Raccourci vers le contenu principal de la page

Connaître son identité culturelle par la correspondance

Dans :  Principes pédagogiques › communication › 

 

Secteur

International

de l'Icem

 

CE1-CE2, Ecole primaire Frédéric Mistral, ZAC Sainte Christine (83210 Sollies-Pont)
Enseignante: Florence SAINT-LUC
23 janvier 1994

 

Cette année, je travaille avec une classe de 10 enfants de CE1 et 7 enfants de CE2. Sur ces 17 enfants, 11 étaient l'année dernière dans ma classe au CP, l'une d'entre elle étant passée directement du CP au CE2. Nous entretenons trois correspondances : une avec une classe de CE1-CE2 de Gradignan (Gironde), une avec une classe unique de Suède située dans la montagne, une avec une classe de fin d'école primaire (10 ans en moyenne) d'Australie. La langue anglaise sera le support des deux correspondances à l'étranger.           Par ailleurs, nous sommes sur un réseau de plus de cent classes réparties en classe qui correspondent par l'intermédiaire du serveur télématique EDUCAZUR, réseau de messagerie ICEM.

 
            La correspondance est un des moyens dont dispose l'enseignant pour aider l'enfant à se construire son identité au travers de sa culture. Elle permet à l’enfant de découvrir d’autres milieux, d’autres valeurs, et par là même de mieux se comprendre en s’ouvrant aux autres.
 

IDENTIFICATION OPPOSITION

            L'enfant peut comprendre qu'à Gradignan, soit à 700kms de Solliès-Pont, on parle encore français, que nous sommes encore en France. Cette notion de pays est très difficile à comprendre pour beaucoup d'enfants de 6 à 8 ans. Parallèlement, vont apparaître une architecture, une cuisine, une agriculture, un élevage, une flore, une faune, un climat, un patois, des musiques et des danses traditionnelles différents.
 Des observations météorologiques sont faites tous les jours sur un calendrier (français-anglais). Tous les mois, la feuille est photocopiée pour les trois classes correspondantes et des travaux de lecture de tableaux de données sont effectués par les enfants solliès-pontois : nombre de jours du mois, nombre de jours de pluie ou de soleil... Des études comparatives quant aux différents climats (Gradignan et Suède, mais aussi classes du réseau) se sont   effectuées à partir des relevés météos et des échanges sur EDUCAZUR.
            Jeudi 17 novembre, nous avons reçu un message minitel d'une classe de Larche, située dans les Alpes, à 1700m d'altitude, qui nous annonçait qu'il avait neigé pour la première fois le 9 novembre chez eux. Nos correspondants suédois nous ont annoncé les premières neiges fin septembre, et nous les avons vu faire de la luge le 15 octobre. A la suite de ces évènements, Karim, enfant d'origine marocaine, a posé la question : "Pourquoi chez nous il ne neige jamais?". La discussion très intéressante qui a suivi nous a permis de voir le rapport entre latitude, altitude et climat; elle a aussi fait apparaître une identité commune des pays méditerranéens, au niveau du climat et de la végétation.
            Le 14 janvier, un échange a été fait par fax avec la Suède. Les Suédois nous annonçaient que le soleil n'était pas visible chez eux pendant la journée et qu'il y avait de la lumière de 10 heures à 15 heures. Ils nous ont également envoyé la température. Nous avons répondu dans la matinée en envoyant les heures de lever et coucher du soleil, ainsi que la photocopie des fleurs d'amandier. Quel enthousiasme pour comprendre la lettre et renvoyer la réponse! Nous avons également reçu une lettre d'Australie nous annonçant que les vacances d'été se terminaient le 31 janvier. Quelle surprise chez les enfants...
            Des danses traditionnelles provençales ont été apprises au CP avec 11 enfants de la classe, des costumes ont été réalisés, nous présenterons ces danses à nos correspondants et nous avons envoyé également la cassette vidéo du spectacle aux classes étrangères.
            Le voyage-échange doit permettre également aux enfants de comparer différents types d'organisation du mode de vie au niveau familial, et là aussi ils pourront voir apparaître une identité familiale, une identité locale, une identité régionale, une identité nationale, tous ces éléments entrant dans la composition de leur identité culturelle propre.
 

INTERACTION

            Lorsque des jeux sont proposés par les enfants, les règles du jeu sont explicitées, puis rédigées proprement sur affiche pour que les correspondants puissent les essayer. Cela permet de travailler l'écrit prescriptif.
            Les recherches mathématiques effectuées par les enfants sont présentées sur différentes affiches classées par thèmes (mesures, nombres et opérations, problèmes, travaux géométriques...). Elles sont ensuite envoyées.
            Lors de la visite du village, nous avons observé le monument aux morts, et nous avons parlé des Première et Deuxième Guerre Mondiale ; les enfants en ont reparlé à l'occasion du 11 novembre. Nous avons photographié le blason de Solliès-Pont et cette photo est parue dans le journal de la classe. Les correspondants nous ont demandé si Solliès signifie soleil et ils nous ont envoyé les armoiries de Gradignan avec des commentaires. Nous avons alors approfondi l'étude du blason, qui n'avait pas retenu l'attention des enfants à la suite de la sortie.
            Le relevé des tailles des enfants de la classe a été envoyé aux correspondants, et le sera encore, avec différentes représentations mathématiques possibles : classement par ordre croissant et décroissant, utilisation des signes < et >, tableau à double entrée, graphique...
 Cette recherche permet de mesurer l'évolution des tailles et de constater la croissance. Un premier relevé a été envoyé à Gradignan. Ils ont alors mesuré leur taille et effectué des comparaisons entre correspondants.
            Nous avons envoyé du nougat et des roses des sables à nos correspondants, et en retour nous avons reçu des caramels traditionnels suédois avec la recette en anglais, et des truffes au chocolat avec la recette en français.
 

