Raccourci vers le contenu principal de la page

Peintures de colère

Février 2002
 

CréAtions n° 100 - Narration- publié en janvier-février 2002

CLIS déficients visuels, Ecole Léon Grimault, Rennes (Ille-et-Vilaine)- Enseignant : Patrick Verré

 

 

Peintures de colère

 

Dans notre classe, nous sommes trois enfants de cycle 2 : deux aveugles, Adeline et Anaïs, un déficient visuel, William, et un maitre, moi Patrick.
Il m’arrive de me mettre en colère… eh oui !
Or, un jour où cela m’est arrivé, j’ai proposé aux enfants d’exprimer de manière plastique les sentiments qui nous traversent… pourquoi pas la colère s’ils voulaient (ou comment exorciser ses propres démons à travers les productions des enfants).


Pari relevé, le parti est pris d’exprimer la colère en peinture et sur feuille. Original ! Après une recherche corporelle (gestes, voix..) sur les actions liées à la colère, des actions possibles ont été recherchées sur le support feuille : déchirer, taper, chiffonner…
 
William, qui « voit », exprime ses choix de couleur, à savoir dur rouge, du noir, du bleu ou du marron.
Adeline et Anaïs acceptent ce choix après discussion dans la mesure où leur production est destinée à être regardée par des voyants.

 



Par contre, il leur faut un élément supplémentaire pour pouvoir exprimer leur colère (la peinture c’est plutôt doux) et un élément tactile pour savoir où la peinture est réalisée. Le choix se porte sur du sable mélangé à la gouache pour sa rugosité.
Après une longue période de réalisation – ce n’est pas facile de peindre parfaitement une surface quand on ne la voit pas -, les peintures sont enfin prêtes.

 

 

 

Qu’en faire maintenant ?

Je leur propose un support qui servirait aussi de cadre : du carton, du bois ou une simple feuille.
Il faut encore maintenant choisir le mode de fixation.

Adeline choisit la colle qu’elle applique généreusement et tape sur ses feuilles joyeusement… où est la colère ?
Anaïs et William cloueront en tapant comme des sourds.
Anaïs choisira de donner du relief à sa colère.
Adeline et William, eux, exprimeront le besoin de sortir du cadre.

 

 

peinture
                                            sommaire "Narrations"