Raccourci vers le contenu principal de la page

Ce que sera l'Educateur Prolétarien

Octobre 1934

L'IMPRIMERIE A L’ÉCOLE,

 
Ce que sera l'Educateur Prolétarien
 
Le propre d'une oeuvre virile et vivante est de se transformer sans cesse pour répondre aux nécessités sans cesse changeantes de la création et de la lutte. C'est au nom de ce principe que nous inaugurons avec ce numéro une formule nouvelle de notre « Educateur Prolétarien ».
 
A l'origine, notre premier bulletin, L'Imprimerie à l'Ecole ne fut guère qu'un organe d'entr'aide presque exclusivement technique : il s'agissait de mettre au point notre matériel et d'en faciliter l'usage aux nouveaux comme aux anciens adhérents.
 
Quand cette besogne essentielle a été menée à bien et que nous nous sommes rendus compte de l'influence puissante et décisive de l'Imprimerie à l'Ecole sur toute la conduite de la classe, nous avons dû élargir le cercle de nos préoccupations en nous intéressant aux diverses techniques scolaires dans leurs rapports avec notre technique. Notre bulletin est alors devenu une revue pédotechnologique qui, au cours de ces dernières années, a apporté à tous ses lecteurs une documentation introuvable dans toutes les autres revues françaises.
 
L'Educateur Prolétarien s'est ainsi taillé, parmi les publications pédagogiques, une place d'honneur, qui lui a valu l'adhésion d'un nombre toujours croissant d'abonnés.
 
On nous a demandé de faire plus encore. A tous ces éducateurs, à tous ces jeunes surtout qui, par ce qu'ils ont pu connaître de notre technique, par nos publications enfantines, par nos expositions et démonstrations, ont eu la révélation de ce que la pédagogie nouvelle en général, et l'expression libre en particulier, peuvent apporter de joie et, d'enthousiasme aux éducateurs, de profit pédagogique et humain aux élèves, à tous ces praticiens nous devons maintenant : d'une part, donner tous renseignements techniques susceptibles de les aider à s'engager effectivement dans la voie nouvelle ; d'autre part, leur fournir des instruments de travail adaptés à la technique préconisée et rendant possible les réalisations que nous vantons,
 
Ces préoccupations sont à l'origine de l'évolution actuelle de « l'Educateur Prolétarien ».
 
Notre technique d'Imprimerie à l'Ecole est actuellement au point. Non pas que nous n'ayons plus rien à y retoucher. Loin de là. Une méthode figée dans sa forme est déjà une méthode morte et plus que jamais la vie nécessite changement et adaptation. Mais ce que nous sommes en mesure de préciser aujourd'hui en ce domaine permet à ceux qui nous rejoignent de parvenir d'emblée à des résultats à tous points de vue encourageants.
 
Il faut maintenant divulguer cette technique, rappeler à nos lecteurs les plus récents les principes essentiels de l'éducation nouvelle, leur montrer comment, pratiquement, nous apportons des solutions souhaitables aux graves problèmes qui se posent à nous, leur expliquer l'utilisation pédagogique des divers outils que nous préconisons. Nous poursuivons cette tâche pratiquement, sans aucun verbiage, Et c'est ce qui nous sépare et nous séparera, des diverses revues pédagogiques qui sont bourrées de conseils, donnés la plupart du temps par ceux qui ne mettent pas la main à la pâte. Nous voulons, nous, que notre pédagogie prolétarienne naisse et monte directement des éducateurs qui, à même les difficultés véritables, sont seuls susceptibles de donner la mesure d'une technique applicable immédiatement par tous nos jeunes camarades, C'est à cet effet que nous donnerons le plus souvent possible la parole à tous nos adhérents qui exposeront honnêtement, sans aucun tape à l’œil d'aucune sorte, leurs réalisations dans leurs classes. Ils diront leurs espoirs, leurs enthousiasmes, leurs victoires, mais aussi leurs faiblesses, leurs erreurs, leurs insuccès devant les obstacles dont ils révèleront l'importance ou la fragilité. Nos lecteurs se trouveront ainsi, pour ainsi dire, devant des exemples de travail pédagogique non pas idéal, mais commun et humain et ils comprendront que ce que leurs camarades ont su, dans ces conditions, réaliser, ils le peuvent eux aussi, dans les limites que nous tracent d'avance les conditions scolaires nées d'un régime en contradiction formelle avec nos buts d'éducation nouvelle libératrice.
 
