Raccourci vers le contenu principal de la page

Voila ce qu'est, ce que veut, ce que peut le mouvement de l'Êcole Moderne en cette rentrée 1962

Dans :  Mouvements › mouvement Freinet › Mouvements › mouvement Freinet › Mouvements › mouvement Freinet › 
Octobre 1962

Au cours des journées de travail de Vence, nous avons eu la satisfaction, et l’avantage, de travailler avec une soixantaine de camarades, parmi les meilleurs ouvriers de notre mouvement, venus de toutes les régions de France, du Maroc, de l’Algérie, de Tunisie, d’Italie, de Belgique, d’Allemagne, de Pologne.

Nous avons longuement étudié tous les problèmes pendants et, ensemble, nous avons préparé les activités et les réalisations de l’année qui commence.

Quelles que soient l’importance et la portée de ce long colloque, nous ne pourrons donc que vous en donner ici un résumé, que nous ferons le plus détaillé possible. Il n’est pas mauvais de faire nous aussi, au début de l’année, notre plan de travail. Dès le n° 2 nous publierons les rubriques habituelles qui seront particulièrement nourries, et pour lesquelles nous avons déjà une abondante copie.

Nous abordons la complexité éducative

Quelques nouveaux venus sont peut-être étonnés et déroutés par la complexité de nos sujets d’étude et de notre travail. Nous nous occupons de tout, parce que l'éducation dépend de tout, et que nous essayons toujours de voir les problèmes dans leur complexité vivante. On trouvera peut-être exagérée une telle prétention à une époque où, dans tous les domaines, on a recours à une spécialisation de plus en plus poussée qui sous l’apparence d’une division du travail nous conduit en définitive au « travail en miettes » dont les tares ne sont que trop visibles.

Le paysan et l’industriel sont contraints de se spécialiser puisque la rationalisation contemporaine a déjà éliminé l’autarcie économique des agglomérations, naguère encore médiévales. Mais nous travaillons une matière vivante qui s’accommode mal des notions courantes de rendement et de profit. L’Ecole, avec ses œillères traditionnelles, pouvait s'abstraire d’un milieu qui lui était étranger. Si nous voulons replacer cette Ecole dans le milieu social, technique, affectif qui la conditionne, force nous est de considérer les problèmes non plus à l’échelle arbitrairement réduite de l’Ecole, mais au rythme de la vie. Or plus il y a spécialisation, plus sont nécessaires les éléments de synthèse qui rétablissent les circuits normaux. L’Institut Coopératif de l’Ecole Moderne est, pour l'Education, cet organisme de synthèse.

Nous avons pu, au cours de nos 35 années de travail et de lutte, mettre debout un tel organisme parce que notre destin coopératif nous a permis de mobiliser une équipe enseignante comme il n'en existe peut-être pas au monde — non seulement par le nombre, qu'on pourrait accuser d'être arbitrairement gonflé sur le papier, mais par l'ardeur au travail, la curiosité, l'allant et la générosité de tous nos adhérents.

C'est parce que nous avons cette équipe de 3 à 4 000 camarades que nous pouvons faire fonctionner simultanément notre trentaine de commissions vivantes, que nous pouvons réaliser notre belle Bibliothèque de Travail qui compte 530 titres et pour laquelle il nous a fallu des historiens, des chimistes, des physiciens, des mathématiciens, des sportifs, des géographes, des préhistoriens, des littéraires, des scientifiques, des artistes, des manuels, sans compter ceux qui ont une disposition précieuse pour nous aider dans les travaux de synthèse que nous ne saurions négliger.

Avec la modernisation de l'Enseignement, nous allons nous occuper des locaux, du chauffage, des tableaux, des bancs, des cours de récréation, de la surcharge des classes et, en général, des conditions de travail des éducateurs qui sont directement déterminantes d'un meilleur rendement de nos efforts.

Comment a-t-il pu germer dans l'esprit d'un camarade de l'Ecole Emancipée, et ce qui est plus grave, dans l'esprit même d’un administrateur de la revue, que « puisque nos méthodes sont émancipatrices, il n'est plus du tout nécessaire de se consacrer à d'autres activités, sociales, politiques ou même syndicales », et qu'on puisse parler à propos de l'Ecole Moderne de « Révolution par la Céramique »? En confrontant cette regrettable prise de position de l'Ecole Emancipée, le boycottage systématique par l'Ecole Libératrice de tout ce qui touche, même de loin à l'Ecole Moderne, et l'opposition tout aussi systématique de certains partis politiques, nous constatons avec regret que sont nombreux ceux qui, du haut en bas de l'échelle disent : « Les Techniques Freinet ? Je ne les connais pas mais je suis contre ! ».

