Raccourci vers le contenu principal de la page

logo ressource btn La religion au temps de Guillaume le Conquérant

Niveau de lecture 3
Dans :  Histoire-Géo › 
Mai 2013

 

Quelles étaient les relations entre les seigneurs et l'Église au XIe siècle, au temps de Guillaume le Conquérant ? Une classe nous raconte ses découvertes.
 
Auteurs : Emma et Manon, Manuela et Solène, Agathe et Elora, CM1/CM2 de Muriel Quoniam

 

L’abbaye aux Hommes et l’abbaye aux Dames
 
Mathilde et Guillaume le Conquérant étaient cousins. Pour obtenir du pape le droit de se marier, ils acceptèrent de construire chacun une église : l’abbaye aux Hommes et l’abbaye aux Dames à Caen.
L’abbaye aux Hommes est beaucoup plus grande. Elles sont toutes les deux romanes en majeure partie et go
thiques en hauteur.

Dans l’abbaye aux Hommes il y a le tombeau de Guillaume le Conquérant et sa statue est exposée mais c’est une copie.
Il y a beaucoup de tableaux.

L'abbaye aux Hommes abrite maintenant la mairie de Caen et une église. Nous n’avons pas pu tous voir le tombeau de Guillaume le Conquérant parce qu’une cérémonie avait lieu dans l’église. Il fallait rester calmes car les locaux étaient occupés par le personnel municipal qui travaillait.

 
 
 
 
l’abbaye aux hommes

 

  

Dans l'abbaye aux Hommes,

nous avons vu le tombeau de Guillaume le Conquérant
 

 

 

Dans l'abbaye aux Dames nous avons vu le tombeau de Mathilde.

 
 
Nous avons repéré beaucoup de chapiteaux et d'arcs sculptés.
Les motifs sont soit géométriques soit des personnages
ou des animaux fantastiques chargés d’effrayer le démon.
 
L’abbaye de Jumièges : une ruine conservée
Aujourd’hui il ne reste de l’abbaye de Jumièges que des ruines. Elle n’est pas reconstruite car c’est un lieu historique. Elle a été détruite à la Révolution et transformée en carrière de pierres.
Aujourd’hui il y a quelques châteaux, routes et maisons qui peuvent êtres composés des pierres de l’abbaye de Jumièges.
 
                                                                                          
 
À partir du XIème siècle, le plan des abbatiales, et même de beaucoup d’églises ou de cathédrales, est toujours le même : en forme de croix.
 
La vie au monastère
 
 

L’emploi du temps des moines était très strict.
Il y avait un panneau sous l'horloge où étaient affichées les responsabilités de la semaine.

Les moines allaient se recueillir
dans le cloître pour lire, chanter, prier.

Nous sommes allés visiter une grande salle : c’était le réfectoire. Tout le monde mangeait dos à la fenêtre pendant qu’un lecteur désigné lisait un livre. Dès qu’il faisait une faute il devait recommencer ses phrases.

 

 

 

 

Le réfectoire que nous avons visité


 
L’emploi du temps des moines était très strict.
Il y avait un panneau sous l'horloge où étaient affichées les responsabilités de la semaine.

Les moines devaient aller prier neuf fois dans une journée.
Ils avaient beaucoup de tâches à accomplir, chacun à son tour.

Ils avaient une coupe de cheveux spéciale : la tonsure (ils étaient rasés au dessus de la tête et ne laissaient pousser les cheveux que sur les bords).

Si un moine ne faisait pas correctement son travail, il était puni. Il y avait différentes punitions : fessées, coups de fouets, ou bien il allait dans une petite salle où il restait autant de temps qu’il le fallait pour qu’on puisse lui pardonner.
Les moines vivaient dans la pauvreté.  Il n’y avait pas de chauffage dans les dortoirs ni le réfectoire.

 

Le Roman et le Gothique

L’art roman se déroule entre le Xème et le XIIème siècles.

 

 
 
L'église romane est recouverte d'une voûte en berceau.
(N.D de Nantilly, Saumur,47)

 
À l'extérieur des églises romanes
se trouvent des contreforts.
Les voûtes en berceau ne pouvaient pas être très hautes car le poids des pierres en haut de la voûte avait seulement deux supports. Ces deux supports sont les deux colonnes de la voûte.
Un contrefort est un bloc de maçonnerie qui est élevé à l'extérieur d'un mur pour le soutenir. Les contreforts des églises romanes sont directement appliqués sur l'église.
Le plus souvent les arcs romans sont arrondis.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 L’art gothique se déroule entre le XIIème  et le XVème siècle.
 
On reconnaît les constructions gothiques par leur « légèreté » et les ouvertures très nombreuses rendues possibles grâce à la technique des arcs-boutants.
Le poids des pierres ne repose pas sur deux piliers, mais sur quatre piliers.

Pour soutenir le poids des voûtes sur croisée d'ogive, on a utilisé la technique des arcs-boutants.

 
 

 

Crédit iconographique : 
documents Muriel Quoniam