Raccourci vers le contenu principal de la page

Recherche archives : l'international, méthode naturelle

5 résultats

Résultats

L'imprimerie à l'école n°32 - mai1930 (incomplet)

Dans :  Langues › Arts › Techniques pédagogiques › outils › Techniques pédagogiques › techniques audiovisuelles › Principes pédagogiques › Principes pédagogiques › communication › Techniques pédagogiques › 
Mai 1930

 

Allemagne De la méthode globale à la méthode naturelle

Dans :  Principes pédagogiques › méthode naturelle › 
Février 1962

Pédagogie internationale

 

Allemagne

Le Nouvel Educateur n° 20

Dans :  revue › Arts › Principes pédagogiques › Principes pédagogiques › communication › TICE › Principes pédagogiques › Principes pédagogiques › communication › Principes pédagogiques › communication › Principes pédagogiques › communication › 
Juin 1990

 

Italie

Dino Rizzi : comment passer de la décentralisation à la gestion démocratique?

Novembre 1982

En France, la décentralisation scolaire et universitaire reste encore dans les dossiers du gouvernement. Elle est tributaire, on s'en doute, de la décentralisation politique et administrative. S'agissant des rapports entre le pouvoir central et les pouvoirs régionaux et locaux, elle promet non seulement des conflits d'attribution mais aussi des malaises d'adaptation.

L'esprit jacobin qui nous anime depuis plus de deux siècles n'est pas prêt de se dissiper. Rinaldo RIZZI, une des personnalités dominantes du Mouvement Freinet italien (le M. C.E.) et organisateur de la Ridef 82 à TURIN a sur la décentralisation scolaire des idées précises. Son livre n'est pas un code Soleil italien, un ouvrage de législation commentée, inspiré par la loi de 1973 sur le le système éducatif. C'est une lecture "politique" de ces textes partant des réalités du terrain. C'est une suite de propositions réalistes pour une nouvelle distribution des rôles entre parents, maîtres, élèves, représentants syndicaux, acteurs quotidiens du changement.

Evolution de la pédagogie Freinet en Allemagne

Décembre 1995
La formation des (futurs) ensei­gnants à la péda­gogie Freinet
 
Face à la formation pédagogique et didactique des enseignants, considé­rée comme insuffisante et défici­taire, des enseignants et chercheurs en marge de la pédagogie officielle ont institué, au début des années 80, des "lernwerkstätten" d'inspiration américaine ("workshops"). Il s'agit de lieux gérés en autonomie (indépendante de la formation offi­cielle) où on trouve toutes sortes d'outils, de matériels, souvent très manuels et pratiques (1). Des étu­diants, des enseignants, voire des élèves fréquentent ces lieux, en quête de nouvelles approches / mé­thodes / outils pédagogiques.
Ces dernières années, ces centres ont été "récupérés" par des universités (voire des écoles) "progressistes". Les centres reçoivent alors des sub­ventions, constituent la partie "non officielle" de la formation à la pro­fession d'enseignant ; certains dé­partements de Sciences de l'Education (2) arrivent à les intégrer et à les faire reconnaître comme "Unité de va­leur" dans un cursus nouveau d'études. Les étudiants prisent beau­coup ces centres très pratiques. On peut dire qu'il y a un certain en­gouement pour ce type de formation. On parle même d'un mouvement ("Lernwerkstatt-Bewegung"). Cette évolution va de pair avec un renou­veau des différentes tendances du "mouvement des réformes pédagogiques" (pédagogie de Peter Petersen, de Mon­tessori, de Steiner etc...).