Les dogmatiques et les sectaires n'arrêteront pas la révolution en cours qui substitue lentement mais sûrement, à une pédagogie dépassée, des techniques qui ont aujourd'hui prouvé leur efficacité.

Oui, nous pouvons affronter les difficultés, parce que s'offrent partout les bonnes volontés décidées à les vaincre. Quand s'est ouvert, il y a un an à peine le chantier des C.E.S. c'est par centaines que les camarades se sont joints à l'équipe dynamique dont nous avons commencé à publier les travaux.

Evidemment, pour satisfaire tant de bonnes volontés, il faudrait être en mesure de publier les travaux, d'organiser les liaisons, de prévoir et de financer les rencontres. Il nous faudrait des locaux spécialisés, des bureaux équipés, servis par un personnel nombreux. Nous n'avons qu'une secrétaire, aucun local d'archives, et nous ne pouvons nous réunir que deux fois l’an...

Mais nous avons quelque chose de plus que l’argent et les machines, c'est l'ingéniosité et le dévouement sans limite de l'immense armée des travailleurs Ecole Moderne.

NOS PUBLICATIONS PERIODIQUES

Tout ceci pour faire quelque peu comprendre aux nouveaux venus, la complexité de nos éditions et de nos périodiques.

L'ÉDUCATEUR : C’est notre grande revue de liaison et de travail. Elle a 35 ans. Elle en a publié des études pédagogiques, des comptes rendus d'expériences et des projets, dont quelques-uns se sont réalisés ! Si nous pouvions disposer d'un livre de 1 000 pages, nous reprendrions ce fonds commun, qui dirait par lui-même la richesse de notre pédagogie, son adaptation au milieu et aux éducateurs, en donnant l'image émouvante d’un chantier généreux qui se continue.

L'Éducateur est notre outil de travail.

Il le sera cette année tout particulièrement, car nous abordons une entreprise qui comptera dans les annales de noire mouvement : la réalisation de notre plan de travail avec fiches guides.

LE PLAN DE TRAVAIL

L'idée de notre Plan de Travail et de nos fiches-guides, ne date pas d'hier. Nous les expérimentons depuis 25 ans. Mais nous en étions restés jusqu'à ce jour au stade pour ainsi dire expérimental. Un nombre réduit de camarades s'y étaient essayé, avec succès d'ailleurs. Mais l'outil n'était pas encore suffisamment au point, pour pénétrer dans toutes les classes.

Oui dit Plan de Travail en effet, dit possibilités multiples et variées de travail pour les enfants. Jusqu'à ce jour nous n’avions le choix qu'entre manuels, devoirs, leçons et exercices, et le Plan de Travail, c’était celui des manuels scolaires. Nous avons mis au point une grande diversité de techniques et d'outils avec :

— Texte libre, imprimerie et limographe

— Gravure du lino

— Echanges et correspondances

— Fichiers auto-correctifs

— Bibliothèque de travail (530 titres)

— Supplément B.T. (110 titres)

— Fichier scolaire coopératif

— Pour tout classer et Dictionnaire-Index

— Botte électrique et filicoupeur

— Peinture en poudre

— Reliures C.E.L.

— Manuels Ecole Moderne

— Electrophones

— Magnétophones

— Fours à céramique

— B.T. sonores

Avec ces outils éprouvés, pour lesquels nous avons mis au point la technique d'emploi, nous pourrons aborder une autre pédagogie. Autrefois, nous ne pouvions que lire, écrire, étudier et réciter des leçons, faire des exercices. Nous pourrons maintenant écrire, imprimer, correspondre, dessiner, graver, travailler aux fichiers auto - correctifs, enrichir et classer le fichier documentaire, enregistrer des bandes, découper des maquettes, monter des cartes électriques, construire un moteur.

