Raccourci vers le contenu principal de la page

Recherche archives : la Société, L'Éducateur, CEL, revue

Résultats 1 à 10 parmi 89

Résultats

Au congrès du S.N.

Dans :  la Société › 
Octobre 1947

 

Auteur :

Forger la Paix

Avril 1949

Ainsi donc après l’expérience, que nous aurions pu croire définitive, de la deuxième, guerre mondiale, quelques années à peine après une libération qui nous a tant coûté, mais qui avait suscité aussi tant d’enthousiasmes et tant d’espoirs, la guerre est là encore, plus menaçante que jamais avec, sur notre territoire même, son cliquetis offensant de tanks, d’avions et de généraux, avec le chantage macabre de la bombe atomique.

Dits de Mathieu - les laboratoires de la paix

Janvier 1951

Si on vous disait qu’il existe, dans un coin du monde, un laboratoire immense, dans lequel une armée d’ouvriers dévoués travaillent à longueur de journée une matière délicate qui peut, au gré des gouvernements ou des peuples, être asservie à la guerre ou devenir le plus décisif et le plus définitif facteur de paix, resteriez-vous indifférents ?

Nous sommes des pédagogues et non des politiciens

Novembre 1950

Dans le premier numéro de L'Educateur, j’avais proposé comme thème central de discussion pour notre prochain Congrès de Montpellier : « Nos techniques au service de la Paix ».

J’avais « proposé », en annonçant que nous allions discuter de l’opportunité d’un tel thème dans L'Educateur et Coopération Pédagogique. Ce qui a été fait.

L’EDUCATEUR MODERNE est obligatoirement, mais sans parti-pris, progressiste

Juillet 1952

Notre mouvement se trouve incontestablement à un moment délicat de son évolution.

Les attaques sectaires dont nous sommes l’objet présentent pour nous le grave danger de nous faire nous replier sur nous-mêmes, sur notre seul travail pédagogique, à l’écart de toutes les considérations extra-pédagogiques qui, apparemment, ne nous valent que des ennuis. Certains camarades auraient tendance à dire :

Le vrai visage des éducateurs modernes

Mars 1953

Disons d’abord, pour éviter tous malentendus, que nous restons des laïques conséquents et que, dans notre enseignement, nous nous abstiendrons de toutes paroles, de toutes pratiques qui risqueraient de porter atteinte aux sentiments, aux opinions et aux croyances des parents de nos élèves. La vie et la paix de l’Ecole Laïque telle qu’elle s’est constituée en France sont à ce prix.

La vie de l'Institut

Dans :  la Société › Mouvements › mouvement Freinet › 
Janvier 1953