Raccourci vers le contenu principal de la page

Blogs

logo blog Il faut que le mouvement d’éducation nouvelle devienne un mouvement de masse, 1er octobre 1936

L’articulation entre militantisme pédagogique et militantisme politique est essentielle, les deux agissant simultanément et c'est une préoccupation persistante de Freinet de sensibiliser à la pédagogie nouvelle tous les travailleurs en même temps que tous les éducateurs.

Nous y trouvons une belle définition de la pédagogie Freinet (passage mis en gras par mes soins).

Freinet présente ce que pourrait être – pour un meilleur développement de la pédagogie nouvelle – l’organisation du Groupe Français d’Éducation Nouvelle. Une nouvelle organisation est mise en place, mais qui doit devenir un mouvement de masse pour ne pas sombrer dans la passivité et l’immobilisme. La période est favorable pour la pédagogie nouvelle, les dirigeants et les inspecteurs la regardent autrement et la recommandent…

Freinet rappelle aussi dans ce texte, qu’il n’y a pas « d’orthodoxie » dans le mouvement. Chacun reste libre de concevoir comme il l’entend la lutte politique et sociale bien qu’elle soit « urgente et nécessaire » et que les dangers pédagogiques de la réaction fasciste sont bien là et qu’ils ne doivent pas nuire à « la puissante action de la masse en marche vers ses destinées révolutionnaires ».

logo blog Vers un nouveau plan d'études français, 10 juin 1936

Complément à la réflexion pour le questionnaire paru dans « Besogne constructive » de l’Éducateur Prolétarien précédent (25 mai 1936).

logo blog Besogne constructive, 25 mai 1936

Un appel à réflexion collective pour une autre école aux adhérents, mais aussi aux organisations de l’enseignement, aux revues pédagogiques, aux journaux amis et aux syndicats.

Les préconisations pour cette réflexion résonnent encore en 2016 : fournitures gratuites ; ouvertures de classes et recrutement de jeunes enseignants ; aides budgétaires suffisantes pour l’achat de matériel ; modifications des programmes pour les plus jeunes (notre cycle 2) pour coller plus aux besoins des enfants dans leur milieu, sans leçons imposées, pour les plus grands (correspondant aux cycles 3 et 4) un « minimum strict exigible » (on dit « socle commun » aujourd’hui) ; latitude dans les méthodes pédagogiques éprouvées ; participation des enfants à la vie scolaire ; étude du milieu (sorties, visites…) ; soutien des pédagogies nouvelles ;   écoles expérimentales d’éducation nouvelle ; un nouvel examen final qui ne contrôle pas seul les acquisitions ou sa suppression, un carnet de scolarité pris en compte (Brevet des collèges et livret de compétences aujourd’hui) ; organisation des lieux éducatifs hors école…

logo blog A l’œuvre ! Camarades ! pour le Front de l’Enfance, 10 mai 1936

Publication de la circulaire pour relancer la dynamique du Front de l’Enfance.

logo blog Victoire du Front Populaire, 10 mai 1936

Une semaine après la victoire électorale du Front populaire aux législatives, l'éditorial de Freinet dans l’Éducateur Prolétarien

logo blog Notre position en face de la religion en général et du catholicisme en particulier, janvier 1936

Une position, notamment de compréhension pour certaines individualités « sincères et dévouées » que le mouvement rencontre sur son chemin.

logo blog Aimer, c'est haïr, 10 novembre 1935

Freinet publie ce texte de Jean Roger paru dans l’École nouvelle de Lille en éditorial de l’Educateur Prolétarien. Un cri de révolte dénonçant la misère des enfants des écoles publiques qui ont faim, froid…et le coupable : le régime capitaliste.

logo blog Projet de Tâches du Front de l'Enfance, 25 avril 1936

Le Projet de Tâches du Front de l’Enfance, conçu et approuvé par l’Assemblée constitutive du Front de l’Enfance du 11 avril 1936 à Moulins.

logo blog Front de l’Enfance, grande réunion constitutive publique, 25 mars 1936

La réaction s’organise, un Front National se dessine avec la constitution de la Ligue de l’Éducation Française qui appelle les maîtres « patriotes » et « fidèles au devoir national » à la rejoindre. En opposition, Freinet appelle de nouveau à un Front Populaire de l’Enfance, une urgence !

logo blog Tour d’horizon, février 1936

Malgré l’espérance que provoque la montée du Front Populaire, la satisfaction de constater le développement des adhérents, Freinet exprime son amertume de n’être pas reconnu au sein des milieux syndicaux, politiques et littéraires, ce qui a nui au succès du Front de l’Enfance, c'est pour lui une profonde déception.

Freinet ne baisse pas les bras. Même si les luttes immédiates sont indispensables, il faut penser l’avenir et donc changer sans attendre la pédagogie pour arrêter d’abrutir la génération enfantine et jeter les bases pour la libération du peuple, pour une autre société et pour offrir aux parents une cohérence de pensée et de vie.