Raccourci vers le contenu principal de la page

Recherche archives

Résultats 15151 à 15160 parmi 15381

Résultats

Vivre la pédagogie Freinet

Dans :  Mouvements › mouvement Freinet › 
Mai 1972

Créativité et mathématique

Dans :  Principes pédagogiques › expression-création › 
Mai 1972

- Ce qui nous ennuie, dans la libre recherche mathématique, dit Sylvie, élève de 5e, c'est qu'on n'a pas d'idée au départ, qu'on manque d'imagination dans ce domaine.
D'autres élèves acquiescent.
- Le maître: Je m'interroge. Vais-je attendre? Un mois? plusieurs? Ai-je le droit d'attendre et de les laisser perdre leurs heures? plusieurs heures bien sûr! On en a quatre par semaine ! On aura un peu plus de trente semaines de vie commune.

A la découverte de la musique en tant que langage

Mai 1972

Je n'ai jamais "appris la musique" ni joué d'un instrument et pourtant j'aime écouter des disques, assister à un concert. Il m'a fallu attendre plus de 40 ans pour faire mes premiers vrais tâtonnements au sein d'un petit groupe d'adultes à la recherche des instruments simples de création musicale.
 

Une grosse blague

Mai 1972

Claude, le nouveau moniteur, est entré dans sa chambre. Il s'habitue au cadre: l'armoire, le lit, la table de travail, la table de nuit sur laquelle trône la lampe de chevet, le paysage par la fenêtre.
Dans la chambre voisine, nous nous apprêtons à rire - nous les « anciens» qui savons le secret de cette chambre.
A tour de rôle, nous regardons par le trou ménagé à cet effet dans cette mauvaise cloison de planches.
 

Spontanéisme anarchique ou éducation coopérative

Dans :  Principes pédagogiques › 
Mai 1972

Curieux paradoxe. C'est à l'heure où certains maîtres découvrent les vertus du travail d'équipe (considéré de tous temps à l'O.C.C.E. comme un fondement de la doctrine coopérative), que, poussant cette notion jusqu'à ses limites les plus absurdes, ils en arrivent, sous la dénomination de travail en groupes autonomes, à des conceptions diamétralement opposées à celles que les avocats du travail par groupes ont toujours soutenues contre l'individualisme de l'enseignement traditionnel.

Auteur :

