Raccourci vers le contenu principal de la page

DITS DE MATHIEU - Une mentalité de bâtisseurs

Juillet 1949

Je suis resté bâtisseur.

A l’ordre trop civilisé des terres aux cultures alignées et définitives, je préfère les chantiers qui transforment et animent les coins incultes, les plantations qu’on voit monter, audacieuses et envahissantes comme une troupe d’enfants dans la forêt. Aux constructions confortables et méthodiques, je préfère l’abri que je monte moi- même, des racines au toit et que je modèle selon mes goûts et mes besoins, comme ces vieux habits dont on ne peut se séparer parce qu’ils se sont intégrés à nos gestes et à notre vie.

Je suis bâtisseur.

Comme tout le monde : comme l’enfant qui construit un barrage ou monte une cabane, comme le maçon qui siffle sur son échafaudage, comme le potier qui crée des formes et le mécanicien qui donne vie à sa mécanique. Un domaine où l’on ne construit plus est un domaine qui meurt. L’homme qui ne bâtit plus est un homme que la vie a vaincu et qui n’aspire qu’au soir en contemplant le passé défunt.

Préparez des générations de bâtisseurs qui fouilleront le sol, monteront les échafaudages, jetteront à nouveau vers le ciel les flèches hardies de leur génie, scruteront l’univers toujours jaloux de son mystère. Munissez vos classes des outils de bâtisseurs, de monteurs d’échafaudages, d’ingénieurs et de sondeurs des mystères. Même si votre école doit rester un éternel chantier parce que rien n’est exaltant comme un chantier.

Je sais : les bâtisseurs sont toujours à pied d’œuvre et on vous accusera de désordre et d’impuissance parce que vous n’aurez pas souvent la satisfaction d’accrocher le bouquet symbolique au sommet de votre construction. Les murs ne sont pas crépis, les fenêtres non encore fermées et les cloisons des étages à peine amorcées peut-être. Mais d’autres après vous — et les intéressés eux-mêmes — continueront l’aménagement pourvu que vous ayez conservé en eux la mentalité des invincibles bâtisseurs.

Rien n’est exaltant comme un chantier, surtout lorsqu’on y construit des hommes.

Les bâtisseurs nous comprendront et nous aideront.