Mais, évidemment, pour affronter un tel travail il nous faut une autre organisation. Notre Plan de Travail y pourvoit. Nous apportons cette année, pour chaque thème : B.T., supplément B. T., et fiches-guides pour le travail nouveau. Vous pouvez tous démarrer avec la nouvelle technique. Mais il serait souhaitable que vous lisiez auparavant mon livre Plans de Travail et Conférences (B.E.M. n° 15) qui vient de sortir, et qui vous donnera toutes indications et conseils pour réussir. Mais une des conditions essentielles de cette réussite, c’est que vous vous persuadiez de cette nécessité : Le Plan de Travail ne doit porter dans ses rubriques que ce que les élèves sont en mesure de faire : il est inutile et dangereux d'inscrire au plan de travail sous la rubrique Histoire des questions auxquelles les enfants ne pourront répondre qu'en copiant ou en récitant des manuels. Comme il est inutile de porter en Sciences des expériences ou des observations qu’ils ne pourront réaliser. C'est comme si le menuisier voulait faire son plan de travail lorsqu'il n'a pas de bois dans son atelier.

Nous vous apportons aujourd'hui les matériaux et les outils.

PLAN ANNUEL

Dans ce premier numéro, qui sera de ce fait, exceptionnellement copieux, nous donnons les plans annuels à afficher dans votre classe. Ils ont été réalisés dans le cadre des programmes officiels actuels. Nous avons établi deux sortes de plans : l'un pour les F.E.P. qui sont les seuls à avoir des programmes stricts, base des examens — l'autre, pour tous les autres cours qui font pratiquement tout ce qui les intéresse, conformément à des programmes très accommodants.

Nous n’avons vraiment eu de difficultés, d’ailleurs insurmontables, que pour les sciences F.E.P. Théoriquement, il y a un programme commun pour toute la France, Or, il s'avère que de nombreux départements ont aménagé ces programmes à leur guise, ce qui est regrettable. Nous avons établi un plan dans lequel chacun puise selon ses possibilités.

Observation essentielle : Nous avons établi des plans pour 30 semaines environ.

Mais nous avons inscrit les thèmes par cases indépendantes pour bien montrer que surtout dans les degrés semi-libres, vous n'êtes nullement tenus de suivre l'ordre de nos plans. Selon les centres d’intérêt, vous travaillerez les thèmes qui vous conviennent. Il vous suffira d'ombrer au crayon de couleur les cases étudiées. Vous verrez en fin d'année les trous à boucher, si nécessaire par des leçons scolastiques. Mais vous savez ainsi où vous allez.

Pour chaque quinzaine, nous donnerons les thèmes de travail à répartir sur deux semaines. Et à la suite du thème vous aurez les possibilités de travail :

— Faire une observation dans la nature

— Chercher dans le fichier des documents graphiques

— Découper un ou plusieurs personnages

— Préparer une maquette avec nos SBT

— Faire une expérience donnée

Parmi ces thèmes de travail, les uns sont à faire individuellement. La plupart du temps ils sont œuvre d'équipe. Do sorte que 3, 4, 5 thèmes de travail, peuvent vous suffire, selon votre classe et vos possibilités techniques.

Ces thèmes de travail sont indiqués :

a) par référence à certaines publications C.E.L : B.T., Supplément B.T., fichier, etc...

b) dans les fiches-guides que nous publions.

Nous aurons besoin de votre collaboration à tous, pour parfaire et enrichir cette liste Indispensable de thèmes da travail.

Nous pourrons discuter en cours d'année de certaines caractéristiques de cette technique. Mais encore une fois évitez-nous de nous répéter. Lisez la B.E.M. : Plans de Travail.

Le chantier reste d'ailleurs ouvert. Ceux de nos collègues qui n'adoptent pas cette année notre Plan de travail trouveront dans notre publication des renseignements désormais classés et définitifs, qui leur seront fort utiles et que nous enrichirons encore avec votre participation à tous.

Aucune revue à ce jour ne vous apportera de tels documents. Vous trouverez bien parfois des fiches, mais ce n'est que chez nous que vous aurez des fiches de travail à mettre entre les mains de vos élèves. Vous apprécierez la différence.

TECHNIQUES DE VIE.

Notre Educateur technologique ne se conçoit pas sans son supplément culturel Techniques de vie.

L'idéal serait certes de bloquer en une seule, ces deux revues complémentaires l'une de l'autre. Nous avons hésité, craignant qu'une partie de nos abonnés Educateur reculent devant le prix de l'ensemble.

