont des messages à faire passer / penser à venir avec un coup de cœur, sur lequel on pourra rester quelques minutes...

 

Coup de cœur de la semaine:

Luchien, d'Olivier DOUZOU (un auteur qui nous renverse)



 

 

Tout est déjà dans la première page de couverture, mais on ne le sait pas...

Dans le genre auteur qui manipule, qui surprend, qui bouscule et fait bouger nos représentations, il y aussi:

-Anaïs Vaugelade

-Eric Battut

-Thierry Dedieu (mais lui, c'est particulier)

-Alex Cousseau

-Emily Gravett (un délice, avec de très beaux albums)

-Solotareff

-Nadja

 

Et des éditeurs avec des lignes éditoriales bien ciblées:

-rue du monde

-autrement

-école des loisirs

-le rouergue

 

et plein d'autres... A vous!

 

 

Bibliographie:

 

Aux petits enfants les grands livres, AFL Éditions

« Tous les livres, toutes les lectures ne forment pas les mêmes lecteurs. Si tous les enfants s'intéressent aux livres, toutes les histoires ne s'intéressent pas pareillement aux enfants. » (introduction)

 

Haut les docs, AFL Éditions

Même chose, mais en se focalisant sur les ouvrages documentaires.

 

Lectures expertes (plusieurs volumes, thématiques), AFL Éditions.

Pourquoi une lecture « experte ?Ici

 

Merci à vos trouvailles et pépites sur la toile :

Céline : pour l'anglais, accent garanti et image animées, The beast of Monsieur Racine c'est

Jérémy : voilà Le chapeau volant en anglais et toujours en anglais Les trois brigands, idem en allemand

 

[1] Des enseignants, entraînés à lire collectivement, ont rédigé les synthèses de plusieurs albums ou romans travaillés dans leur classe en cycle 1, en cycle 2 ou en cycle 3. Ces lectures professionnelles voudraient, avant tout, dire que l’acte pédagogique débute par un engagement de l’adulte dans ces livres qu’on dit pour enfants. In collection « Lectures expertes » AFL

 

[2] sites proposant des tapuscrits : http://echo.des.lots.pagesperso-orange.fr/Litterature_jeunesse/texte_dej...

http://cartablaroulette.eklablog.com/liste-de-tapuscrits-p87574