Raccourci vers le contenu principal de la page
Dans :  Techniques pédagogiques › organisation de la classe › 
Octobre 1956

Le thème de notre dernier Congrès à Bordeaux était le rendement scolaire, sujet éminemment vaste et dont nous nous sommes appliqués à faire le tour, nous réservant d’étudier par la suite, séparément, les divers facteurs essentiels de ce rendement.

Parmi ces facteurs, le problème de la discipline est incontestablement au centre des préoccupations de la presque unanimité des éducateurs. Il constituera le thème du prochain Congrès de Nantes de l’Ecole Moderne, que notre ami Gouzil prépare avec une méthode et une obstination peut-être sans précédents.

Des camarades s’étaient plaints, l’an dernier à Bordeaux, que nos séances plénières étaient trop théoriques et qu’en définitive nous faisions, avec une éloquence toute relative, des discours qui ne seraient pas déplacés dans les assemblées académiques. Il nous faut revenir d’urgence à notre tradition de discussions d’une portée psychologique, pédagogique et sociale originale et utile, mais toujours orientée vers une amélioration technologique de nos conditions de travail. Pour nous, la pédagogie — et le Congrès — ne sont pas de purs jeux de l’esprit mais la recherche coopérative d’une meilleure éducation.

Pour parvenir à ce résultat, nous ne devons pas laisser à des rapporteurs — si informés et si éloquent soient-ils, de parler pour nous. Les rapporteurs doivent seulement recueillir, confronter et utiliser les documents qui leur viendront de la masse de nos lecteurs.

C’est pour préparer dès maintenant cet indispensable travail à la base, c’est pour que les groupes puissent se mettre immédiatement à la besogne que nous publions ci-dessous un plan, qui ne vise d’ailleurs pas à être complet, des questions à étudier.

Les groupes ou les camarades qui auront manifesté le plus d’activité dans ce travail coopératif seront invités à rapporter au Congrès :

La Discipline à l’Ecole

1° Qu'est-ce que la Discipline ? Quelles sont- les diverses formules utilisées dans le passé et dans le présent ?

Ce sont l’Armée et l’Ecole qui ont donné à ce mot de Discipline un sens plutôt péjoratif.

Si un individu vivait seul, comme Robinson, dans une île déserte, il serait libre d'agir comme bon lui semblerait, sauf qu’il aurait cependant à tenir compte des réactions du milieu : plantes et animaux notamment.

Mais dès qu’il vit avec d’autres individus, il faut nécessairement que s’établisse un modus vivendi plus ou moins favorable. C’est ce modus vivendi que nous appellerons Discipline.

Il serait souhaitable, au début de cette discussion, de faire le point des diverses expériences de modus vivendi, de disciplines intervenues au cours des siècles. Nous verrons ensuite le problème tel qu’il se pose actuellement dans nos écoles françaises et les solutions que nous préconisons. D’ailleurs, la plupart de ces formes de disciplines sont encore pratiquées de nos jours en France et hors de France. 

— Discipline autoritaire, du plus fort ou du vainqueur. Y a-t-il encore des esclaves ?

— La discipline divine avec ses diverses incidences.

— La discipline morale.

— La discipline patriarcale.

— La discipline coopérative.

— L’autogouvernement et l’autodiscipline.

— La discipline du ¡eu.

— La discipline du travail.

Communiquez-nous citations d’auteurs et informations diverses sur ces points.

Trois formes de discipline. — Il n'y a pas une discipline valable pour les enfants et une discipline valable pour les adultes. La Discipline est une, comme lEducation.

Nous comparerons très souvent la Discipline chez les enfants à la Discipline chez les adultes. Nous aurons beaucoup plus de chances de raisonner juste.

Si un état est soumis à l’autorité d’un chef, d’un maître :

— Ou bien le maître se fait redouter par sa puissance et par les punitions exemplaires dont il frappe ceux de ses sujets qui y portent atteinte. Et l’ordre règne.

— Ou bien le maître, tout en gardant sa totale autorité, sait être juste, généreux, compatissant, compréhensif. Il se fait aimer. Il peut parvenir alors à une forme de discipline qui reste très humaine. A condition que ce qu'il est contraint d’exiger de ses sujets ne soit pas trop radicalement contraire à leurs besoins et à leurs soucis auxquels cas il y aurait nécessairement opposition, choc et répression.

