Raccourci vers le contenu principal de la page

Correspondance scolaire internationale, éducation au développement durable, à l’économie sociale et à la coopération : un exemple au Sénégal

Dans :  Principes pédagogiques › communication › Principes pédagogiques › 

Secteur

International

de l'Icem

La correspondance scolaire internationale permet de travailler l’éducation au développement durable, à l’économie sociale et solidaire, et à la coopération. Martine Trinel (école de Millac) et Patrick Galland (Moussac) nous font le compte-rendu d’une expérience de partenariat avec Ricotte, au Sénégal, ayant débouché sur l'électrification d'une école et d'un village.

Sur la base d’une rencontre entre enseignants lors d’un congrès pédagogique, Institut Coopératif de l’Ecole Moderne, en août 2002 est née l’idée d’un partenariat entre les écoles de Moussac et Millac d’une part et l’école de Ricotte (Sénégal) d’autre part. (rencontre à l’initiative de Thyde Rosell et Jean Le Gal). Dans un premier temps, les échanges concernent les écoles qui établissent une correspondance.

En décembre 2002, des parents d’élèves de Moussac se rendent en Mauritanie, leur avion atterrit à Saint Louis au Sénégal, il n’y a pas beaucoup à faire pour les convaincre de rendre visite à nos amis à Ricotte. A leur retour, nous organisons une soirée où ils remettent à tous, enfants, enseignants, parents et élus, les cadeaux offerts par nos amis. Alors se tissent les premiers liens entre les écoles et les communautés villageoises, cette visite renforce des liens naissants. Des échanges courriers entre parents se mettent en place.

 

Un projet d’électrification de l’école et de création d’une bibliothèque/ludothèque est élaboré par Thyde Rosell (Association Boutd’ficelle, Secteur international de l’ICEM, coopérative scolaire de Moussac et Millac). Le village de Millac possède un barrage hydroélectrique, un ingénieur d’EDF propose de mettre à disposition un groupe électrogène qui permettrait d’électrifier le village.

En février 2004, ce sont deux enfants de l‘école de Moussac, une collégienne et les enseignants de Millac et Moussac qui se rendent à Ricotte. Nous sommes reçus par le président de la Communauté Rurale de Gandon afin d’évoquer le projet d’électrification de l’école de Ricotte, nous rencontrons également le chef du village. Une convention concernant l’électrification est signée entre la Coopérative scolaire de l’Ecole Moderne de Ricotte, le Comité de Gestion de l’école, le chef du village et la Coopérative scolaire de l’école de Millac, l’Association Une école, un Village de Moussac, l’Association Bout d’ficelle d’Oléron et l’ICEM . Chacun des acteurs est représenté, enseignants, enfants de chaque école, habitants, élus…

Les habitants de Ricotte se mobilisent et créent le CGEL comité de Gestion de l’Electrification afin de prendre en charge le projet au niveau de l’école, en février 2004.

Au niveau de nos villages de Millac et Moussac, de nouvelles personnes des villages s’intéressent à ce projet. Des élus, des habitants, les parents, bien sûr se mobilisent autour de ce projet, il devient nécessaire de trouver un autre cadre, l’association TIM-TIMOL (« Arc-en-ciel » en langue peulh) a été créée en juillet 2004 de manière à réunir toutes les énergies et fédérer les actions issues des différentes communes (le maire d’une commune voisine Le Vigeant demande à rejoindre le projet). Nous avons eu le souci de faire une place particulière aux enfants et adolescents et le bureau est constitué d’adultes mais aussi de jeunes prenant part à la vie associative :

Un dossier de demande de subventions (EDF, Electriciens sans frontières, Conseil régional , Conseil général, communes, …) est établi pour faire aboutir ce projet qui est centré sur

L’aide à la mise en place d’une bibliothèque, ludothèque,

Le parrainage de collégiens,

Le transport d’un groupe électrogène,

L’installation de ce groupe,

La formation à la maintenance et à la gestion de personnes ressources.

Lors d’un nouveau voyage en 2006, les habitants de Ricotte nous font alors part de leurs inquiétudes au sujet de l’électrification avec le groupe électrogène étant donné le prix du carburant. Nous décidons alors de transformer le projet d’électrification et nous repartons sur de nouvelles bases plus réalistes, tenant compte de la situation économique locale de Ricotte. Le groupe électrogène, propriété de l’association TIM-TIMOL, sera cédé à un hôpital du Congo.

L’association Tim-Timol rencontre les représentants d’Electriciens sans frontières afin de mettre en place un partenariat au sujet du projet de l’électrification qui sera centralisée au niveau de l’école et de la case santé. Une solution solaire est adoptée.

Octobre 2008 : réalisation de l’électrification à Ricotte par ESF Midi Pyrénées

A partir d’une simple correspondance internationale, ce projet a permis une implication dépassant le cadre de l’école avec un investissement et une émulation citoyenne des parents, des élus mais aussi des habitants. Tous se sont mobilisés autour de ce projet et ont réussi à intéresser des personnes extérieures au domaine scolaire. L'Association Tim Timol continue à réunir toutes les énergies et fédérer les actions issues des trois communes. 

- Organisation de soirées sénégalaises réunissant plus de 100 personnes à chaque fois alors que chacun des villages compte une population de 300 à 500 habitants.

- Participation aux fêtes locales;

- Participation à la semaine de la solidarité.

- Vente de CD de photos prises lors des déplacements à Ricotte.

- Rencontre avec les élus de manière à présenter le projet.

- Articles dans la presse, ainsi que dans les bulletins locaux pour informer la population.

- Réalisation d'une construction à partir du modèle de la case à palabres sur un lieu municipal

Ces projets représentent une occasion d'ouverture sur le monde, de participation active à la solidarité. Ils rassemblent des partenaires motivés pour en garantir la pérennité, en assurer l'élargissement et sa diffusion.


Annexe

FONCTIONNEMENT DU CGE à Ricotte

 

Le Comité de Gestion de l’Ecole (CGE) est une instance officielle paritaire comprenant des parents d’élèves , des enseignants et le chef du village. Elle gère avec les enseignants les projets autour de l’école , propose , aide à la mise en place de projets.

Cette instance a notamment créé une commission : le CGEL (Comité de Gestion de l’Electrification) où on retrouve des représentants de chaque quartier, donc de la population, et des membres de la coopérative scolaire.

Ce Comité de Gestion de l’Electrification est chargé, dans un premier temps, de l’organisation des opérations d’électrification de l’école, de la case santé et des quartiers du village de Ricotte. Ce travail a consisté notamment à faire établir un devis estimatif des travaux à réaliser, en engageant la somme de 10 000F CFA. Il se poursuit par les opérations de mesures précises des distances entre les lieux à fournir en énergie et le générateur. Le CGEL a aussi œuvré en direction des pouvoirs publics et de la SENELEC (compagnie sénégalaise d’électricité) afin d’obtenir les autorisations nécessaires et les aides financières et matérielles locales éventuelles.

Dans un second temps, c’est la structure qui assurera la gestion de la fourniture de l’énergie ainsi que la maintenance des installations dans des conditions qui restent à définir précisément.

 
 
Retour vers Actualités et perspectives

Retour vers la page d'accueil du Secteur International