Raccourci vers le contenu principal de la page

Le secteur Droits de l'enfant

 

Les droits de l'enfant dans le mouvement Freinet est une longue histoire.

En 1935 Célestin Freinet porte le projet d'un Front populaire de l'enfance, mais la condition de l'enfance peine à regrouper les acteurs de la société.

En 1957, il défend un statut universel pour garantir aux enfants et aux adolescents un minimum de sécurité et de dignité et propose au mouvement qu' une « Charte de l'enfant » soit adoptée au Congrès international de Nantes.

En 1959, les Nations Unies adoptent une Déclaration des Droits de l'enfant, mais qui ne reprend pas tous les principes de la Charte, notamment les droits politiques comme celui de s'organiser démocratiquement dans les espaces éducatifs...

En mai 1983, pour contribuer aux travaux d'élaboration d'une Convention des droits de l'enfant engagés depuis 1979 par les Nations Unis, l'ICEM développe une réflexion sur une « Charte des droits et des besoins des enfants et des adolescents » et en août 1983 le mouvement Freinet organise un « Colloque sur les droits et les pouvoirs des enfants et des adolescents » en présence du ministre Alain Savary. Mais la reconnaissance des droits liberté et politique n'est pas à l'ordre du jour.

Le mouvement Freinet salue l'adoption de la Convention internationale des droits de l'enfant (CIDE) par les Nations Unies le 20 novembre 1989 qui représente un outil essentiel pour les militants des droits de l'enfant et aux enfants eux-mêmes d'agir pour transformer l'école et la société. En 1990, par sa ratification, la Convention entre dans la hiérarchie des textes de droit entre la Constitution et les lois. L'Etat ainsi doit prendre toutes les mesures nécessaires pour mettre en oeuvre les droits qu'il reconnaît.

 

Tous les cinq ans le Comité des droits de l'enfant des Nations Unies examinent cette mise en oeuvre en étudiant les rapports qui lui sont remis : celui de la France et ceux de la société civile.

Depuis 2009, le secteur Droits de l'enfant participe à l'élaboration de ces rapports alternatifs. Le dernier 2015/2016 a été rédigé par un collectif AEDE (Agir ensemble pour les droits de l'enfant) et le secteur a contribué et a participé au comité de rédaction. Un ouvrage de plus de 700 pages a été publié En avant pour les droits de l'enfant !

Le secteur Droits de l'enfant veille et dénonce les manquements et le non-respect des articles de la convention, il participe autant qu'il peut aux actions et aux initiatives misent en place (enfants des bidonvilles, enfants pauvres, mineurs isolés, inégalités scolaires, orientation professionnelle... ). Il milite également pour développer la participation démocratique des enfants dans tous les espaces qu'ils traversent (famille, école et  tous espaces éducatifs. Ses membres interviennent dans des colloques, congrès, etc. écrivent des articles dans différentes revues et publient des ouvrages.

Contacts

Jean Le Gal : jean.le-gal[arobase]wanadoo.fr

Catherine Chabrun : catherine.chabrun[arobase]wanadoo.fr