UNE EXPERIENCE SUR LE REEL

a/ L'étude du milieu
Le milieu naturel
Des observations sur l'état de la végétation ont été faites : évolution des arbres à feuilles caduques pendant l'année (les figuiers de la cour, les arbres autour de nous : sur le chemin vers le centre ville de Solliès-Pont, sur la promenade le long des rives du Gapeau), observations sur les arbres à feuilles persistantes. Une opposition pourra alors apparaître entre des zones de végétation très différentes, avec une majorité d'arbres à feuilles caduques dans un cas, une majorité d'arbres à feuilles persistantes dans l'autre. Les notions de saisons pourront également s'éclaircir grâce à ce travail. Ces observations ont été communiquées sur le réseau de classes d'Educazur et le seront tout au long de l'année. Des comparaisons sont faites sur le réseau concernant les cultures, l'état de la végétation.
Nous avons visité une châtaigneraie. A cette occasion, nous avons collecté des feuilles pour fabriquer un herbier à envoyer à nos correspondants : ce projet a été proposé dès la rentrée par les enfants, qui ont déjà eu des expériences de ce type l'année précédente. Cette sortie s'effectuant sur un milieu et un terrain de type particulier (terrains siliceux du massif des Maures), nous complèterons ces premières observations par une sortie sur un terrain calcaire et tout le milieu qui l'accompagne, proche de l'école, lors de la visite des correspondants.

Economie, commerce, cultures, géographie physique, histoire ...

Nous avons visité une boulangerie : la fabrication du pain observée, puis réalisée par les enfants les a amenés à des recherches de différents types:
- nom des pains (différents dans chaque région) ; spécialités pâtissières locales;
-d'où vient la farine? recherche sur le blé et les autres céréales, rôle des céréales dans l'alimentation, au niveau diététique intérêt des céréales complètes ...
Lors de la sortie à la boulangerie (à Solliès-Pont centre), un travail sur le plan et la commune a été effectué : les noms de rues et places ont été notés par les enfants aussi bien pour les lieux photographiés que pour les voies empruntées. Ces photos ont permis de montrer ce qu'est notre commune, avec ces monuments et quelques points importants : gare, mairie, poste, église, château, beffroi, monuments aux morts. Ces points ont ensuite été localisés sur le plan ; une affiche portant les photos et la localisation des monuments a été constituée pour être envoyée aux correspondants. Le trajet a été également matérialisé sur le plan. Le retour s'est effectué par la promenade sur les rives de notre rivière, le Gapeau, afin de réaliser l'importance du cours d'eau sur la localité de Solliès-Pont, et la végétation propre à ce milieu.
En décembre, nous avons visité un marché; les enfants ont pu faire un reportage sur les fruits, légumes, poissons, coquillages et fleurs qui étaient vendus dans la région. Nous avons assisté à un spectacle de théâtre, "Odyssée 93", qui présentait des pays du pourtour méditerranéen. Cela a été l'occasion de prendre conscience de la dimension méditerranéenne de notre culture locale et de notre milieu.

Les observations ont été faites sous formes d'écrits, de photos, de vidéos. Des affiches, des textes et un montage vidéo commentés ont été réalisés pour présenter notre milieu sous ces différentes formes à nos correspondants.

Fin décembre, les traditions de Noël en Provence ont été présentées dans le journal. Les correspondants ont été très intéressés par les plats dont il était question. Comme un certain nombre d'enfants de la classe n'avaient jamais goûté l'anchoïade, la brandade et la pompe à l'huile, il a été décidé que ces spécialités culinaires provençales seraient offertes à nos correspondants et aux enfants de la classe lors de la fête d'accueil de nos correspondants en mars.
Sur le réseau Educazur, des messages ont circulé sur le gâteau des rois. Deux textes ont été produits en retour par les enfants de la classe, et ils ont souhaité parlé de cette tradition aux correspondants étrangers. Ils ont souhaité envoyer un gâteau des rois en expliquant comment on "tire les rois" en France, alors que les messages envoyés sur Educazur étaient des précisions (quelles sortes de gâteaux, la différence entre fève, santon et sujet).

Le 27 janvier, une visite est prévue à la coopérative oléicole. Nous pourrons voir la fabrication de l'huile d'olive. Au mois de mai, nous devons voir une petite exploitation agricole pour les cultures maraîchères.