Nous enverrons le premier n° à tous nos abonnés Educateur, pour qu'ils puissent juger sur pièce et s’abonner.

D'autant plus que Techniques de vie ne sera plus consacré exclusivement à l'étude des fondements de nos techniques. Nous y traiterons aussi de la Modernisation de l’Enseignement dans le cadre international de la F.I.M.E.M. Nous donnerons régulièrement dans l’Educateur un résumé de Techniques de vie.

BIBLIOTHÈQUE DE TRAVAIL.

Que dire de notre grand Magazine illustré pour enfants sinon que. dans le cadre que nous nous sommes fixé, et avec le prix d'abonnement très réduit dont nous disposons, il est presque parfait, tant dans son contenu que dans sa présentation.

La collection des 30 dernières B.T. est sans doute une des plus belles séries de notre production ; le clou en a été notre beau numéro triple Barbacane. Nous maintiendrons cette qualité et nous l'améliorerons encore si possible.

Certes, l'adaptation de nos B.T. aux élèves de nos classes primaires est une affaire délicate, qui n'est pas toujours réussie à 100%, surtout pour certains thèmes difficiles à expliquer (en sciences notamment). Nous faisons du moins le maximum avec un contrôle attentif des groupes départementaux, des instituteurs et de leurs élèves.

Une chose est pourtant insoluble : réaliser des B.T. valables pour tous les cours du cycle élémentaire. La plupart du temps il nous faut choisir : ou les grands élèves, ou les petits. Par la force des choses nous avons choisi les grands. Les moyens se plaignent de ne rien avoir pour leur classe.

Nous réaliserons cette année à leur intention une série de 10 Suppléments B.T. qui compenseront. Cet essai pourra prendre de l’extension l’an prochain s'il est réalisé. Nous en parlons ci-dessous.

Nous nous appliquerons également, sans les scolastiser à sortir des B.T. utiles pour nos classes, correspondant le plus possible aux programmes et à l’ensemble de nos besoins. Il nous reste encore du pain sur la planche, tellement est vaste la liste des connaissances à aborder et l'éventail des intérêts enfantins.

On nous a demandé souvent de mettre en italique les parties plus difficiles. Nous nous y appliquons, d'autant plus que nombre de nos B.T. peuvent ainsi servir pour les CEG.

Nous essaierons cette année de sortir une ou deux B.T. traduites en une langue étrangère. Nous donnerons ainsi avec texte en anglais John enfant de Londres, et une autre B. T. avec texte en allemand. Les B.T. ainsi traduites, couplées avec l'original français seraient très utiles pour l'étude des langues. Nous verrons l'accueil qui leur sera réservé.

Vous apprécierez tous nos B.T. Vous savez qu'elles sont pour nos classes un outil incomparable. Les maîtres traditionnels eux aussi les apprécient et les utilisent. Il faut absolument les faire connaître. Si nous pouvions doubler le nombre de nos abonnés, nous aurions des possibilités financières qui nous permettraient bien d'autres réalisations.

Nous continuerons à donner de la publicité, notamment à l'Ecole Libératrice. Cette publicité facilitera l'action que vous mènerez vous tous pour faire des B.T. le grand magazine scolaire et post scolaire pour enfant.

SUPPLÉMENTS

BIBLIOTHÈQUE DE TRAVAIL.

C'est une édition qui monte. Elle apporte aux maîtres des documents techniques introuvables ailleurs. Nous continuerons sur cette lancée et nous parlerons dans un autre numéro de nos projets pour l'année qui commence.

Nous y ajouterons donc une série spéciale de 10 S.B.T. pour CP et CE.

Que mettrons-nous dans cette série ? Ce que les camarades de ces degrés nous apporteront : des textes de lecture, des fiches d'expériences, des fiches d'observation de plantes et d'insectes. L'équipe qui en a pris la responsabilité est au travail sous la direction de Delbasty. Mais il faut que vous soyez nombreux à y participer.

ART ENFANTIN.

Il nous est arrivé pour Art Enfantin la même aventure que pour Techniques de vie. Nous étions parfois confiants, en nous disant que non seulement les artistes mais tous ceux qui, instituteurs ou non, sont sensibles à l'Art, ne sauraient rester indifférents aux productions que nous leur présentons et qui sont le fruit de l'expression libre dont nous avons révélé la portée.