Mais nous innoverons davantage encore en apportant à nos lecteurs une aide pédagogique plus efficace.
 
Tous les livres, tous les discours des moralisateurs, toutes les spéculations des philosophes influent moins profondément et moins rapidement sur l'évolution sociale que l'extension, par exemple, des transports automobiles ou la diffusion du cinéma, du phonographe et de la radio. Cela est, d'ailleurs, regrettable : cette dualité cessera le jour où de la fraternité travailleuse naîtra une collaboration totale et franche entre penseurs et techniciens, pour l'évolution et l'élévation sociale. Mais il est un fait : c'est que la mise ça service d'un outil nouveau, la mise au point d'une technique adaptée aux nécessités et aux possibilités nouvelles ont une importance bien plus décisive que les plus éloquents discours.
 
Il en est de même en éducation : Prêchez, donnez des conseils, recommandez l'ordre, la discipline, l'effort personnel... Tout cela n'empêche point que le jeune instituteur se trouve devant les difficultés qui nous ont tous accueillis et qui devraient être l’ABC ‑ totalement négligé ‑ de toute pédagogie : Comment, pratiquement, dans telle classe, maintenir l'ordre, la discipline ; comment, pratiquement, stimuler les élèves au travail ; comment orienter son effort pour obtenir des résultats profonds tout à la fois et formels (inspections, examens) ? Telles sont les préoccupations auxquelles nous essayons et nous essayerons de répondre.
 
Comment ? Non pas, nous l'avons dit par des prêches, mais par l'emploi d'une technique de travail et la mise en service d'outils nouveaux permettant le rendement maximum de cette technique.
 
Cette technique de travail c'est la technique par l’Imprimerie à l'Ecole, qui a aujourd'hui élargi son domaine et qui vous montrera comment, en éveillant l'intérêt des enfants, en apportant un aliment à leurs besoins fonctionnels, vous amenez automatiquement, mécaniquement presque, la solution idéale au problème de la discipline et de l'effort dans les divers domaines scolaires. Les outils nouveaux sans lesquels cette technique ne peut donner sa mesure, ce sont : l'imprimerie à l'Ecole et l'expression libre enfantine, les échanges interscolaires, les techniques diverses d'expression par le dessin, la peinture, le découpage, la gravure, le chant, le théâtre; le fichier scolaire coopératif et le fichier de calcul, la Bibliothèque de travail, le cinéma, les disques, la Radio éventuellement.
 
Nous nous appliquerons à vous donner sur ces outils le maximum d'explication; nous vous aiderons à les acquérir, à les fabriquer ou à les constituer. C'est dans ce but notamment que nous publierons dans chaque numéro un certain nombre de fiches qui vous apporteront des documents immédiatement utilisables et classifiables ‑ mais des documents seulement et non des cours scolaires.
 
Vous êtes peut-être rebutés par l'énumération imposante de ce que nous appelons les outils nouveaux scolaires, et vous vous dites : jamais je ne pourrai acquérir tout cela !
 
Croyez cependant que nous sommes et nous restons pratiques et positifs. Mais il est totalement inutile que, à l'instar de nos dirigeants pédagogiques, nous vous disions : Pratiquez le travail libre, recherchez l'expression libre enfantine, faites beaucoup de dessin, éduquez le sens musical de vos enfants.
 
Nous vous disons : taisez‑vous mais introduisez dans votre classe L'Imprimerie à l'Ecole avec son complément : les échanges scolaires, et, automatiquement, malgré vous même, s'épanouira l'expression libre enfantine ; procurez à vos enfants des couleurs adaptées aux nécessités nouvelles, des outils à graver pratiques et l'enfant dessinera et gravera spontanément et réalisera des choses admirables même à votre insu ; achetez un phono et de bons disques si votre compétence musicale est insuffisante, et vos élèves éduqueront leur instinct musical ; mettez à leur disposition des fiches et des livres de travail faciles à consulter : ils n'attendront pas que vous leur présentiez leur pâture ; ils se mettront eux-mêmes au travail : leur enthousiasme vous étonnera et leurs progrès vous satisferont.
 
