Raccourci vers le contenu principal de la page

logo ressource btn La mouche : un insecte et quelques expressions

Niveau de lecture 4
Dans :  Français › 
Septembre 2006


La mouche : un insecte désagréable… et nécessaire. Brève observation de "la mouche" au fil du temps - et petit tour du côté des expressions très imagées qui la convoquent !

Le terme mouche vient du latin «musca».
Jusqu’au XVIIe siècle, le terme mouche englobe de nombreux insectes tels que «la mouche à miel» (l’abeille), «la mouche cornue» (le scarabée) ou «la mouche à chien» (la tique), la «mouche à feu» (la luciole, ou ver luisant).

De nos jours, les enthomologistes* rassemblent les différentes espèces de mouches dans l'ordre des diptères, ou insectes à deux ailes (du grec pteros = aile), dont la mouche domestique est le type le plus connu et le plus répandu.    

Une mauvaise réputation

La mouche est un insecte mal aimé, parce qu'il passe pour fréquenter des malpropres avant de se poser sur nos aliments sur lesquels il peut déposer des microbes pathogènes**.
Si la mouche domestique inspire souvent une certaine répugnance, il existe d'autres diptères vivement colorés.

La plupart sont utiles pour la pollinisation, la transformation des déchets organiques en humus. Elles contribuent également à la disparition des charognes et des ordures en y déposant leurs œufs, certaines combattent des insectes nuisibles, interviennent dans le processus de vinification... Sans parler de leur rôle clé dans la chaîne biologique: sans mouches, pas d'oiseaux ni de poissons qui sont friands d'insectes. La drosophile est un diptère de choix pour les recherches en génétique.    

* entomologiste : qui étudie les insectes

 

** Pathogène: qui peut causer une maladie

 
La mouche : une des dix plaies d'Egypte !

L'Ancien Testament rapporte que dix plaies frappèrent l'Égypte: pour convaincre Pharaon de libérer son peuple, Moïse entreprend une épreuve de force en déclenchant une série de fléaux qui vont s'abattre sur l'Égypte; les magiciens royaux vont tenter de contrecarrer le plan de Moïse, mais devront s'avouer vaincus,
Le quatrième fléau consiste en une invasion de mouches: « ... des taons en grand nombre entrèrent dans la maison de Pharaon, dans les maisons de ses serviteurs et dans tout le pays d'Égypte; le pays fut ruiné à cause des taons » (Livre de l'Exode).
En 2002, deux géologues ont affirmé que ces dix plaies pourraient être bien réelles. Selon eux, l'éruption du volcan Santorin a pu engendrer des pluies exceptionnelles, Certaines espèces animales, dont les mouches, en ont certainement tiré profit pour se reproduire à une échelle plus importante que d'habitude. Les mouches sont toujours une nuisance importante dans les pays chauds. Ainsi, c'est par la piqûre de la mouche tsé-tsé (que peut se transmettre la maladie du sommeil, ou trypanosomiase africaine. Aucun vaccin n'existe à ce jour.     

mouche

 mouche à m... (dessin)

 
Quelques expressions

Au fil des siècles sont nées de nombreuses locutions encore utilisées de nos jours.

Patte de mouche : écriture illisible

Faire d’une mouche un éléphant : donner de l’importance à une chose minime

Il ne ferait pas de mal à une mouche : Il est très gentil

Gober des mouches : croire tout ce qui se dit

Tomber comme des mouches : tomber en nombre

On entendrait des mouches voler : se dit à propos d’un silence très profond

Regarder les mouches voler : ne pas être attentif, être perdu dans ses pensées

On ne prend pas des mouches avec du vinaigre : on n’obtient rien par la force     

tomber comme...

 mouche

 
La mouche qui pique

Deux expressions font référence aux « mouches à bœufs », qui piquent pour se nourrir du sang ou du liquide dermique des animaux qui ont alors une réaction vive, exagérée,  sans raison apparente. Cette réaction est à l’origine des expressions Quelle mouche te pique ? et  prendre la mouche, et leur donne le sens d’une colère soudaine et démesurée vis-à-vis du problème posé.


