Raccourci vers le contenu principal de la page

C'était la rentrée des classes aujourd'hui

 

Salut c'était la rentrée des classes aujourd'hui.

Les casernes scolaires vont se remplir de mômes. L'école est une formidable machine à reproduire de la ségrégation sociale mais c'est aussi dans son fonctionnement interne c'est aussi une redoutable machine à produire du conformisme. Voici un petit billet d'humeur suite à ma rentrée d'instite au départ adressé à 2 potes également instites et qui revient sur la logique d'organisation des classes ultra dominante dans les écoles: la répartition par niveaux (grosso modo tous ceux qui ont 9 ans on les isole et on les met ensemble sous l’appellation CE2 car quelqu'un a décidé que tous seraient prêts cette année et pas avant ou après à apprendre le passé composé, la division posée et les compléments circonstanciels.

Petite donnée contextuelle: j'ai quitté au bout de 3 ans ma classe de cycle 3 (CE2-CM1-CM2) pour tenter l'aventure dans une école maternelle avec une équipe humainement chouette mais qui reste pour l'instant convaincu qu'en dehors des simples niveaux il n'y a point de salut.

A+

Amar Trabelsi

Avoir goûté à la classe de cycle me donne une vraie sensation de blocage pour les classes de niveaux même en maternelle. Renoncer à l’hétérogénéité propre à la vie  pour recréer cet univers artificiel (tous au même niveau et au même rythme de développement) quel gâchis immense! En petite section c'est une caricature de tout cela: 25 traumatisés qui vivent leur séparation et expriment leur malaise le même jour, à la même heure alors qu'il suffirait qu'un lot de 8 petits soit entouré par 17 moyens et grands pour atténuer tout ça et leur montrer qu'il peut y avoir une vie à l'école (des semaines et des semaines à m'épuiser en litanies, réprimandes et démonstrations pour que mon fils 2 ans alors se lave correctement les mains, un copain se pointe avec le petit (7 ans) d'un voisin qui lui avait été confié, ce dernier se lave les mains en même temps que mon fils qui le regarde admiratif, depuis il s'applique et revendique savoir se laver comme Clément - CQFD). Il n'y a qu'à l'école qu'on considère que des gens du même âge censés être au même niveau de développement sont isolés et mis ensemble pour fédérer par l'ignorance plutôt que par la circulation des savoirs: en CP mettons ensembles 25 mômes qui ne savent pas encore lire et isolons-les de ceux qui savent lire afin qu'ils n'aillent pas chercher chez les copains ce que le maître veut lui transmettre. L'acte éducatif en milieu scolaire n'est clairement  pas pour reprendre Rancière un processus de développement du savoir lui-même mais un processus de remplacement de l'ignorance de l'enfant par le savoir du maître. Qu'on ne s'étonne pas que l'école de la rue qui elle vit sur cette hétérogénéïté (les grands frères) soit plus efficace et séductrice que la notre.

Ce qui est intéressant lorsque j'en parle aux collègues (pour le débat car pour cette année c'est un peu tard quoique) ils ne me répondent que par rapport à eux et leur confort de travail (surcroît de taf, inquiétude) et l'enfant (ses besoins, son développement etc...) n'intervient jamais dans la discussion. Encore et toujours l'arbitraire des adultes qui du haut de leur position dominante traduisent leurs intérêts particuliers en évidences universelles et indépassables. Les intérêts particuliers de l'enseignant: minimiser le nombre de notions à maîtriser en pensant que cela minimisera le temps de préparation (chimère car créer une situation artificielle demande plus de préparation qu'un fonctionnement qui se contente de s'appuyer sur les choses de la vie), minimiser les possibilités d'être bousculé par l'intelligence des élèves quitte à être bousculé physiquement par l'un d'eux qu'on aura trop ennuyé, maximiser son emprise sur ses mômes en s'assurant que l'enseignant sera le seul entre les 4 murs de la classe à en savoir beaucoup plus que l'élève).

Le jour où le droit des enfants sera appliqué, je tenterais un recours devant les tribunaux compétents.

Parfois même les constats les plus désabusés sont atténués par une petite lueur qui est venu aujourd'hui du côté de mon fils: j'apprends avec bonheur qu'il est dans une classe de cycle (Petit-Moyen-Grand). C'est vous l'aurez compris la raison pour laquelle je déverse sur vous toutes ces humeurs et cette rancœur contre ce fantasme d'homogénéïsation qui sert de logique générale à l'école.

En tout cas j'suis trop content pour mon bout d'chou et content de voir qu'il y a des écoles qui font parfois le choix du confort des mômes plutôt que celui des enseignants quitte à bousculer les habitudes et le conformisme de ces derniers; ce qui est loin d'être injuste car n'oublions pas que les 1ers sont contraints tandis que les seconds sont payés... par les 1ers d'ailleurs

"Tous les enfants sont des prisonniers politiques." Jean-Luc Godard