Nos lecteurs comprendront maintenant, nous l'espérons, notre orientation pédagogique : Nous en avons assez du verbiage hypocrite et décourageant. Au travail, pratiquement, pour l'amélioration pédotechnologique de l'école prolétarienne.
 
Un dernier mot cependant : Et si, pourraient objecter quelques jeunes, nos écoles sont trop pauvres pour nous permettre aucune de ces réalisations, que nous recommandez‑vous ?
 
Là réside le grand secret de la pédagogie officielle, de donner l'illusion de réalisations possibles dans la plus extrême détresse de nos écoles, en remplaçant l'activité seule créatrice par les prêches du maître, par l'autorité des livres, par l'acquisition morte. Si l'entrepreneur de maçonnerie, au lieu d'amener à pied d’œuvres échafaudages et matériaux, se contentait de réunir ses ouvriers et de les encourager, de les exhorter au travail, de les gaver de théories, ce serait, certes, moins onéreux, mais la construction ne monterait pas et l'impossible mensonge apparaîtrait à nu, confondant ses bénéficiaires.
 
Le même hypocrite processus vicie tout l'édifice scolaire capitaliste. Mais seuls quelques pédagogues avertis ‑ et parmi eux rares encore sont ceux qui osent le dénoncer ‑ se rendent compte que les élèves sont dans nos écoles comme ces maçons sans matériel de travail qui ne peuvent pas travailler et qu'on amuse sur le plan intellectualiste et verbal. Et s'il n'en résulte aucune construction, nulle création, on cherche les responsabilités là où elles ne sauraient être pour masquer l'hypocrisie pédagogique qui est à la base de la faillite flagrante de l'école capitaliste.
 
Plus que jamais, pour le triomphe de nos techniques d'éducation nouvelle prolétarienne, réclamons pour nos élèves de l'espace, de l'air, du soleil ; réclamons le matériel d'enseignement indispensable sans lequel, osons l'affirmer, il ne saurait y avoir d'éducation libératrice. Et si, malgré nos efforts, on persiste à vous contraindre d'enseigner dans des classes taudis, surpeuplées et nues, avec, pour tout matériel, crayon, plume, cahiers et manuels, sachez d'avance que vous ne pouvez réussir et qu'une seule issue vous reste, un seul espoir, un seul devoir : lutter sur le plan social, économique et politique pour que disparaisse un régime qui masque ses desseins obscurantistes sous des formules intellectualistes plus hypocrites mais tout aussi impuissantes, pour que naisse enfin une société qui, redonnant à l'éducation le beau rôle qui lui revient, considère en face toutes les réalités et nous permette enfin de créer, pratiquement, la pédagogie nouvelle prolétarienne.
 
C. FREINET.
 
P. S. Ce premier numéro est le seul numéro de propagande dont nous puissions disposer. Nous l’adressons, non seulement à nos fidèles abonnés des années précédentes, mais aussi à un certain nombre de camarades qui nous ont été signalés comme sympathiques.
 
Nous tenons de plus des exemplaires gratuits de propagande aux camarades qui peuvent faire connaître autour d'eux l'Educateur Prolétarien. Des carnets d'abonnements seront joints aux envois auxquels nous ajouterons de plus quelques spécimens de Gerbes et d'Enfantines.
 
N'oubliez pas que la meilleure propagande est celle qui se fait de camarade à camarade. Profitez de toutes les occasions pour faire connaître nos éditions. Mettez en valeur l'originalité de notre effort et l’intérêt pédagogique, pour tous et plus spécialement pour les jeunes, de nos réalisations. Plus nous serons nombreux, plus nous pourronsnous développer, plus nous pourrons faire de grandes choses.
 
Et surtout, camarades, n'oubliez pas de nous envoyer immédiatement votre réabonnement, en y joignant l’abonnement ou le réabonnement pour nos deux autres publications Gerbe et Enfantines
 
L’abonnement à l’Educateur Prolétarien bi-mensuel 25  »
Abonnement combiné : Educateur Prolétarien, Gerbe    31 50 »
Abonnement combiné : Educateur Prolétarien, Gerbe, Enfantines     36 »
 
Et n’oubliez pas que l’Educateur Prolétarien, paraissant tous les quinze jours, deviendra vite l’aide la plus efficace pour les instituteurs progressistes.