Lors de la venue de nos correspondants, au mois de mars, nous avons programmé une visite de la fabrique de nougat et de chocolats ; l'étude du costume traditionnel et de l'architecture se feront à cette occasion (musée du vêtement provençal de Solliès-Ville). Nous avons prévu de découvrir le chef-lieu du département, Toulon, puis le chef-lieu de région, Marseille. Cela aidera peut-être les enfants à enfants de distinguer le département et la région. Ces sorties seront l'occasion de découvrir la mer Méditerranée et l'arsenal, aspect économique important du département. La visite de la colline surplombant Toulon permettra de comprendre le site exceptionnel de la rade : notion géographique de presqu’île, comparaison du site et de la carte. Ce travail complètera une démarche de recherche commencée lors de l'envoi du plan de la classe des correspondants. La visite du village de Solliès-Ville, village perché provençal surplombant Solliès-Pont, nous permettra de découvrir le panorama sur Solliès-Pont dans la plaine et les différentes montagnes avoisinantes donnant une vue d'ensemble du relief local. Nous pourrons comparer le plan et la vue d'un point élevé.

 
b/La correspondance, support de l'apprentissage de la langue

Il est évident que la correspondance est un excellent moyen d'apprendre à écrire et à lire en écrivant et en parlant. La correspondance en français permet de travailler notre langue maternelle, mais le travail sur l'anglais permet d'établir des comparaisons et de faire apparaître, ici aussi, des spécificités par similarités et oppositions. Et la langue est, par définition, un des supports essentiels de notre culture...
La correspondance avec la Suède et l'Australie, en permettant une réelle motivation, est l'occasion de pratiquer l'anglais sous ces deux aspects : véhiculaire pour la première, vernaculaire pour la seconde. En ce qui concerne le premier, il s'agit d'un support de communication où les deux classes sont à niveau égal de tâtonnement. Dans l'autre cas, nous pouvons ainsi écouter un bon accent et d'avoir l'assurance de lire et d'entendre des tournures correctes. L'écrit est bien entendu employé, mais également les cassettes audio (chansons et musiques traditionnelles) et vidéo (présentations, expression, danses...). En effet, l'oral doit rester très important dans ce type de correspondance.

L'AFFECTIF

            La correspondance individuelle est motivée par la similarité des situations (âge des enfants et composition de la classe) et l'objectif de rencontrer nos correspondants chez eux et chez nous lors du voyage-échange.
            Un tableau portant les dates de naissances, les adresses et numéros de téléphone, a été réalisé pour les classes correspondantes.
            Le travail sur l'identité fait partie intégrante de l'établissement de l'identité culturelle. Ce travail a demandé un temps assez long. Beaucoup d'enfants ne connaissaient pas leur date de naissance, pas, ou incomplètement leur adresse et leur numéro de téléphone. Le travail sur la date de naissance a permis de voir les mois et leur symbolisation sous forme de numéros (dates pour les panneaux en anglais).
            Les correspondants d'Australie nous ayant envoyé une recherche sur l'origine de leur famille (grands-parents ou aïeux), une recherche est effectuée en retour sur les ascendants des enfants (arbre généalogique proche) et recherche de pays ou régions d'origine; le point de départ est la fiche familiale d'état civil et une enquête menée dans les familles par les enfants.
 

PROJET COOPERATIF ET TRAVAIL D’EXPRESSION ARTISTIQUE

 
Le support des lettres collectives est réalisé sur des affiches pendant les séances d'ateliers à l'aide de différentes techniques comme la peinture au vaporisateur (avec pochoirs en négatif et positif, avec drawing-gum), la peinture au pastel ensuite diluée au pétrole, du graphisme aux crayons de couleur, de la peinture à l'éponge, des algorithmes avec tampons ou gommettes, des pliages-découpages, des collages avec papiers de différentes couleurs ou textures, des décorations géométriques de toutes sortes (symétries, pavages, rosaces, divers travaux au compas, etc...), ou le dessin figuratif simple avec différents outils. Nous en avons toujours d'avance pour répondre à des lettres collectives.
 

CONCLUSION

 
La correspondance met l'enfant en prise avec le réel au travers d'une expérience où il s'engage d'un point de vue affectif. L'enfant se construit par identification et opposition. La correspondance met en relief ces deux aspects : des valeurs culturelles sont partagées par les correspondants mais d'autres ne le sont pas. La correspondance met en relief les ressemblances et les différences dans un dialogue non conflictuel. L'enfant se construit par interaction sans détruire l'autre mais en le respectant. C'est en découvrant l'autre qu'il perçoit ses propres valeurs.
            A l'heure où le racisme a pignon sur rue, où les minorités ethniques sont victimes d'exactions, il est bon que l'école se penche sur le problème de l'identité culturelle, du droit à la différence, du respect de l'autre afin de jouer un rôle dans l'éducation à la paix. Correspondre en est un excellent moyen.  
 
Montage vidéo illustrant l'article à voir en ligne : 
 

 
Retour vers Actualités et perspectives

Retour vers la page d'accueil du Secteur International