Raccourci vers le contenu principal de la page

Recherche archives : Mouvements, L'Éducateur Prolétarien, Célestin Freinet, revue, 1933

Résultats 1 à 10 parmi 24

Résultats

Le maire de Saint-Paul contre l'école laïque

Février 1933

Nous récapitulons ici les griefs graves que nous faisons au Maire de Saint-Paul dans l’affaire en cours.

Les locaux scolaires. — Ils sont dans un état déplorable contre lequel le médecin cantonal a, à plusieurs reprises, protesté avec nous :

Première classe sans soleil durant l’hiver : plancher délabré et bosselé, bancs branlants et démolis.

POLÉMIQUE : Le silence de la Nouvelle Education

Décembre 1933

Nous n'en aurions rien dit de particulier, nous contentant d'assimiler la Nouvelle Education aux grandes revues pédagogiques qui n'osant pas nous attaquer et ne voulant pas nous détendre se sont tus courageusement.

Mais, questionnée à ce sujet par quelques adhérents de son association, Mme Guéritte essaye aujourd'hui de se justifier. Elle publie dans le numéro de novembre de la Nouvelle Education la note suivante :

La situation actuelle de Freinet / prudence administrative

Dans :  l'Education Nationale › Mouvements › mouvement Freinet › 
Novembre 1933

Nous nous serions contentés d’avertir les quelques camarades intéressés coopérativement ou syndicalement des changements survenus dans notre situation si de nombreux camarades ne nous avaient écrit pour être renseignés à ce sujet. Voici donc :

L'affaire Freinet

Octobre 1933

Malgré le désir que nous aurions de ne plus parler ici de celte affaire, nous croyons qu'il est de notre devoir d'apporter les derniers éléments qui jettent un jour nouveau sur ceux qui, au lieu d’être aux côtés de Freinet comme ils le devaient, se sont ingéniés à le trahir.

L'Ecole Nouvelle de la Coopérative

Octobre 1933

La nécessité où nous avions été de donner en juillet une hâtive information concernant la création prochaine de cette école, ne nous avait pas permis de nous expliquer avec une suffisante clarté. Il en était résulté divers malentendus qui se sont fait jour — et ont été aplanis — à notre Congrès de Reims.

Après l'orage, à pied d'oeuvre encore

Dans :  la Société › Mouvements › mouvement Freinet › Mouvements › mouvement Freinet › 
Octobre 1933

Qu’on le veuille ou non l’affaire Freinet est aujourd’hui virtuellement terminée puisque nous n’avons pu obtenir ni mon maintien à St-Paul, ni la moindre sanction contre les coupables des événements dont nous avons été victimes.

Malgré tout : espoir et réconfort !

Juillet 1933

Pendant sept ans, humblement, patiemment, nous avons travaillé à perfectionner nos techniques, à les adapter aux nécessités scolaires et sociales contemporaines.

Nous n’avons jamais crié au miracle. Nous n’avons jamais eu la prétention à aucun moment de présenter l’imprimerie à l’EcoIe ou telle autre technique nouvelle comme la baguette magique qui allait transformer l’école et la société.

Une année de lutte

Juin 1933

Lorsque, en octobre dernier, nous commencions avec enthousiasme et espoir notre nouvelle année scolaire, nous étions loin de nous attendre aux graves événements qui, depuis le 2 décembre, sont allés s’accentuant et se répercutant.

Nous n’en avions pas moins prévu une solide organisation de la coopérative afin de répondre aux demandes de plus en plus nombreuses de nos adhérents dont la liste s’allongeait sans cesse.

Exposition

Mai 1933

Au moment où les milliers d’instituteurs ont les yeux fixés sur nous, il est de notre devoir de tenter un puissant effort de propagande.
Nous demandons à tous nos adhérents de préparer, dans chaque département, une ou plusieurs expositions pédagogiques au cours desquelles on fera tout à la fois connaître la vérité sur les événements de St-Paul ainsi que la technique et les réalisations qui les ont suscités.

Saint-Paul, Pays des grèves

Mai 1933

La presse réactionnaire a parlé longuement de la grève scolaire organisée à Saint- Paul par le Maire lui-même et qui a, pendant cinq mois agité la population. Grève toujours partielle malgré les pressions les plus scandaleuses puisque Freinet a toujours eu dans sa classe 15 élèves sur 28 inscrits.

On parle moins d’une autre grève, bien significative pourtant : la grève religieuse.