Il faut croire que la scolastique a réussi très souvent sa besogne d'insensibilisation aux œuvres artistiques puisque nombreux sont encore chez nous-même, les éducateurs qui ne comprennent pas la richesse que leur vaudrait un abonnement à Art Enfantin. Quant aux artistes, arrivés ou non, ils n'ont pas réagi — sauf quelques rares exceptions dont nous nous félicitons : Cocteau, Dubuffet, Lurçat —.

Alors, comme pour Techniques de vie, nous élargissons quelque peu notre programme à l'intention de ceux qui hésitent à nous suivre.

Or, il se trouve que pour des raisons presque semblables notre revue la Gerbe ne pouvait pas continuer, le nombre de ses abonnés baissait sans cesse jusqu'à toucher au seuil limite. Nous avions déjà dû cesser la publication de nos superbes Albums d'enfants pour les mêmes raisons. Et nous ne comprenons vraiment pas que les milliers d'éducateurs qui éditent un journal scolaire et se plaignent du manque de littérature enfantine, ne se soient pas abonnés à une revue unique et que nous avons peine à voir disparaître.

Et c'est pour tâcher de continuer cette littérature, que nous allons combiner les deux publications. Ce n'est qu'un pis-aller, mais nous espérons cependant qu’il sera démonstratif de connaître le succès qu'il mérite.

Chaque n° d'Art Enfantin comportera :

— Sous la responsabilité d'Elise Freinet, une première partie spécifiquement Art Enfantin qui continuera la tradition de la revue.

— Sous ma responsabilité une partie qui sera consacrée aux diverses formes d'Art Enfantin, à leur genèse et à leur évolution. Je commencerai par les Poèmes d'enfants pour dire la nécessité d'en susciter la naissance dans toutes les classes.

— Une troisième partie plus technique où les camarades apporteront leurs expériences pour les diverses variétés d'Art Enfantin : sculpture, gravure, céramique, théâtre, marionnettes, tentures, tapis, musique, etc...

— Et une quatrième partie de textes d'enfants que nous tâcherons de présenter sous une forme artistique qui les mettra mieux en valeur que dans la Gerbe.

Et enfin, nous publierons 4 numéros conçus sur ce modèle. Mais nous donnerons en cours d'année deux numéros de même format et de présentation similaire, consacrés à des textes d'enfants dont nous étudierons ensemble le choix.

Ces albums seront ensuite mis en vente pour faire mieux connaître la littérature d'enfants.

De telles publications sont indispensables à l'éclosion des œuvres enfantines. Aidez-nous par votre collaboration et par vos abonnements.

LES B.T. SONORES connaissent un succès mérité. Nous les continuerons donc selon la formule qui a fait ses preuves.

CLUB DE LA BIBLIOTHÈQUE SONORE DE L'ÉCOLE MODERNE-

La formule ancienne ses B.T. sonores (disques et diapositives) ne nous permet pas d'y inclure un certain nombre d'autres productions dont l'édition serait pourtant nécessaire pour motiver les recherches et les travaux des camarades : réussites en fait de chant ou de musique libres, textes et poèmes, enquêtes diverses, disques à tendance didactique : le calcul vivant, le texte libre, le dessin et la peinture etc...

Dans l'impossibilité où nous étions d'insérer cette variété dans un nouvel abonnement nous nous sommes inspirés, dans le choix de la formule de ce qui existe dans certains clubs de librairie ou de disques : nous ne voulons pas imposer nos disques mais nous voudrions avoir une liste copieuse de camarades s'intéressant à une telle publication. Quand un disque est prêt à l'édition nous en avisons par circulaire tous les membres du Club. Nous demanderons à nos adhérents de nous écrire s'ils ne désirent pas recevoir le disque dont nous ferons l'envoi automatique à tous les membres qui n'ont pas manifesté leur opposition. Ce n'est pas là une forme aimable pour forcer la main. Mais nous nous référons au fait nouveau, que nous n'avons souvent pas le temps les uns et les autres de passer commande de journaux et revues qui nous intéressent et que nous désirerions pourtant recevoir. Il s'agit là d’une livraison semi-automatique qui devrait fonctionner normalement.

Adhérez donc au Club en versant un droit d'adhésion de principe de 1 NF.