La mouche et La Fontaine

Faire la mouche du coche : s’agiter beaucoup pour n’obtenir aucun résultat ;  Se sentir indispensable dans une entreprise où l’on n’apporte aucune aide.
Cette expression est directement inspirée de la fable de La Fontaine, auteur du 17è siécle, «Le coche et la mouche».
Dans cette fable, la mouche se veut être la chef de file d’une diligence en difficulté. Elle passe  d’un cheval à l’autre et  les énerve de son bourdonnement croyant ainsi  aider l’équipage.   Les voyageurs, moins zélés mais plus efficaces,  descendent du coche afin de l’alléger. Arrivée en haut avec difficulté, la mouche prend tous les honneurs et a le culot de réclamer dédommagement pour son aide.

« (…)
Après bien du travail le Coche arrive en haut.
Respirons maintenant, dit la Mouche aussitôt :
J’ai tant fait que nos gens sont enfin dans la plaine.
Ca, Messieurs les Chevaux, payez-moi de ma peine.
Ainsi certaines gens, faisant les empressés,
S’introduisent dans les affaires :
Ils font partout les nécessaires,
Et, partout importuns, devraient être chassés. »

Jean de La Fontaine, «Le coche et la mouche» (Livre VII- Fables)

 

 
Quand la mouche devient mouchard

Au XVe siècle, les caractéristiques de l’animal, très mobile,   sont utilisées dans des expressions telles que «Une fine mouche», qui désigne une personne astucieuse, habile, rapide intellectuellement, ou «une mouche» pour désigner un espion, c’est-à-dire quelqu’un de vif, de rapide. 
Cette dernière idée a donné le terme péjoratif  «mouchard», qui est  aussi bien  un délateur   qu’un radar sur les routes. On trouve également :
Faire mouche : bien viser, atteindre parfaitement sa cible.     


D’autres mouches

Mouche : touffe de barbe en forme de pointe qu'on laisse pousser sous la lèvre inférieure
Mouche à bœufs : taon
Poids mouche : en boxe personne qui concourt dans la catégorie des «moins de 50,802 kg».
Une mouche : terme d’escrime désignant le bouchon qui protège la pointe d’un fleuret
La pêche à la mouche utilise des leurres artificiels très colorés.

 

 
Quand la mouche était une parure

Au XVIIIe siècle, on appelait mouches des bouts de tissu noirs que les femmes de la haute société collaient sur leur peau, pour mettre leur pâleur en valeur. Il était en effet de bon ton d’avoir un teint pâle, le teint hâlé étant le signe des gens modestes, qui travaillent à l'extérieur, donc des paysans ou des simples ouvriers.
Selon l’endroit du visage où elle était posée, la «mouche» prenait une signification différente :

Sur le front : la majestueuse
Près de l’œil : la passionnée
Sur la joue : la galante
Sur les lèvres : la discrète
Sur la bouche : celle qui embrasse
Sur le nez : l’effrontée

 


Deux Fables d'Ésope
***

«Une mouche tomba dans une marmite de viande. Sur le point de mourir noyée dans la sauce, elle se dit : « Eh bien, maintenant que j’ai mangé, bu et pris un bain, que m’importe de mourir ? »
On supporte facilement la mort quand on n’y attache pas de sombres pensées. »
Fables (238)    
 
«Du miel s’étant répandu dans un cellier, des mouches s’en vinrent à tire-d’aile pour le manger. Comment se passer d’un si doux régal ? Mais leurs pattes s’y engluèrent si bien qu’elles ne purent plus s’envoler. Et elles périrent étouffées, se disant : «pauvres de nous qui périssons pour un bref instant de plaisir»
Fables (239)     

 

*** Esope, auteur de nombreuses fables dans l'Antiquité (VIe siècle avant notre ère) : Jean de la Fontaine s'inspira souvent de lui.

 

Source : 
BT 1180, septembre 2006
Crédit iconographique : 
Dessins Annie Dhénin