Raccourci vers le contenu principal de la page

La peur, j’adore …

Février 2002

 

CréAtions n° 100 - Narration- publié en janvier-février 2002

Ecoles primaires de Toreille et de Saint Michel de Vence (Alpes Maritimes) – Enseignants : Chantal Bernasconi, Véronique Blanchard, Colette Davin, Eliane Herinx, Jean-Charles Huver.

 

 La peur, j’adore…

Deux écoles, un salon du livre

 

Depuis plusieurs années, nos deux écoles, l’école Toreille et l’école Saint Michel à Vence, organisent ensemble un Salon du livre.
Il s’agit de deux écoles mitoyennes dont les enfants partagent les locaux (des bâtiments qui datent des années 1900), certaines activités et les trois cours de récréation plantées d’oliviers et e platanes. En tout, 20 classes « ordinaires », 2 CLIS, 1 classe de CRI, 450 enfants et 30 adultes, enseignants, aide-éducateurs et personnels de service.

Cette année-là, le thème choisi par les enfants (lors de bilans dans les classes dès le mois de septembre) a été « La peur, j’adore ».

Chaque classe a eu le temps jusqu’en décembre de se préparer à son rythme, et en fonction de ses projets, à la semaine consacrée au salon lui-même.
Pendant le salon, l’école a alors vécu au gré des expositions, des rencontres avec des éditeurs, des libraires, des auteurs, des dessinateurs et des conteurs, des animations proposées par certaines classes mais aussi des débats avec des professionnels exerçant des métiers à risques (pompiers, chirurgiens…) ou des psychologues.
Les parents n’ont pas été oubliés : chaque soir, l’école était ouverte pour permettre les visites. Une rencontre a été aussi organisée avec un psychanalyste et une psychologue.

 


classe du cycle 3
J.C. Huver

classe de CP
V. Blanchard

classe de CP
C. Davin


classe du CP
E. Hérinx


classe du CE2
C. Bernasconi

 

Conclusion - Depuis ce salon (jugé comme réussi après un bilan auprès des enfants et des adultes de l’école), un autre a eu lieu, dont le thème (toujours choisi par les enfants) a été : « science-fiction et fantastique ». Mais ce fut un salon bien différent des précédentes éditions : chaque classe volontaire s’est saisie d’une partie de son animation car il y a eu moins d’intervenants extérieurs et surtout énormément d’échanges entre les classes, les enfants et les collègues.

Plus simple à organiser, plus impliquant, plus coopératif… une page est donc tournée, mais l’aventure du Salon du livre dans nos deux écoles continue !

toutes techniques
                                            sommaire "Narrations"