BIBLIOTHÈQUE DE L'ÈCOLE MODERNE

L'incendie qui a détruit 20 tonnes de nos éditions, a fait disparaître notamment nos B.E.N.P. qui restaient toujours valables pour les débutants et nos livres Naissance d'une Pédagogie Populaire et Essai de psychologie sensible qui sont deux documents de base pour notre pédagogie. Il nous faut hâter nos éditions en rééditions pour combler au plus tôt les vides créés par ces disparitions accidentelles.

Nous allons donc :

— améliorer la présentation et le brochage de nos livres dont le prix sera, en conséquence, quelque peu aménagé. Nous voudrions donner à ces éditions la forme de livres de poche pédagogiques susceptibles d'avoir une grande diffusion.

Les deux derniers titres de la série de cette année sont chez l'imprimeur et vont sortir incessamment. Ce sont :

Les Plans de Travail dont je recommande la lecture et d'autre part Du dessin scolaire à l'Art Enfantin, complément plus spécialement technique au livre d’Elise Freinet qui va sortir.

Nous aurons ainsi, pour cette année, quatre livres du plus haut intérêt.

Nous continuerons l’édition de ces livres didactiques avec les Echanges interscolaires, l’Imprimerie dans une école de ville, la Classe Unique, la Part du maître. Mais nous donnerons de plus les rééditions mises à jour si nécessaires de Naissance d’une Pédagogie Populaire et Essai de psychologie sensible, dont le premier numéro sera consacré au Tâtonnement expérimental.

Nous dépasserons là la provision de 10 NF qui a été versée. Mais nous ferons un nouvel appel aux souscripteurs en temps voulu.

Nous recommandons aux nouveaux venus et aux autres ces éditions indispensables et qui sont d'ailleurs du plus haut intérêt.

Les souscripteurs bénéficient d'ordinaire d'une remise de 35 à 40 % du prix marqué.

Nous en aurons fini avec nos publications périodiques et nos collections quand nous aurons mentionné que nous publions aussi une chronique de l’I.C.E.M, paraissant deux fois par mois mais exclusivement réservée à nos responsables et aux travailleurs

— que nos groupes départementaux publient des bulletins mensuels ou régionaux que vous recevrez si vous êtes intégrés à un groupe comme nous vous le recommandons sans réserve. Nous avons notamment un certain nombre de Bulletins régionaux qui sont une mine de documents techniques au niveau même des instituteurs et des professeurs.

— que de nombreux Cahiers de Roulement circulent librement entre les équipes qui possèdent ainsi, gratuitement un moyen pratique de liaison et de travail.

LES REALISATIONS NOUVELLES

1° - L'ENFANT ARTISTE d'Elise Freinet, est à l'impression et sortira avant Noël. Ce sera un superbe album original 21 x 27 donnant sur le problème lie l'art enfantin toutes réflexions, références et conseils.

Ce livre est absolument indispensable à tous ceux et celles qui sont soucieux de cultiver pour eux-mêmes et pour leur classe cette possibilité exaltante de création et d'expression. Les nombreuses illustrations en noir et les vingt planches en quadrichromie reproductions de peinture d’enfants, font de ce livre le guide attendu par les éducateurs.

Ce livre est évidemment assez cher, bien que nous bénéficions de certains tirages de l'Art Enfantin. Pour en faciliter l'acquisition par tous nos camarades, nous le livrons à prix coûtant aux souscripteurs, avec une remise de 10 NF (port en sus, env. 3 NF). Mais ces remises exceptionnelles seront irrémédiablement supprimées dès la sortie du livre. Souscrivez donc immédiatement en attendant de nous aider ensuite à la large diffusion d’un livre qui est œuvre coopérative.

Remplissez le Bulletin de souscription que vous trouverez dans ce numéro. Faites souscrire autour de vous.

2° - ARIEL, instrument de musique naturelle, inventé et mis au point par Paul Delbasty, est actuellement fabriqué par la C.E.L. qui peut vous le livrer au prix de 150 NF.

C'est un outil C.E.L., à mettre entre les mains des enfants qui apprendront par libre service à inventer et à jouer leurs chants, à reproduire aussi les airs qui leur sont familiers.

Nous en parlerons plus longuement dans les prochains numéros.

3° - POUR LES LIVRES DE VIE DE VOS ÉLÈVES, POUR LES TRAVAUX ET LA DOCUMENTATION en histoire, géographie, sciences, achetez nos nouvelles reliures à anneaux, à écartement normal, fortement cartonnées.

