Raccourci vers le contenu principal de la page

La Méthode naturelle

Un des fondements de la pédagogie Freinet est qu’un certain nombre de connaissances « scolaires » peuvent être acquises suivant le même processus « naturel » que celui qui permet à l’enfant d’apprendre à se tenir debout, à marcher, à parler, etc. Ce processus « naturel » s’appuie sur le «torrent de vie » cet élan vital qui rend l’enfant curieux, chercheur et expérimentateur ; ses réussites l’enthousiasment et cette jubilation le pousse encore plus loin.

 

« Aucune, absolument aucune des grandes acquisitions vitales ne se fait par les procédés apparemment scientifiques. C’est en marchant que l’enfant apprend à marcher ; c’est en parlant qu’il apprend à parler ; c’est en dessinant qu’il apprend à dessiner. Nous ne croyons pas qu’il soit exagéré de penser qu’un processus si général et si universel doive être exactement valable pour tous les enseignements, les scolaires y compris. Et c’est forts de cette certitude que nous avons réalisé nos méthodes naturelles dont les scientistes essaient de contester la valeur ».
La Méthode naturelle suit donc la loi du tâtonnement expérimental « en tâtonnant, l’enfant cherche sans cesse, consciemment ou non, la réponse essentielle et constructive aux problèmes complexes que lui pose la vie » et vise à instituer des techniques de vie « l’éducation consistera justement à faire varier les éléments du tâtonnement et de la réussite pour asseoir des techniques de vie favorable. [1].
La Méthode naturelle questionne profondément le rôle et le fonctionnement de l’école dans la société.
 
Pour Freinet, il s’agissait de repenser entièrement la forme scolaire. En 1921, dans la revue L’école émancipée il précisait « L’école n’est pas le lieu où l’on apprend telle ou telle chose d’un programme défini. L’école doit être l’apprentissage de la vie. »
Freinet a élaboré ainsi une véritable philosophie de l’éducation, la «Méthode naturelle » développée dans La Méthode naturelle de lecture[2].  Il avait comme projet d’écrire un ouvrage entier sur la Méthode naturelle mais il n’a pas eu le temps avant de disparaître en 1966.
 

Avec la Méthode naturelle, les enfants sont des créateurs de connaissance, ils n’attendent pas les leçons de l’adulte pour produire des savoirs. Il est aujourd’hui devenu évident que les enfants « s’apprennent » indépendamment de l’école et ceci dans de nombreuses disciplines : mathématiques, histoire, géographie, sciences, musique, …

 

Pour en savoir plus :  lire bien sûr les écrits de Célestin Freinet et les derniers textes accessibles directement ici :

 La Méthode Naturelle - Nicolas Go 

 Réflexion sur la Méthode naturelle - Jean-Michel Mansillon 

 

 


[1] Les citations de Freinet sont tirées des  Œuvres pédagogiques 2,1994,Paris, Seuil
[2], Méthode naturelle de lecture, Œuvres pédagogiques 2,1994,Paris, Seuil,