— Ou bien le maître reconnaît les droits et les devoirs de ceux qui vivent avec lui et les aide à créer une société au sein de laquelle s’instaure une discipline juste et humaine. Nous aurons à examiner à l’Ecole ces trois formes de discipline.

La Discipline autoritaire du maître qui commande à des enfants qui n'ont qu’à obéir.

Cette autorité est fondée non sur la compréhension de l’enfant mais sur la force et la répression.

Cette forme de discipline était courante au début du siècle. Elle est loin d’avoir disparu. Elle tend au contraire à renaître avec la surcharge des classes.

Nous en étudierons les fondements, le fonctionnement et l’évolution. Cette question pourrait faire l’objet d’un point spécial du rapport.

Réunissez dès maintenant et communiquez-nous les éléments de ce rapport :

— La discipline autrefois, telle que nous l’avons plus ou moins subie.

— Les punitions. Leur forme. Leur portée.

— Les récompenses.

— Les modalités disciplinaires à l’Ecole et hors de l’Ecole.

— Comment les enfants essayaient de tourner les règlements et l’autorité.

— Connaissez-vous aujourd’hui encore des écoles publiques ou privées, ou maisons d’enfants qui pratiquent cette discipline autoritaire ?

L’autorité mitigée. — Les formes sociales et politiques ayant évolué vers une plus ou moins grande démocratisation, l’Ecole a théoriquement, avec un début de pratique, évolué elle aussi vers une discipline qui laisse au maître sa totale autorité et sa responsabilité, mais mitigée cependant par des appels à la compréhension et à l’action des enfants.

La presque totalité des classes entre aujourd’hui dans cette catégorie qui pourrait se comparer, politiquement, à une sorte de monarchie constitutionnelle (d’où un net retard).

— Attitude du maître : estrade, devoirs, leçons, bras croisés, silence.

— Influence naissante ou croissante des enseignements d’une psychologie qui révèle les raisons d'opposition de l'enfant à un tel régime.

— Les punitions et la répression en général à l’Ecole mitigée actuelle. En établir la gamme. Il nous faut pour cela de très nombreux exemples montrant que cette forme d’Ecole touche bien d’un côté à la formule retardataire pour essayer de s’orienter d’autre part vers une discipline progressiste.

— Les instruments de l’autorité :

Les manuels scolaires ; Le directeur ;

Les leçons ; Les parents ;

Les devoirs ; Les notes ;

Le maître ; Les bons-points, etc.

La Discipline moderne, correspondant à la société démocratique qui s’instaure peu à peu dans les divers pays du monde.

C’est à cette étude, tout particulièrement constructive, que nous allons nous appliquer et pour laquelle il nous faudra de très nombreux exemples. Préparez-les dès maintenant :

— La vie et le travail par groupes ;
— La discipline sportive ;
— La discipline coopérative ;
— La discipline du travail.

Nous aurons à étudier comment l'instauration de ces diverses disciplines est rendue difficile et parfois impossible à cause :

— des règlements, des horaires et des programmes ;

— de l’incidence des locaux scolaires, de l’ameublement et de l’équipement ;

— du milieu social non favorable ;

— de la présence d’individus qui perturbent la vie de la communauté ;

— des méthodes de travail ;

— des effectifs scolaires.

La présente étude doit aboutir, au Congrès, à la mise au point et à la publication d'une véritable charte de l’Ecole Moderne, que nous tâcherons ensuite de rendre effective.

Documentation sur la Discipline à l’étranger. — Etude des diverses méthodes d’organisation de l’Ecole ; formes d'autorité, etc.

Nous demandons à nos correspondants français et étrangers de collaborer activement à cette rubrique.

*

* *

Dans les prochains numéros, nous traiterons successivement de ces trois points essentiels :

1° La discipline autoritaire, qu’on pratique encore mais sans oser s’y référer. Elle est la discipline du passé.

2° La discipline mitigée. Elle est, dans la grande majorité des cas, celle de notre période de transition.

3° La discipline progressiste de l’Education du travail que nous devons faire connaître et promouvoir.

Nous demandons aux groupes de mettre ces questions à l’étude de leurs prochaines réunions.

Des questionnaires publiés dans l’édition technologique de notre revue nous permettront de rassembler rapidement la masse de documents dont nous avons besoin.

Notre Congrès aura, cette année, une grande résonance nationale et internationale. La question à l’ordre du jour répond parfaitement aux préoccupations majeures des éducateurs et des parents.

Mais il nous faut de très nombreuses collaborations. C. F.