Ces reliures vous permettront, surtout dans les grandes classes et les C.E.G., la réalisation des nouveaux manuels C.E.L., destinés à remplacer progressivement les manuels scolaires existants.

Le manuel scolaire vous régente et vous limite. C’est vous qui organisez, constituez et régentez le nouveau manuel moderne dont les Plans de Travail et les fiches-guides vous permettent la réalisation dans vos classes. Nous en parlerons plus longuement aussi au cours de l'année en donnant des exemples d'utilisation.

Pour toutes ces réalisations, nous possédons à Cannes une organisation, aujourd’hui puissante, de recherche, de fabrication, de distribution et de vente, propriété de la Coopérative de l’Enseignement Laïc, Elle marche aujourd'hui à fond pour réparer les dégâts causés par l'incendie de fin décembre dernier et procéder notamment à toutes les rééditions qui s’imposent. Nous pouvons être fiers, collectivement, coopérativement de l’œuvre qui a été ainsi mise debout par 35 ans de travail et de sacrifices et au sein de laquelle s’est opérée la relève qui lui assurera succès et pérennité.

POUR LA DIFFUSION DE NOS TECHNIOUES

Toute création suppose ta mise à la disposition des usagers de l'œuvre réalisée.

Les Techniques Freinet de l'Ecole Moderne ont aujourd'hui franchi leur stade expérimental. Les expériences ne seront pas, pour autant, désormais inutiles. Au contraire. En fait d'éducation surtout, tout reste à découvrir et la besogne ne manque pas et ne manquera pas aux équipes et aux générations qui prennent la succession. Mais nous pouvons cependant rassurer les éducateurs inquiets qui cherchent des solutions aux problèmes que leur pose la vie.

Nos techniques sont aujourd'hui au point, avec un matériel et des directives d'emploi éprouvés par trente années de tâtonnement expérimental. Elles peuvent désormais être introduites dans les classes, dans toutes les classes, où elles rendront toujours mieux que les méthodes traditionnelles.

M. le Ministre de l'Education Nationale l'a reconnu le 22 mai dernier à la tribune du Sénat en disant que «nos efforts sont dignes d'intérêt et que nos expériences ont donné des résultats satisfaisants ».

Et M. Lebettre lui-même préconisait au dernier Congrès des Maternelles à Nice « la combinaison de ce qu'il y a de meilleur dans la méthode Freinet et la méthode conventionnelle ».

Ce stade expérimental est donc maintenant franchi, ce qui ne veut pas dire que nos techniques peuvent pénétrer, du même coup, automatiquement dans la masse des écoles.

Il est déjà difficile de convertir une usine parce que se posent, de façon complexe, les problèmes de locaux, de machines et de préparation technique des ouvriers et des cadres. Et il s'agit de fabriquer des casseroles... Que sera-ce quand il s'agira de préparer des hommes !

Si la question des locaux et du matériel pourrait éventuellement être résolue à coups de milliards, il y en a une qui demande autre chose de plus : c'est la formation des maîtres. Et changer la technique de travail de quelqu'un est toujours chose aléatoire et difficile, surtout lorsqu'il s’agit du métier d'éducateur.

Pour préparer des instituteurs à pratiquer dans leur esprit les Techniques Freinet, il faut rééduquer d’abord les éducateurs. Cela ne se fait pas à coups de discours. Les livres les plus éloquents y sont eux-mêmes impuissants. Il faut voir les ouvriers — maitres et élèves — au travail. D'où l'importance que nous attachons à l’organisation des stages. Nous en avons une douzaine qui se sont déroulés en septembre à travers la France et à l'étranger. Ils ont touché quelque 500 éducateurs dont la presque totalité nous sera définitivement acquise. Il nous faut, pour la prochaine année multiplier encore le nombre de ces stages. En attendant, les Groupes Départementaux pourraient intervenir auprès de leurs inspecteurs pour que les instituteurs qui le désirent, puissent passer une journée dans les classes travaillant selon nos techniques. Le profit en serait certainement excellent. Nous espérons, pour l’organisation de ces stages et visites des classes, pouvoir compter sur l'administration dont le grand Maître a dit à la tribune du Sénat :

« Les stages d'information et d'initiation aux Techniques Freinet ne peuvent être organisés qu'à l’initiative du promoteur de l'Ecole Moderne. Mais je puis donner A M. Nayrou l'assurance que rien ne sera fait pour contrecarrer une telle initiative si celle-ci était prise ».

