Raccourci vers le contenu principal de la page

La discussion du thème de notre Congrès 1963 - Les Techniques audio-visuelles

Janvier 1963

serons-nous servis ou au contraire asservis par les techniques audio-visuelles ?

Elles sont à la mode théoriquement, ou du moins hors de l'Ecole. Cinéma, radio, télévision, photos, diapositives, même magnétophones, images de journaux et revues font maintenant partie de l’univers familier des adultes et des enfants. On peut dire que nous vivons à l’ère de l’audiovisuel, à tel point que nous risquons d’en être submergés et que nous avons souvent à chercher les moyens de nous en défendre plutôt que de nous en servir.

Selon nos principes de modernisation, c’est un non-sens de prétendre les ignorer. Elles s'imposent à nous. A nous de voir ce que nous pouvons en tirer pour une bonne éducation de nos enfants.

Et cela nous délimite déjà le champ de la discussion au Congrès :

— D’abord ce que sont les techniques audio-visuelles à l'Ecole et hors de l’Ecole. Avantages et dangers. Comment nous en défendre éventuellement.

— Et ensuite une partie constructive : comment utiliser les Techniques audio-visuelles pour une meilleure éducation?

Disons tout de suite que, comme pour tout ce qui touche à la modernisation de son équipement et de ses techniques, l’Ecole est terriblement en retard. Pratiquement elle en est restée au début du siècle. Pas de cinéma, ou presque, pas de télévision, bien peu de radio, magnétophone au stade expérimental. Et même lorsque le maître passe des vues fixes ou fait de la photo, ces techniques ne sont nullement intégrées au processus scolaire. On peut dire que les Techniques audio-visuelles n’ont pas encore pénétré à l’Ecole française.

Est-ce un bien ? Est-ce un mal ?

C’est ce que nous étudierons,

Dans quelle mesure la pédagogie est-elle influencée par les techniques audio-visuelles ?

Dans la préparation de cette étude dont les éléments majeurs paraîtront dans une BEM qui sortira avant le Congrès, j’introduirai la discussion.

1° - L’OCCE a bien voulu se charger de mener nationalement une enquête pour connaître, pour chacune des Techniques envisagées :

— les conditions d'acquisition

— l'usage pédagogique

— l'utilisation récréative

— les difficultés rencontrées.

Il sera fait compte rendu au Congrès, mais nous savons d'avance que l’apport de ces Techniques reste bien maigre.

2° - Dufour et le groupe de l'Oise feront le point de l’utilisation de ces techniques pour l’Ecole et la post-école.

Ecrire: Dufour, Aux Marais par Beauvais (Oise).

3° - Faligand traitera plus spécialement de la TV scolaire et des disques. Ecrire : 74, rue Sébastien-Mercier, Paris XVième.

4° - Guérin et Dufour (et la commission BETA), traiteront de tout ce qui se rapporte au magnétophone, aux échanges, à la connaissance des langues et à la TV.

Dans ce domaine, nous sommes nettement en avant-garde et ce que nous avons réalisé va peu à peu se généralisant dans la masse des écoles. (Ecrire: Guérin, BP 14, Ste-Savine Aube).

5° - Pellissier, Ecole de Vénérieu par St-Hilaire de Brens (Isère) et Brillouet, La Vallée par Beurlay (Ch.-Mm-), traiteront de la photo dans l'enseignement.

6° - Ueberschlag ( IP à Weissembourg, Bas-Rhin ), fera pour nous le point de ce qui est réalisé dans ce domaine dans les divers pays.

70 - Jaegly (IP, 8, rue DT Calmette à Lille, Nord), nous apportera le résultat d'expériences qu'il a faites au Tchad.

8° - Je concluerai en disant l'avenir possible de l'utilisation des Techniques audio-visuelles dans notre enseignement modernisé et dans quelle mesure nous pourrions mettre au point une méthode valable pour les pays sous-développés.

Nous demandons aux camarades intéressés à une ou plusieurs de ces questions, ou qui possèdent des documents qu’ils jugent utiles de vouloir bien les faire parvenir aux responsables ci-dessus.

La discussion de ce thème au Congrès occupera les deux premières séances plénières ; la troisième sera consacrée à la suite, escamotée au Congrès de Caen, de l'étude sur l’enseignement des sciences.

Nous en parlerons dans notre prochain numéro.