Raccourci vers le contenu principal de la page

Formations à distance

 

Formations à distance

Groupe Arts et CréAtions de l' ICEM-pédagogie Freinet

 


Après-midis de formation à distance

Trois axes de travail :

Ce qui nous semble essentiel pour éduquer les regards, ce sont les interactions entre les trois axes suivants :

  • la pratique, qui permet à chacun·e de découvrir par le tâtonnement expérimental, à la fois les difficultés de la création personnelle et les problématiques des artistes ; 
  • le partage des expériences et les échanges sur nos pratiques pédagogiques qui ouvrent à l'éducateur, l'éducatrice les portes de la recherche coopérative ; 
  • les rencontres avec des œuvres dans les musées, les galeries, dans des ateliers d’artistes, lors d’expositions qui élargissent nos horizons, nous emmènent sur des terrains sur lesquels nous ne serions pas allés de nous-mêmes, nous émeuvent, nous dérangent, nous questionnent.

 

     

   

Comment faire à distance ?

Mais comment maintenir des temps de formation sans se voir, sans partager les questionnements et les idées, les couleurs et les outils, les silences et les fous rires ?

Pendant les confinements, au sein du groupe CréAtions, une collègue nous dit son regret de ne plus fréquenter le groupe de pratique artistique qu'elle animait une fois par mois au sein de son Groupe Départemental. Convaincues de la nécessité d'une pratique personnelle pour faire évoluer les pratiques pédagogiques, nous réfléchissons à une forme virtuelle incluant cependant une pratique réelle. Nous élaborons un petit protocole pour une telle séance :

  • un temps court de visioconférence (30 minutes), pour se présenter car les liens humains restent importants et choisir un thème parmi trois propositions. Il nous a en effet semblé trop difficile de ne pas avoir un déclencheur. Le groupe Arts et CréAtions a présélectionné trois thèmes et chaque groupe de pratique en a choisi un soit par vote, soit par consensus, soit par tirage au sort. Chaque groupe de pratique est composé au plus de dix personnes car nous voulons nous connaitre et avoir suffisamment de temps pour que chacune s'exprime aussi oralement ;
  • un temps long (2h15), hors connexion pour produire en écho au thème choisi par le groupe mais selon une technique libre. Cela permet de faire avec ce que l'on a sous la main et ça c'est nouveau : on découvrira ainsi des installations dans un jardin, un tricot, l'utilisation d'objets de la maison, etc. Cela permet également de partager ce temps avec sa famille, avec des ami·e·s venues à l'improviste ou spécialement pour cette après midi. On peut aussi imaginer une participation de plusieurs collègues réunis dans leur école... ;
  • un temps technique de 15 minutes pour prendre en photo sa production et la partager avec les autres participant·e·s ;
  • et enfin, un temps long de visioconférence (1 heure) pour présenter les productions et échanger. Comme en classe c'est un temps important qui peut mais ce n'est pas systématique s'ouvrir sur nos pratiques pédagogiques et qui se clot sur un rapide bilan.

 

  Analyses et évolution

À l'issue de ces temps, le groupe Arts et CréAtions d'une part établit son propre bilan de la séance et d'autre part rédige une synthèse des bilans des groupes. Un diaporama de toutes les productions de tous les groupes est envoyé à toutes et tous les participant·e·s.

Un protocole qui peut évoluer ...
               Et si les thèmes proposés, au lieu d'être des mots étaient des musiques ? des vidéos ?  des images ? des danses ?
               Et si le thème travaillé était celui qui avait recueilli le moins de voix ?
               Et si nous ne proposions plus de thème : expression libre !
  Mais qui gardera des invariants : des petits groupes, un temps de présentation et d'échanges, la liberté de techniques.

    

 Formation du 11 novembre 2020 Formation du 27 janvier 2021 Formation du 17 mars 2021 Formation du 26 mai 2021

 

                                                            

 

Une participante nous écrit :

Bonjour au secteur Création

merci d'avoir inventé ces ateliers en ligne .
D'abord cela permet pendant un après midi de se poser et de se mettre en travail libre .

Quand on a le thème de l’atelier on rouvre dans sa tête le tiroir imagination ; bien sûr il n'est pas immédiat de choisir entre ce que l'on a en tête et le passage à la réalisation, cela peut être source de presque désespoir ou de colère .( mais on repense que Picasso disait :"je n'ai jamais réussi à faire un nu ....!"). dans le cas de celui ou celle qui patauge il y a deux façons de vivre les choses:

-dans les stages créations voir les autres se lancer sur des réalisations originales peut soit vous bloquer davantage soit vous lancer sur une association d’idées qui génère alors un chemin vers une réalisation. C'est sur le fil du rasoir ...

-Dans le cas de ces ateliers où on reste chez soi on n'a pas l'effet de la comparaison incitative avec l'autre et sa possible conséquence : le blocage , mais on n'a pas non plus ce qui peut stimuler ouvrir une piste ., On essaie de trouver, et cela n'est pas forcément confortable la recherche solitaire surtout si on part dans tous les sens mais cela met au pied du mur ou du ...muret .

Par contre le moment où on voit les productions des autres ( une fois passé les effets de la comparaison )est un moment d'apprentissage , de découverte d'autres techniques , d'autres idées pour ...un autre fois . Peut être est ce grâce à cela le "pataugement" ,que l'on a effectué tout seul dans sa chambre ou sa cuisine, se transforme d 'expérience négative voire démoralisante en prémisse de tâtonnement . On puise là des pistes .

Alors merci à vous de nous avoir permis cela.

Françoise