BUREAU INTERNATIONAL DE L'ÉCOUE MODERNE A AOSTE

Un de ces stages se tient à Aoste au moment où nous écrivons ces lignes. Une équipe de camarades sous la direction de Faure dirige, pour la troisième fois une rencontre de travail des instituteurs valdotains enthousiastes.

C’est l’atmosphère de fraternité et d’amitié au sein de l’Ecole Moderne qui nous a permis de créer, avec l’appui bienveillant des autorités d’Aoste un Bureau International de l'Ecole Moderne qui a commencé à fonctionner dans des locaux que la Municipalité d’Aoste a bien voulu mettre à notre disposition. Une première rencontre d'adultes et d’enfants d’Aoste et de l’Isère y a déjà eu lieu en juin. Nous publierons sous peu une liste de manifestations ainsi que le programme de travail de ce bureau qui est appelé à un grand avenir. C’est notre ami Faure de l’Isère qui a bien voulu en assurer la présidence, avec Pezzoli d'Aoste comme directeur.

Nous vous tiendrons informés.

ALGERIE - MAGHREB ET AFRIQUE

Les autorités algériennes ont organisé pour le mois de septembre un grand stage de formation accélérée d’éducateurs. Notre ami Gaudin qui se trouvait en vacances à Alger est aussitôt intervenu pour offrir les services de l’Ecole Moderne.

Un groupe de camarades a donc participé à l'initiation des jeunes algériens, avec certainement un grand profit. Nous étudions pendant ce temps la possibilité d’influer sur la pédagogie des Etats africains pour que nos techniques puissent y être aménagées après des adaptations auxquelles nous travaillons.

Et enfin quelques notes rapides :

ECOLE FREINET

Au moment où nous écrivons cet article (3 septembre 1962) les deux postes vacants de l’Ecole Freinet n'ont pas encore été pourvus malgré deux gros mouvements. Ce retard est d'un bien mauvais présage et semblerait montrer que le Ministre n'a pas su toucher son administration, ni par le cœur, ni par l'esprit...

DROITS D'AUTEUR

Nos techniques et nos œuvres d'enfants commencent à être connues et appréciées. Il arrive assez souvent que, auteurs de manuels, éditeurs, artistes, cinéastes y puisent plus ou moins largement. Si on ne nous avise pas, nous pourrions parler de pillage.

Pour l'éviter, nous étudions l’organisation d’un service de droits d’auteur auquel nous vous demanderons d'adhérer.

RÉFORME DES EXAMENS

Et enfin nous mettons à l'étude la question des examens qui est si déterminante pour notre enseignement. Nous avons dit naguère comment, à tous les degrés, l’enfance et l'adolescence travaillent non point pour leur instruction et leur culture, mais pour leur réussite aux examens. Cette obsession de l'examen fausse dangereusement le travail et les destinées de notre enseignement.

Nous ne nous contenterons pas de critiquer ce qui est. Il nous faudra mettre debout des projets d'examen mieux adaptés aux nécessités de notre société de fin de siècle, à l'ère de l'astronautique et du prochain voyage dans la lune.

FORMAT DE L'EDUCATEUR

Les camarades seront peut-être surpris — agréablement, espérons-le — par le nouveau format de leur revue. Ce changement est intervenu exclusivement pour des raisons techniques, pour l'unification des formats (format Ecolier) que nous adoptons pour nos éditions : Éducateur, Cahiers auto correctifs et Suppléments B.T.

Excusez ce long étalage de nos décisions et de nos projets. Quand on a un domaine riche et divers, la visite en est longue. Vous nous aiderez tous à continuer une œuvre coopérative qui ne vit et ne prospère que par la volonté, le dévouement et la générosité de ses milliers d'adhérents.

C. FREINET.

NOS RUBRIQUES

Nous conservons les mêmes rubriques que l'an dernier. L'abondance des fiches en ce début d'année ne nous a pas permis de donner la place habituelle à l'ensemble des travaux Ecole Moderne. Le prochain numéro prendra son allure normale avec : les leaders de Freinet, la rubrique de Le Bohec et d'Élise Freinet, Comment j'enseigne dans ma classe, Vie de l'I.C.E.M., Livres et revues.