A propos de la formation permanente

Dans :  Formation et recherche › 
Mai 1972

Quels objectifs sont visés par la politique de formation permanente à laquelle les éducateurs sont invités à collaborer par le gouvernement, par le patronat et par les syndicats? Les syndicats insistent sur la nécessité d'harmoniser une formation générale aidant les travailleurs à se libérer ou à s'adapter, et une formation professionnelle leur donnant des possibilités de promotion. Le patronat insiste sur la formation professionnelle au sens strict, et sur les "besoins économiques" qu'il définit à sa manière; cependant l'aile "libérale" du patronat prend le risque de souhaiter elle aussi une formation générale qui donnerait aux travailleurs une plus grande possibilité aux changements rapides du monde économique et technique d'aujourd 'hui, et un plus grand esprit d"'entreprise", un plus grand "dynamisme" permettant à l'économie nationale de mieux affronter la concurrence internationale. Un accord a été passé en juillet 1970 entre les grandes centrales syndicales (CGT, CFDT, FO) et le Centre National du Patronat Français (CNPF). Les députés ont sanctionné cet accord par une loi de Juin 1971 portant sur "la formation professionnelle continue dans le cadre de l'éducation permanente". Les principaux inspirateurs de cette loi, au Ministère de l'Education Nationale, sont Raymond Vatier et Bertrand Schwartz (l'Educateur, il y a quelques années a parlé de son expérience de Nancy). Les premiers textes d'application de la loi semblent marquer une régression: les conditions pour que les travailleurs bénéficient d'heures de formation pendant leur temps de travail rémunéré par l'employeur, se font plus restrictives, et le sens de la formation permanente est défini de plus en plus en fonction des "besoins" professionnels formulés par le patronat.Quels objectifs sont visés par la politique de formation permanente à laquelle les éducateurs sont invités à collaborer par le gouvernement, par le patronat et par les syndicats? Les syndicats insistent sur la nécessité d'harmoniser une formation générale aidant les travailleurs à se libérer ou à s'adapter, et une formation professionnelle leur donnant des possibilités de promotion. Le patronat insiste sur la formation professionnelle au sens strict, et sur les "besoins économiques" qu'il définit à sa manière; cependant l'aile "libérale" du patronat prend le risque de souhaiter elle aussi une formation générale qui donnerait aux travailleurs une plus grande possibilité aux changements rapides du monde économique et technique d'aujourd 'hui, et un plus grand esprit d"'entreprise", un plus grand "dynamisme" permettant à l'économie nationale de mieux affronter la concurrence internationale. Un accord a été passé en juillet 1970 entre les grandes centrales syndicales (CGT, CFDT, FO) et le Centre National du Patronat Français (CNPF). Les députés ont sanctionné cet accord par une loi de Juin 1971 portant sur "la formation professionnelle continue dans le cadre de l'éducation permanente". Les principaux inspirateurs de cette loi, au Ministère de l'Education Nationale, sont Raymond Vatier et Bertrand Schwartz (l'Educateur, il y a quelques années a parlé de son expérience de Nancy). Les premiers textes d'application de la loi semblent marquer une régression: les conditions pour que les travailleurs bénéficient d'heures de formation pendant leur temps de travail rémunéré par l'employeur, se font plus restrictives, et le sens de la formation permanente est défini de plus en plus en fonction des "besoins" professionnels formulés par le patronat.

Autogestion

Dans :  Techniques pédagogiques › organisation de la classe › 
Mai 1972

La  plupart  de nos camarades  désirent s'engager dans une recherche plus riche et efficace.  Retrouver la démarche dialectique inspirée   de   Freinet, pour  sans  cesse  repenser  l'esprit  qui nous  anime,  conscients  que  la  finalité de   notre   action   est   de   former   des
êtres   libres, créatifs, désaliénés. En un   mot - mais sans doute   est-il vain  de  vouloir  résumer  en  une  formule   l'action   pédagogique   vers   laquelle  nous  tendons  - apprendre  à exister,  c'est-à-dire  à  mettre  en  oeuvre les   potentialités   de   création,   d'autodétermination   que   chacun   porte   en soi   et   que   notre   société   répressive étouffe,  en  même  temps  qu'elle  tue notre  environnement.

Les activités du Club Freinet

Dans :  Formation et recherche › formation › 
Mai 1972

Le  club  Freinet est né dans l'esprit de quelques  élèves  à  la  rentrée  71.  Nous étions   quelques-uns   à   vouloir   faire quelque  chose  au  point  de  vue  pédagogique,  et  nous  étions  assez  solides pour  commencer  une  action  vers  la pédagogie  Freinet:  solides  en  théorie par   la   lecture  de   l'oeuvre  complète de  Freinet;  mais  aussi  solides  par nos relations  avec les instituteurs des groupes  départementaux  du  Doubs  et  du Territoire  de   Belfort  ainsi  qu'en  témoigne  la  participation  de  nombreux normaliens  aux  réunions  des  groupes départementaux.

Comment nous essayons de vivre ensemble en classe d'anglais

Mai 1972

Il  ne  s'agit  pas  de  dire  ici  comment enseigner  l'anglais  par  les  techniques Freinet.   Je   ne   souscris   en   aucune façon  à  l'opinion  de  cette  collègue  qui a  déjà   inventé  tout  cela   bien  avant nous  et  l'a  judicieusement  rejeté,  sauf certaines   petites   choses   qui   plaisent à   Mosieu  l'Inspecteur,   et  me   disait l'autre   jour:  « On  sait  bien  que  les techniques  Freinet,  c'est  ce  que  vous faites  dans  votre  classe ».  Non  hélas.