Raccourci vers le contenu principal de la page

Mario Lodi

 

Traduction corrigée de : http://www.edscuola.it/archivio/comprensivi/mario_lodi.htm

 

Mario est né en 1922 à Piadena ( Cremona ). Il est diplômé de l'école normale de formation des enseignants à Crémone en 1940. En 1945, après la Libération il participe à l'organisation des premières activités libres : un journal ouvert à tous, théâtre de récits de vies, des expositions d'artisanat local, l'école professionnelle gérée par des enseignants bénévoles. Au sortir de la guerre et de vingt ans de fascisme il faut reconquérir sa liberté, réinventer la démocratie et la laïcité. De plus, la nouvelle Constitution le précise, il va falloir s'unir pour survivre,
En 1948, il est nommé à l'école primaire Saint-Jean de la Croix, où il découvre les capacités créatives des enfants.
En 1952, il entre en contact avec la CTS (Coopérative de la typographie à l'école créée par Pino Tamagnini en 1951) dans laquelle un groupe d'enseignants s'inspirent des techniques de Célestin Freinet. Ils veulent mettre en adéquation l'enseignement dans les écoles publiques avec les valeurs de la Constitution italienne.
Commence une période d'expériences, de rencontres, de débats, visant à créer une pédagogie alternative à la scolastique, une école qui libère la capacité d'expression des enfants en mettant à leur disposition des techniques adaptées : texte libre, la recherche, la correspondance, le calcul vivant, l'inventivité, la peinture, le chant et la danse, le journal scolaire.
Dans le même temps il développe ces mêmes techniques dans la Bibliothèque Populaire de Piadena, cette fois avec les adultes. Ils éditent le journal " Les cahiers de Piadena ». Il crée le Groupe de Padano en 1957, qui se consacre à la recherche de chansons folkloriques et organise des spectacles à l'échelle nationale comme “Bella ciao” de Crivelli, lequel sera présenté au Festival de Spoleto en 1967, ou “Ci ragiono e canto” de Dario Fo.
En 1956, Mario Lodi déménage pour l'école élémentaire de Vho à Piadena. A partir de ce moment il publie un grand nombre de livres écrits en collaboration avec ses élèves, dont certains sont publiés par Einaudi (Bandiera, CIPI, La montgolfière, etc .). Einaudi a également publié des livres sur son expérience d'enseignant : «Il y a de l'espoir, si cela arrive à Vho " (1963), " Le faux pays » (1971, prix Viareggio ), "Partir de l'enfant », « L'école et les droits de l'enfant " .
A partir de 1970 et pendant dix ans, il dirige la collection « Bibliothèque de Travail » avec l'éditeur Manzuoli de Florence, qui publiera 127 livrets (lectures, guides, documents) lesquels contribueront à faire de l'école un lieu d'activités.
En 1978, il prend sa retraite et commence une nouvelle vie dans le domaine de l'éducation : pendant trois ans il dirige l'«École de la créativité " à Piadena, dans laquelle enfants et les adultes expérimentent les techniques créatives les plus diverses.
En 1980 il participe à une enquête nationale qui va rassembler et classer plus de 5000 contes de fées inventés par les enfants, qui sera publiée dans un document qui prouve que la créativité des enfants existe bel et bien en Italie, à condition qu'ils soient mis en situation de l'exercer. A la suite de cette enquête sera créé en 1983 "A & B", un journal intégralement écrit et illustré par les enfants.
En 1988, avec l'équipe éditoriale de "A & B" il réécrit pour les enfants, dans une forme adaptée, la Constitution italienne, laquelle sera publiée par Marietti-Manzuoli.
En 1989, il sera fait docteur honoris causa de l'Université de Bologne, en pédagogie, et la même année il reçoit le Prix Lego qu'il utilisera pour ouvrir, dans une vallée agricole à Drizzona où il a déménagé, la "Maison des Arts et du jeu", un espace dans lequel sont ouvertes des classes pour les enfants et les adultes, avec production de livres et de guides pour l'enseignement ,et où sont collectés et étudiés les documents issus de l'imaginaire des enfants. Cela donnera lieu à des expositions telles que "L'art enfantin" et "Les arbres".
Mario Lodi s'est impliqué dans les grands problèmes sociaux auxquels il a pu être confronté en particulier avec la campagne «Une signature pour changer la télévision" concernant la question de l'utilisation d'une télévision éducative, ou avec la publication de "Les arbres de mon pays» et « Les déchets, » en se fixant toujours comme objectif une intervention en direction des jeunes, pour créer une nouvelle façon de penser la défense de l'environnement, la culture, nouvelle, d'un comportement responsable.

Traduction Mm corrigée par Giancarlo Cavinato